Au volant d’une Peugeot 504 L, discrète, élégante et increvable !

Au volant d'une Peugeot 504 L, discrète, élégante et increvable !
Au volant d'une Peugeot 504 L, discrète, élégante et increvable !
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

J’ai regardé Wheeler Dealers France, voilà ce qu’en pense

Cet article date du lancement de Wheeler Dealers France. Nous en sommes à la saison 3 et notre avis sur l'évolution du programme est...

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Renault 3, le chaînon manquant

Si tout le monde connaît la R4, devenue la 4L, il faut savoir que Renault a également produit la Renault 3. Celle qui se...

Je l’aime bien ma Simca 1100. Mais quand on me demandait ce que je voudrais ajouter dans mon garage, avant que je n’essaye une furieuse Citroën, je répondais souvent une Peugeot 504, berline. Pour moi c’est l’archétype de l’auto à la fois populaire, spacieuse (faut caser deux enfants à l’arrière), performante, qui m’emmènerait à l’autre bout du pays plus vite que mon hirondelle. Souvent on me dit que les Ti sont géniales, mais vu que cette image est associée, pour moi, à toutes les 504, autant en essayer la version la plus basique. Il fait -3°C dehors, il y a du verglas et je vais essayer une Peugeot 504 L.

L’histoire de la Peugeot 504

Pour le coup, on ne va pas vous refaire l’histoire complète de la Peugeot 504, on l’a déjà fait il y a moins d’un an.

Si vous voulez un résumé, c’est assez simple. Dans les années 60, Peugeot ouvre (enfin) sa gamme mais reste attachée au segment de la berline de moyenne gamme à tendance bourgeoise. C’est ainsi que la naît la Peugeot 504, une auto avec un 4 cylindre à l’avant tout en restant une propulsion, une auto qui peut recevoir l’injection, mais qui reste une grosse évolution de ce qu’on a pu voir sur les 203, 403 et 404.

La recette va prendre, les dernières autos seront produites, en Afrique, jusqu’en 2005. Au total, 3,7 millions de Peugeot 504 ont été construites.

Notre Peugeot 504 L du jour

En ce dimanche matin le blanc de notre 504 fait écho au givre qu’on retrouve un peu partout dans la campagne auboise. Le jour tarde à se lever mais la couleur de notre ancienne se remarque.

Pour ce qui est de la ligne, la Peugeot 504 L est une berline assez classique. De loin, on ne retrouve aucun vrai signe distinctif, mais quand on s’approche on retrouve les formes bien connues. Des formes de tricorps mais tout de même originales, et il faut avouer que dans le domaine, ça n’a pas toujours été facile d’innover. Par contre, quand on parle de la ligne de la Peugeot 504, berline hein, il faut quand même séparer l’avant et l’arrière. Pourquoi ? Parce que chacun à son histoire et parce que chacun provient d’une équipe différente !

L’avant de la Peugeot 504 n’est pas italien. Certes, Peugeot travaille avec Pininfarina depuis des années. Mais les équipes de Sochaux sont aussi mises à contribution. Après une première version ratée aussi bien par les équipes françaises qu’italienne, tout ce beau monde doit présenter sa nouvelle version. C’est bien Pininfarina qui va dire qu’il faut garder l’avant parce que la 504 a “les yeux de Sophia Loren”. Sauf qu’il parle de l’avant dessiné par Peugeot. Lui-même ne révélera même pas sa proposition.

Et il est vrai que l’avant de notre berline peut paraître discrète et classique dans ses formes, mais il présente une réelle élégance, une finesse du dessin. Et ces feux aux formes travaillées y sont pour quelque chose. Ils marquent en plus des ailes qui se prolongent sur le capot donnant un vrai caractère à cette face avant.

Pour ce qui est de l’arrière, on retrouve donc la patte de l’italien. La fameuse cassure présente sur le coffre est nette… et n’aurait pas dû l’être ! Pininfarina n’était pas satisfait de la pente donnée au coffre par ses premiers dessins. Il rajoute un peu de matière, commence à la mettre en forme, mais n’a pas le temps d’adoucir le tout pour donner une forme plus ronde que l’état major de Peugeot débarque… et adore ce coffre !

On remarquera également un travail dans la forme des feux arrière, loin des rectangles et carrés de la concurrence, sans pour autant être “vieillots” en étant ronds.

Maintenant on va regarder de plus près les particularités de notre Peugeot 504 L. Parce qu’il y a 504 et 504 L et, comme le dit la pub, ça se voit à l’extérieur. En fait c’est simple pour cette version un peu dépouillée : le pare-chocs n’a pas ses butoirs. Oui c’est tout.
Allez, on complètera en ajoutant que c’est une auto de 1975, la première année où un petit lifting a été fait à la 504 et ça se matérialise par des clignotant blancs à l’avant et des poignées de porte plates, dites encastrées.

À l’intérieur : dépouillement

Vous vous attendiez à retrouver les compteurs ronds ? Et bien non. C’est là une des particularités de la Peugeot 504 L qui reprend en fait le compteur unique et horizontal des commerciales. Le reste de la planche de bord est d’ailleurs lui aussi horizontal… et noir. La présentation est vraiment sobre et simple.

Niveau commandes, forcément, on a pas des milliers d’options à actionner et les commandes sont réduites à leur minimum. Tiens on retrouve une autre particularité de la Peugeot 504 L. Quand les GL et autres TI ont reçu des leviers de vitesse au plancher en 1973, la L, qui apparaît la même année, commandera sa boîte 4 (on y revient) avec un levier au tableau de bord.

Mais l’intérieur de notre Peugeot 504 L ne se résume pas au tableau de bord. Comment ne pas regarder la sellerie ? Le bleu canard des sièges est une nuance qu’on ne retrouve plus dans la production actuelle. Pourtant, rien que cette nuance apporte un peu d’originalité et de gaieté. En plus, sur cette auto, la sellerie est dans un superbe état à l’avant comme à l’arrière.

Tiens l’arrière justement. Vu que je pensais à une 504 pour y mettre mes enfants, je vais d’abord tester par moi-même. Question assise, on est au top. On a de la place aux jambes, les sièges sont moelleux… ne manquent en fait que les ceintures pour éviter au petit de se balader dans tout l’habitacle. Et je ne parle même pas d’un accident hein !

Technique : simplicité

On vous l’a dit, la Peugeot 504 reprend les recettes de ses devancières. La Peugeot 504 L apparaît ainsi quand la 404 commence à disparaître. Elle prend la place vacante en bas de la gamme, comme les 403-7 et 404-8 avant elle. Du coup notre auto du jour est équipé du moteur 1796 cm³ à carbus. C’est lui qui officiait en entrée de gamme au moment de la sortie de la 504 et jusqu’à l’automne 1970 quand le 2 litres s’est fait un chemin sous les capots. Résultat : 75 ch. Ce n’est pas foufou mais c’est déjà ça.

Rappelons que l’auto n’est pas si lourde : 1160 kg, pas mal vu le gabarit. Et puis on oubliera pas que ce moteur présente une fiabilité presque extrême. Vous pourrez enchaîner les bornes tant que vous l’entretenez correctement, il vous le rendra.

Tant qu’on parle de technique, la Peugeot 504 L ne se distingue pas que par son moteur. Sa boîte ne compte que 4 rapports mais surtout on a fait des économies sur le train arrière. Au lieu des roues indépendantes des autres berlines, la L reçoit l’essieu rigide des versions longues. Ce n’est pas ici une question de robustesse face à la charge à emmener, simplement d’économie. Toujours côté trains, on garde quand même des freins à disques à l’avant même si on en reste aux tambours à l’arrière.

Tout ça nous annonce un comportement rustique. C’est ce qu’on va voir.

Au volant de la Peugeot 504 L

L’installation dans notre lionne est tout ce qu’il y a de plus simple. Pour une berline ça aurait été dommage que ça se passe autrement. Le moelleux du siège conducteur est aussi bon que celui de la banquette arrière. Ludovic m’a chauffé le moteur, je recule un peu le siège et je suis prêt à partir. La manœuvre pour sortir de la place de parking n’est pas si facile. La Peugeot 504 a quand même un gabarit imposant et la visibilité arrière est tout juste moyenne. La direction répond heureusement bien et surtout j’ai trouvé la marche arrière du premier coup.

Première et c’est parti. L’atmosphère aussi s’est un peu réchauffé, le verglas est moins présent et les premiers tours de roues sont l’occasion de me (re)familiariser avec le levier de vitesse de la Peugeot 504 L. Certains feront grincer des dents, de pignons, mais pour moi ça passe crème. Ce n’est pas que je sois particulièrement habitué… mais j’adore les leviers au volant. Dans un sens ils sont bien plus simple à manier que des long leviers au plancher avec lesquels il faut tricoter un peu pour trouver le bon rapport. La troisième passe aussi simplement et voilà déjà le premier stop.

On va tester les freins. Et bien ils sont plutôt bons. Le toucher est assez rustique, pour le dosage va falloir que je m’habitue un peu, mais en tout cas je me suis arrêté sans me faire peur. Allez c’est parti. Mark et Ludo ont lancé la R25 GTX devant moi, ils connaissent mieux la route, je vais éviter de les perdre. Avec 75 ch sous le capot, on va dire que ce n’est pas à l’accélération que je vais les tenir.

Pour autant la Peugeot 504 L avance et m’amène vite aux 80 km/h réglementaires. Le moteur ne peine pas particulièrement pour y parvenir et une fois la 4e rentrée, ça roule sans sourciller. Les quelques petites courbes ne demandent pas de passer la 3e, mais c’est parce qu’il y a juste besoin de ralentir un peu. Les reprises ne sont pas très énergiques mais suffisantes.

Voilà qu’arrive le premier dos d’âne du jour. Voyons cela. L’avant c’est nickel, l’arrière, bah c’est un peu secouant mais ça va. La Peugeot 504 L évolue dans le village sans aucun souci. La troisième est vite mise et on sort en remettant la 4e… un peu tôt, il faut quand même laisser la troisième un peu plus longtemps pour accélérer correctement, ou énergiquement, comme vous voulez. Sur la route, voilà que je peux vraiment me caler en vitesse de croisière. La lionne y est bien. Même si la route n’est pas parfaite, le confort est au top et la vitesse est tenue sans problème. Le bruit est tout à fait correct, même si à 110 km/h ça commence à être un peu plus présent.

Sur les routes secondaires, la Peugeot 504 L est également à l’aise. Le comportement est sain, même si les freinages doivent être un poil anticipés. Pas d’assistance électronique sur notre belle, du coup les plaques de verglas ne pardonneront pas aux optimistes. L’essieu arrière a beau être rigide, sur le confort ou le comportement ça reste peu perceptible. Si on veut conduire un peu vite, on oublie la 4e et on se sert de l’allonge disponible sur la 2e et la 3e, tout en gardant à l’esprit qu’une 504 TI sort 30 ch de plus. La direction est toujours précise, avec un grand volant comme je les adore, elle se place exactement où je veux sans trop d’efforts.

Mais on va revenir aux routes larges et dégagées. Celles où la conduite n’est jamais un pilotage. Les plus ennuyantes ? Peut-être, mais au final c’est pour ces routes là que sont taillées les berlines du genre. Pour des routes qu’on avale en 4e, à fond ou pas, ça dépend de l’époque, pour des routes reliant un point A et un point B sans qu’on se prenne la tête.

Conclusion :

Le résultat global serait-il décevant ? Il ne faut pas se leurrer. On ne se met pas au volant d’une 504, et insistons, une Peugeot 504 L, pour s’amuser sur la route. C’est une auto pensée pour être abordable, pour offrir un aperçu des qualités, de la plastique et de l’habitabilité de la grande berline de Sochaux sans avoir à trop se ruiner. Et c’est en cela qu’il faut l’apprécier.

J’étais venu pour conduire une populaire française, plutôt connue, plutôt reconnue, qui pourrait me faire traverser la France à bon rythme, dans un certain confort et avec toute la famille si besoin. Sur ce point, aucun problème, c’est bien cela qu’on retrouve au volant de la Peugeot 504 L. C’est une auto qui fait exactement ce qu’on lui demande, qui ne devrait pas vous prendre en défaut et vous préserver d’un peu de fatigue avec un confort au rendez-vous.

Et puis elle reste surtout une Peugeot 504. L ou pas, elle incarne la robustesse et la voiture de moyenne/haute gamme à la française. Performante juste comme il faut, confortable également. Elle n’excelle nulle part mais n’est réellement prise en défaut sur aucun point. En fait ce que les constructeurs français font depuis des années sans chercher à viser plus haut ou plus bas.

Les plusLes moins
Berline mais ligne sympaPuissance un peu juste
Robustesse et fiabilitéPas de vrai caractère mécanique
Le prix de cette version LLe levier au volant, faut aimer
Habitabilité familialeL’état des exemplaires sur le marché
CritèreNote
Budget Achat18/20
Entretien16/20
Fiabilité17/20
Qualité de fabrication13/20
Confort14/20
Polyvalence14/20
Image15/20
Plaisir de conduite14/20
Facilité de conduite15/20
Ergonomie15/20
Total15,1/20

Conduire une Peugeot 504 L

La Peugeot 504 L était la plus abordable à l’époque et elle l’est toujours. Quand on regarde la cote de ces modèles d’entrée de gamme, vous aurez un modèle en très bon état dès 3000 € et une voiture dans un état exceptionnel pour 4500 €.
Globalement c’est la moitié d’une TI et presque autant pour les GL. Seules les SR et GR seront dans des prix approchant, allez, un poil plus élevés.

La Peugeot 504 L est restée une bonne affaire. Par contre ce n’est pas le modèle le plus répandu et le fait qu’elle ait été une entrée de gamme n’a pas forcément aidé à sa préservation. Après il faut aussi dire ce qui est : si vous tombez sur une 504 dans cet état, appréciez que ce soit “juste” une L, mais si vous recherchez vraiment des prestations routières plus sympathiques, tournez vous vers d’autres modèles.

Pour ce qu’il faut regarder : la rouille évidemment. Si ces autos ne tombent pas non plus en poussière, la qualité des traitement laisse parfois à désirer et certaines restaurations anciennes n’ont pas amélioré le constat global.
Niveau mécanique : aucun souci de ce côté, le moteur et la boîte sont réputés pour leur fiabilité et le reste des éléments reste dans la moyenne très haute.

Vous cherchez une Peugeot 504 à vendre ? Allez voir du côté de chez Classic Number !

Fiche Technique de la Peugeot 504 L
MécaniquePerformances
Architecture4 cylindres en ligneVmax154 km/h
Cylindrée1796 cm³0 à 100 km/h15,8 s
Soupapes8400m da
Puissance Max75 ch à 5100 tr/min1000m da
Couple Max145 Nm à 2500 trs/minPoids / Puissance
Boîte de vitesse4 rapports manuelle

TransmissionPropulsion
ChâssisConso Mixte± 8L/100km
Position MoteurLongitudinale avantConso Sportive
FreinageDisques AV et tambours AR
Dimensions Lxlxh448 x 169 x 146 cmCote 20213000 €
Poids1160 kg

Au volant d'une Peugeot 504 L, discrète, élégante et increvable !

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

[La Clé de 13] Zoom sur les roues élastiques !

Dans ce nouvel article technique, on va revenir sur une technologie qui n'a pas fait long feu. Apparues peu de temps après les automobiles,...

Ferrari & Porsche, deux marques légendaires, pas pour les mêmes raisons

Qu'on soit sensible, ou non, à leurs charmes et à leurs autos, on ne peut pas le nier. Ferrari et Porsche sont deux marques...