Peugeot 403, la discrète première millionnaire du lion

Peugeot 403, la discrète première millionnaire du lion
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Peugeot 403, la discrète première millionnaire du lion
Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Classique, discrète, un peu bourgeoise, la Peugeot 403 est encore très courante dans les rassemblements d’anciennes. C’est en parti dû à sa robustesse qui lui a permis de traverser les ans. Mais également au fait que, sans faire trop de bruit, elle a été la toute première lionne à dépasser le million d’exemplaires produits !

La genèse de la Peugeot 403 : évolution plus que révolution

Après avoir relancé sa production après-guerre avec la 202, Peugeot a lancé la 203 sur le marché en 1948. C’est une voiture de 7cv fiscaux. Une auto du segment “moyen-haut” qui est relativement bien placée puisque aucun concurrent français n’est présent à ce moment là.

Et même si la 203 possède une gamme complète, berline, coupé, cabriolet, fourgonnette, c’est tout de même le seul modèle automobile proposé par le lion. On s’affaire alors à préparer une auto qui devra en partie la seconder et en partie la remplacer !

Côté technique on ne va pas trop changer la recette gagnante de la 203 : structure monocoque, 4 cylindres en ligne à l’avant et propulsion. Le moteur ne sera pas totalement identique. En faisant passer l’alésage de 75 à 80 mm on augmente la cylindrée qui atteint 1468 cm³ au lieu de 1290 cm³. La culasse en Alpax à chambres hémisphériques est aussi spécifique. La puissance passe alors à 58 ch DIN.
Les trains roulants seront eux aussi dans le même esprit que ceux de la 203 : roues indépendantes à l’avant et essieu rigide à l’arrière.

C’est côté style qu’on va plutôt se démarquer. Quand la 203 possède une philosophie très américaine, en vogue au moment de son lancement, elle reste une auto à deux volumes. Sa remplaçante sera une auto à la ligne plus classique et surtout un tri-corps qui permettra d’avoir beaucoup plus de place dans le coffre.

Et pour la dessiner, Peugeot va aller chercher une des références de l’époque : la Peugeot 403 sera en effet la première collaboration entre le lion et Pinin Farina. Néanmoins l’italien n’a pas les coudées franches pour une auto qui doit rester très classique.

Pour autant on planche déjà sur la suite et on prépare une vraie gamme, comme pour la 203 en fait.

Le dessin est néanmoins réussi. Alors que certains bruits évoquent une sortie en 1954 il va encore falloir attendre pour voir la nouvelle lionne.

La Peugeot 403 de 1955 à 1960

La Peugeot 403 des premières années

Peugeot 403, la discrète première millionnaire du lion

C’est finalement le 20 Avril 1955 que Peugeot convoque la presse pour présenter sa Peugeot 403 au Palais de Chaillot à Paris. Sa nouvelle auto se place donc au dessus de la 203, sa cylindrée la faisant mathématiquement entrer dans la catégorie des 8CV.

En plus Peugeot ne présente à ce moment là qu’une seule auto, la version luxe avec toit ouvrant et une présentation poussée. Il faudra attendre le salon de Paris en Octobre de la même année pour retrouver une version plus bas de gamme qui abandonne le toit ouvrant. Si l’auto reste en 8cv, elle devient une alternative à la 203.

La Peugeot 403 est alors à peu près seule sur son marché. On trouve des autos dans les segments allant de 2 à 6ch puis on reprend avec les haut de gamme que sont la DS, tout juste présentée et la Frégate de chez Renault qui affichent toutes les deux 11cv sur leur carte grise.

En plus les retours sont élogieux. La partie technique, déjà éprouvée il est vrai, est fiable dès le départ et les performances (135 km/h en pointe) largement suffisantes pour le segment. La boîte de vitesse entièrement synchronisée est saluée, tout comme le volume du coffre à bagages.

En Août 1956 la Peugeot 403 commence ses déclinaisons. Comme la 203 auparavant un seul modèle constitue une vraie gamme du côté de Sochaux. La première à apparaître, c’est le haut de gamme : le cabriolet rendu célèbre par un policier en pardessus. Plutôt cher (25% de plus que la berline) il ne se complète pas d’une version coupé, malgré l’étude qu’on vous montrait précédemment. En même temps la 203 avait échoué sur ce segment.

En Septembre 1956 les versions longues arrivent. L’empattement passe de 2,66 m à 2,91 m. La longueur atteint alors 4,61 m contre 4,47 m pour la Peugeot 403 berline. La familiale reprend les finitions de la berline, la commerciale laisse de côté tous les chromes et une fourgonnette tôlée est également de la partie.
Enfin en octobre on dévoile la camionnette bâchée (ou pick-up si vous voulez).

L’année suivante le principal changement est l’adoption de clignotants au lieu des flèches directionnelles. Tant qu’on modifie l’éclairage, les codes européens font leur apparition à l’avant.

En 1958 les changements sont mineurs sur les Peugeot 403. D’abord les essuie-glace ne se croisent plus, ensuite on dope la puissance… en installant un ventilateur débrayable. C’est toujours ça de pris !

Aparté : Peugeot attaque le marché américain !

La même année les 403 prennent le bateau pour traverser l’Atlantique. Poussée par le gouvernement de l’époque le lion exporte ses autos vers les USA. Les autos sont adaptées au marché avec notamment un taux de compression plus élevé, la disparition du lion de capot, ou un habillage intérieur en tissu synthétique.

Là où l’aventure est étonnante c’est que Peugeot va s’allier… à Renault ! Le losange vend alors sa Dauphine sur place et des synergies vont s’opérer. Les autos arriveront séparément par bateau mais seront ensuite dédouanées ensemble et vendues dans le même réseau !

La première année ce sont 7500 autos arrivent en Mars 1958. Elles se vendent plutôt bien, à 2200 $ pièce, et ce sont bientôt 10% de la production qui s’en vont outre-atlantique ! En 1959 ce sont 15.000 Peugeot 403 qui y sont vendues ! Mais l’aventure tournera court. Renault s’est déjà retiré faute de succès et Peugeot suivra en 1961.

Pour ce qui concerne notre vieux continent, la Peugeot 403 voit son lot de nouveautés en 1959. D’abord elle abandonne le lion de bout de capot. Trop dangereux en cas de choc avec un piéton il est remplacé par une insigne et une baguette chromée. Si on trouve encore autant d’autos qui le portent… c’est parce que rien n’empêche de le refixer par la suite (et notamment en collection) !

La Peugeot 403 de 1960 à 1966

La Peugeot 403 descend dans la gamme

En octobre 1960, la Peugeot 403 fume un peu plus noir. On propose en effet le diesel Indenor sous le capot. Les 1816 cm³ fournissent 48ch, suffisant pour atteindre 120 km/h et suffisamment convaincant pour séduire les taxis qui se rueront sur cette version.

L’année modèle 1960 inaugure également la Peugeot 403-7. Elle va venir se placer sous la 8cv dans le créneau que laisse vide la 203 dont on stoppe la production. Elle en reprend d’ailleurs le moteur 1290 cm³ en gardant tout de même la culasse spécifique de la 8cv. Pour abaisser le prix on enlève des équipements. À l’extérieur on la reconnaît à sa calandre sans moustaches, les butoirs de pare-chocs qui sont absent, les enjoliveurs qui proviennent de la 203. Pour l’intérieur on note l’absence de neiman, de ventilateur de chauffage et une banquette pour l’avant.

Au passage la 403 “normale” devient 403-8. Mais la gamme ne va pas être composée que de 403 puisque la toute nouvelle 404 fait son apparition en fin d’année. Et comme la nouvelle venue va comprendre un cabriolet dans sa gamme, celui de la 403 s’arrête après (seulement) 2043 exemplaires.

À partir de ce moment là on sait que la Peugeot 403 a atteint sa mi-carrière. D’ailleurs on se concentre plus sur la 404 que sa devancière qui doit attendre 1962 pour évoluer de nouveau. C’est la Peugeot 403-8 qui adopte une nouvelle calandre avec des barrettes verticales… qui s’inspirent beaucoup de celles de la 404.

On ne notera plus aucune évolution sur les Peugeot 403. Par contre le millésime 1963 ne propose plus les breaks familiale et commerciale qu’on retrouve uniquement sur les 404.

En août de cette année, la 403 est première Peugeot à franchir le cap symbolique du million d’exemplaires produits !

La gamme se réduit peu à peu et le millésime 1966 est le dernier (et se termine en fait en Novembre contre Septembre pour les précédents), on ne propose plus que la 7cv et la berline diesel.

Au final ce sont 1.214.126 Peugeot 403 qui auront été produites !

L’étonnante : la 403 Coupé Bernard

On vous l’a dit, Peugeot n’a pas étudié de coupé pour sa 403. Cependant un certain René Bernard n’était pas vraiment d’accord et a proposé sa vision d’un coupé 403.

La Peugeot 403 de nos jours

La 403 est une valeur sûre en collection. Rare sont les rassemblements qui n’en voient pas s’exposer, on en a même vu récemment sur le Tour Auto !

Pour les prix, la cote moyenne est un peu au dessus des 8000 €. En dessous vous retrouverez les 7CV et les versions diesel. Les versions longues seront trouvables aux alentours des 8000 € et les beaux exemplaires 8cv seront annoncés entre 8 et 10.000 €… voir plus si l’état est vraiment exceptionnel. N’oubliez pas que le cabriolet est presque intouchable. Déjà il faudra en trouver un, ensuite son prix se situera au dessus des 70.000 € et on a pas rajouté de 0 !

Pour ce qui est des pièces, la plupart sont refabriquées et se trouvent chez les spécialistes français des populaires. Ne soyez pas étonnés, certaines pièces valent un prix conséquent, surtout comparé au prix de l’auto. Les meilleurs adresses, comme les pièges à éviter vous seront indiqués par les clubs.

Source : Club 403
Illustrations complémentaires : Lignes Auto

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Peugeot 403, la discrète première millionnaire du lion

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

  1. La 1ère voiture de mon père, une 403 berline grise qui avait les flèches de direction, qu’il avait masqué et installé les clignotants dans les feux avant et arrière. Ma mère avait mis des housses de siège rouge. Bref on était heureux avec notre Peugeot qui nous a bien promené.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles