L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV, la lumière par Pininfarina

L'Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV, la lumière par Pininfarina
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV, la lumière par Pininfarina
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

120 autos d’une même collection bientôt aux enchères

Il est bien rare que des ventes aux enchères rassemblent 120 autos ! C'est ce qui est au programme de la prochaine vente de...

Citroën Rosalie, achevée par sa petite sœur

La Traction l'a éclipsée. En même temps, face aux aux avancées technologiques proposées par cette nouvelle auto, la Citroën Rosalie paraissait bien banale. Et...

Rassemblement de Mantes, ça déborde place Saint-Maclou !

Ça y est, les beaux dimanches de rassemblement recommencent. Cette fois, je vous emmène visiter celui de Mantes-la-Jolie organisé par l’Amicale des Vieux Volants...

[À ne pas faire] Quand on conduit une ancienne pour la première fois

C'est tellement plus facile de se rater que de réussir ! Après ce qu'il ne faut pas faire en organisant un événement, c'est par...

L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV est une des autos qui sera une attraction lors de la prochaine vente de Gooding & Co à Pebble Beach. Plusieurs raisons à cela : son style, son histoire… et du coup son prix !

Les Alfa Romeo 6C 3000 CM

Avant de parler des Superflow, évoquons les Alfa Romeo 6C 3000 CM. Nous sommes à la fin des années 40 et la production d’Alfa redémarre. Comme avant-guerre, c’est avec la compétition que la marque va faire sa promo.

En Grand Prix on retrouve les Alfetta mais en catégorie Sport, c’est la 6C 2500 qui est dans un premier temps le fer de lance, à partir des Mille Miglia 1948. Mais Alfa veut aller plus loin.

C’est alors que Giuseppe Busso est chargé de développer la nouvelle auto qui sera basée sur la 6C 2500. C’est la 6C 3000 CM. CM signifie Competizione Maggiorata, pour un empattement allongé.
Le moteur est le 6 cylindre de 3.5 litres. Il est alimenté par 6 Weber et possède un carter sec. Il sort 275ch à 6500 tours et envoie le tout à un différentiel alu placé à l’arrière.
Structure tubulaire, roues indépendantes à l’avant, pont de dion et freins inboard à l’arrière, la voiture est sophistiquée. On ajoute à ça une carrosserie alu réalisée par Colli à Milan.
Les 8 autos sont carrossées soit en Spider, soit en Coupé.

Elle fait ses débuts aux Mille Miglia 1953 où Fangio prend la 2e place à son volant. On la retrouvera également au Mans et dans diverses courses plus petites. Mais à la fin de l’année 1953, Alfa doit faire un choix. Pour développer la Giulietta, il faut faire des coupes budgétaires et les châssis sont vendus. Parmi les acheteurs on retrouve Jo Bonnier qui faire recarosser la sienne chez Zagato et le président Argentin Peron qui confie la sienne à Boano.

L’Alfa Romeo 6C 3000 CM 00128

C’est celle qui nous intéresse. Elle n’a pas été directement engagée en course, mais c’était la voiture de réserve lors des 24h du Mans 1953. À la fin de la saison elle part chez Pininfarina qui va s’en servir de laboratoire stylistique.

L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow

Doit-on dire LA ou LES ? En fin de compte, avant de devenir Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV, la voiture a connu bien des formes !

La première Superflow

Salon de Turin, Avril 1956. Pininfarina expose le châssis 00128 complètement réhabillé. Exit la carrosserie Colli, place à une robe futuriste.

La forme globale est extrêmement profilée. D’ailleurs les ailes arrières sont surmontées d’ailerons, très à la mode à l’époque, l’influence américaine est passée par là. Mais la voiture de distingue surtout par ses surfaces vitrées. Les plus remarquées surplombent les roues avant. Au dessus de l’habitacle, que de la transparence. Mais l’auto adopte une ouverture des portes remarquée : en papillon. Peinte en blanche et ornée de bleue… elle aguiche directement le public américain ! Pour autant elle ne va pas être visible longtemps sous cette forme !

La Superflow II

Dès le salon de Paris 1956 la voiture a changé. C’est la seconde version. Pininfarina a enlevé les ailes transparentes. Ce n’est pas le seul changement à l’avant puisque la calandre Alfa a disparu, remplacée par des prises d’air sous la ceinture de caisse. Les phares ont également reçu un carénage.

Les parties centrales et arrière sont restées inchangées.

L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Super Spider

Salon de Genève 1959, la voiture apparaît de nouveau avec une nouvelle robe. Cette fois elle ne possède plus de toit. Ce Super Spider rappelle les mythiques Disco Volante. Les phares sont ouverts, le pare-brise incliné et deux bossages prennent place derrière les passagers.

La vue arrière vous rappelle peut-être quelque chose ? Débarrassé de ses ailerons il adopte la forme d’Osso di Seppia qui fera l’élégance des premiers Duetto d’Alfa à partir de 1966. Autre ressemblance : les flancs creusés.

L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV

Nous y sommes ! Salon de Genève 1959, Pininfarina dévoile la version définitive de la Superflow.

Les flancs sont plus lisses, les phares couverts. L’arrière garde sa forme mais c’est la partie centrale qui est le plus retravaillée. Elle adopte une arrête centrale et un toît entièrement vitré. Les portières s’ouvrent de façon conventionnelles mais au dessus de chaque passager la partie vitrée peut glisser et aller se loger sous la bulle arrière. L’avant évoque désormais, lui aussi, le futur Duetto.

À la fin de l’année c’est une des stars d’une tournée promotionnelle pour Alfa aux USA. Et elle va y rester un bout de temps.

Exposée chez Italian Motors à Denver elle est ensuite achetée par un collectionneur du Colorado. Jackson Brooks est le propriétaire suivant. Il va garder l’auto jusqu’en 1979, après l’avoir exposée à Pebble Beach puis faite rouler sur le circuit proche de Laguna Seca. Juste après il la revend à Ernest Kanzler qui la conserve en Californie jusqu’à la fin des années 80. Le propriétaire suivant Peter Klaus va l’exposer dans son musée Rosso Bianco en Allemagne. Sauf que pour cela il la déshabille et la remet conforme aux 6C 3000 CM de compétition.

L’histoire récente de l’auto

En 2006 le musée ferme et l’auto est vendue à un collectionneur américain. Celui-ci va entamer d’importants travaux de restauration. D’abord il la fait rhabiller par sa robe Superflow IV tandis que la robe Colli est installée sur une réplique de 6C 3000 CM.

On la voit réapparaître au Concours de Villa d’Este en 2014. Elle sera de nouveau exposée et même primée à Chantilly Arts et Elegance 2017 ou encore au salon Techno Classica à Essen. Même chose à Salon Privé la même année !

Elle est désormais proposée à la vente. L’Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV est matching number et laisse admirer la plastique magnifique. Elle est estimée entre 6 et 8 millions de dollars !

Photos additionnelles : Coachbuild.com, Wheelsage, Gooding & Co.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Alfa Romeo 6C 3000 CM Superflow IV, la lumière par Pininfarina

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

[À ne pas faire] Quand on conduit une ancienne pour la première fois

C'est tellement plus facile de se rater que de réussir ! Après ce qu'il ne faut pas faire en organisant un événement, c'est par...

Citroën Rosalie, achevée par sa petite sœur

La Traction l'a éclipsée. En même temps, face aux aux avancées technologiques proposées par cette nouvelle auto, la Citroën Rosalie paraissait bien banale. Et...

[La Clé de 13] l’embrayage, simple et efficace

Aujourd'hui on s'intéresse à un système qu'on rencontre sur beaucoup de véhicules anciens (mais pas tous*). Il s'agit de l'embrayage, un système simple, efficace......

Essai d’une Peugeot 204 cabriolet : bienvenue en ’68 !

En invitant Benjamin pour venir mener une campagne d'essai sur les Sables d'Olonne en avril, il fallait bien pouvoir profiter du taux d'ensoleillement local...