Guide complet pour Le Mans Classic 2018 : programme, horaires, engagés

Le Mans Classic 2018 approche. L’événement tant attendu, un tous les deux ans quand même, sera à coup sûr une belle fête, tant sur la piste qu’en dehors. On vous propose donc un guide afin de tout savoir, ou presque, et surtout, de ne rien rater.

Sommaire :

Le Mans Classic 2018 en bref :

Le Mans Classic 2018 aura donc lieu les Vendredi 6, Samedi 7 et Dimanche 8 Juillet 2018. Au programme, trois jours de fête et de courses sur le grand circuit du Mans. Pas seulement sur le Bugatti, qui sera aussi un lieu de fête, on y reviendra, mais bien sur le grand circuit des 24 heures.

6 Plateaux de compétition seront sur la piste pour une séance d’essai qualificatif, des essais de nuit et trois courses. On vous en reparle plus bas. En plus de cela on trouvera pas moins de quatre autres plateaux.

Tout autour, les animations ne manqueront pas, tout est là ! Et pour vous remettre dans l’ambiance de 2016, notre article complet est ici : Le Mans Classic 2016 : c’était fou

Les plateaux de Le Mans Classic 2018 :

Plateau 1 : les avant-guerre, 1923 – 1939

Toutes les autos qui ont marqué les 24h du Mans avant guerre sont regroupées dans ce plateau 1 de Le Mans Classic 2018. Plus de 50 autos y sont engagés dont plus d’une dizaine d’autos ayant couru les 24h en leur temps… héroïques. On retrouve pléthore de marques françaises : Delahaye, Delage, Talbot, Lorraine Dietrich, Citroën et évidemment Bugatti. Evidemment les Bentley, grandes gloires des années 30 seront de la partie et côté anglaises les Alvis, Invicta, Aston Martin, Lagonda, MG, Singer, Riley ou Morgan. Quelques italiennes et allemandes sont plus rares complètent ce plateau : BMW et Mercedes d’un côté, Alfa Romeo de l’autre.

A noter :

  • De vraies pièces de musée qui savent se montrer véloces !
  • Un départ type “Le Mans”

Plateau 2 : la reprise et les premières légendes, 1949 – 1956

Premières autos d’après-guerre avec le Plateau 2 de Le Mans Classic 2018… et les premières légendes 24h du Mans. On pourrait y retrouver des Ferrari, sauf qu’elles sont devenues de très rares modèles de musée… dommage la liste des engagés n’en compte pas. Espérons que ce soit provisoire. Du coup côté italiennes, on rencontre plutôt des Maserati avec deux A6 GCS Barchetta, une 250 S et une 450 S et elles seront complétées par une Fiat 8V (voir notre article : La Fiat 8V, le Top-Modèle des carrossiers italiens), une 1500 Spéciale et une Lancia Aurelia.
Le contingent anglais est pléthorique avec la présence de trois Jaguar Type C et quatre Jaguar Type D, plus des Xk ! Austin Healey, Triumph, Morgan, Lotus, Cooper, Frazer Nash ou Aston Martin sont aussi au rendez-vous. Au niveau des allemandes, la 300 SL sera surveillée, les Porsche aussi, 70 ans oblige, avec la présence d’une 550 et plusieurs 356. Les françaises du plateau 2 de Le Mans Classic 2018 seront des Panhard, des D.B HBR et une Talbot.

Côté insolites, deux Cadillac Serie 61, dont Le Monstre, une Cunningham, une DKW ou encore une… Skoda !

A noter :

  • Un paquet de légendes en piste
  • Un départ type “Le Mans”

Plateau 3 : 1957 – 1961

Quatre ans seulement dans le plateau 3 de Le Mans Classic 2018, mais des anciennes très variées. Les amateurs de Ferrari seront comblés, plusieurs 250 GT sont de la partie dont le Breadvan. Sinon on retrouve aussi quelques bêtes de course de très haut vol, Maserati Birdcage, Aston Martin DB4 GT et son dérivé DP 212 (lire : Les Aston Martin DP, les DB4 ultimes !) Lister Jaguar, Porsche 718 RSK RS60 et 61. Des voitures plus artisanales (anglaises évidemment) sont là, Deep Sanderson, Tojeiro, complétées par de plus “conventionnelles” Morgan, TVR, Triumph, Austin Healey, Lotus. Les belles italiennes sont aussi des Osca, Alfa Romeo SZ, ou encore la franco-italienne Abarth-Simca 1300.
Les couleurs françaises sont bien représentées avec des D.B HBR, dont celle de l’Equipe Los Amigos, et une CD.

A noter qu’on retrouve quelques noms connus : François Fillon sur une Lotus XI, Gaye qui délaisse momentanément sa 275 pour une 250 GT SWB Berlinetta, Cottingham et Smith, les malheureux du Tour Auto 2018 sur une Tojeiro-Jaguar, Ludovic Caron sur son Austin Healey 3000, Peter Vögele sur une 718 RSK ou Carlos Monteverde sur une Lister Jaguar et enfin Jacques Nicolet sur une Alfa Giulietta SZ.

A noter :

  • Ça va encore aller très vite !
  • Un départ type “Le Mans”


Plateau 4 : 1962 – 1965, batailles aux sommet

On retrouve dans le plateau 4 de Le Mans Classic 2018 énormément de voitures de légende ! Ford GT40 (10 dont un roadster), Jaguar Type E, Ferrari 275 et 250 LM, Bizzarrini, Porsche 904 (lire notre article Élégance et performance, la Porsche 904 Carrera GTS), 906, ou les premières 911, Shelby Cobra… Et ça va aller vite ! En 2016 les GT40 étaient aux avant poste, et il y a des chances que ça se reproduise. Autour on retrouvera des MG B, Iso Grifo, Lotus Elan Alfa Romeo TZ ou Austin Healey 3000 ou une Maserati Birdcage.
Pour représenter les autos françaises, l’Equipe Los Amigos engage un René Bonnet Djet, on retrouvera la CD Peugeot SP66, et des Alpine A110 mais aussi M63, M64 et M65 (lire aussi : Modèles à la Une : les Alpine M63 / M64 et M65).

Il y a là aussi des pilotes dont les noms nous parlent, avec un sacré air de Tour Auto. Stéphane Ortelli (vainqueur des 24h 1998), Ludovic Caron sur sa Cobra, les Bussolini sur leur Porsche 904, Desplaces et sa Ferrari 275, animateurs du Tour Auto 2018. François et Pierre Fillon seront sur une Lotus Elan, Lajournade sur sa Type E, Lecourt et Narac délaissent leur Porsche pour une Cobra, Shaun Lynn roulera sur sa GT40, et pour finir Marco Werner, triple vainqueur du Mans sur la Birdcage T63.

A noter :

  • Les GT40 semblent intouchables
  • Dernier plateau à avoir un départ type “Le Mans”

Plateau 5 : 1966 – 1971, le plateau des gros cubes

Dans le plateau 5 de Le Mans Classic 2018, les gros cubes moteur seront à l’honneur. En fait ce sont les Lola T70, elles sont 10 au départ, qui sont les voitures à battre dans ce plateau. Si elles n’ont jamais gagné Le Mans, ces autos y sont, depuis, redoutables. Les Porsche 917 seront là, et elles seront trois ! Pour les 70 ans de la marque, elles seront secondées par des 906, 908 et 910. On retrouvera aussi une Ferrari 365 et une 512 S, l’étonnante Howmet TX (lire notre article La Howmet TX, première sur des bien des points). Les Ford GT40 seront encore de la partie, des MkII, les De Tomaso Pantera seront de sortie et les Chevron formeront une autre armada.
Côté autos françaises, du beau. On se régalera du V12 de la Matra MS660, et des formes des Alpine A210 et A220 et des couleurs de la Ligier JS3.

Au niveau des pilotes, encore des noms connus. Pierre Nicolet, de nouveau, sur une Chevron mais aussi sur sa Duckhams, les Bussolini sur une Porsche 914/6, Dominique Guenat sur la Matra, Shaun Lynn sur une T70, Carlos Tavares sera encore associé à Richard Mille sur une autre T70, Mr John of B. restera fidèle à une Ligier JS3, Claudio Roddaro et Peter Vögele chacun sur leur Porsche 917, Van Riet, deuxième au scratch du Tour Auto 2018 sera sur une Chevron B16 et une autre T70, et Chris Ward, autre animateur du TAO sera sur une GT40.

A noter :

  • Du bruit, beaucoup de bruit !
  • Les Lola et leur variété de déco

Plateau 6 : 1972 – 1981

Le plateau 6 de Le Mans Classic 2018 est le plateau le plus récent en compétition. Plusieurs autos de légende seront au départ, deux Mirage, Alpine ne sort pas l’A442 mais l’A443 qui ne courut qu’une fois… il y a 40 ans (lire notre article : Modèles à la une : Alpine A443). On notera les très nombreuses Porsche 911 et 935, beaucoup de BMW M1, et des Lola, dont la T600, Osella, Ferrari 512 BB LM, Sauber ou Chevron.
Niveau françaises, on trouvera donc l’Alpine A443 mais aussi une A310, la jolie Moynet (lire : La Moynet LM75, l’aéro pour la performance) ou encore une Inaltera (que vous découvrez de l’intérieur ici : Vidéo : L’Autodrome de Montlhéry à bord d’une Inaltera).

Niveau pilotes, du très très lourd ! Paul Belmondo sera sur une Porsche 935, Dominique Guenat à la fois sur une Lola T286 et une 935, Lecourt et Narac retrouvent leur Porsche 911 Carrera RSR, Mr John of B. sur une des Ferrari 512 BB LM, Monsieur Henri Pescarolo sur l’Inaltera, et enfin Alain Serpaggi sur l’Alpine A443.

A noter :

  • Les Mirage et leur déco Gulf, pas les plus récentes, mais toujours performantes
  • Variété énorme de forme et de décos
  • Regardez aussi l’arrière des autos, flammes garanties sur les 935 et M1

Les plateaux support de Le Mans Classic 2018

Le Mans Classic 2018 offrira des trophées dans les 6 plateaux. Mais d’autres plateaux seront en piste pour le plaisir des spectateurs. Le plus connu et attendu, c’est le plateau des Groupe C. On est juste après les limites des années de LMC, mais cette course compte énormément. Les autos et les pilotes engagés le montrent. Les Porsche 962 seront bien sûr présentes, mais on retrouvera aussi une 956, si rare ! Deux Peugeot 905 seront au départ, cinq Jaguar, des XJR-8, 9 et 11 et une Mercedes C11 seront aussi attendues.
Du côté des autos moins connues, les Spice seront 10, les Tiga seront 3, on retrouvera aussi les marques Lola, Sthemo, Argo, Alba, Rondeau ou Emka.

Plusieurs pilotes connus seront là aussi présents, Dominique Guenat sur une Peugeot 905, Marco Werner sur une 962, Lecourt sur une autre, Shaun Lynn sur une XJR-9, Mr John of B. sur la Rondeau et Ward sur une XJR-11… qui fait peur. Mais le nom le plus connu, c’est un champion du monde de F1, rien que ça ! C’est Jenson Button qui sera engagé sur la XJR-9 de JD Classics !

On retrouvera une nouvelle fois le Jaguar Classic Challenge, déjà présent en 2016 (lire Les Jaguar au Mans Classic, les légendes dans leur jardin) avec les Type C, Type D et autres Type E, Xk ou MkII. Ce ne sera pas la seule course monomarque. Les 70 ans de Porsche seront célébrés par le Porsche Classic Race Le Mans, où les 911 seront très nombreuses 44, mais complétées par les 356, six autos, et quelques 904, 910, 906, 550 et 914.
Enfin dernier plateau, bien plus récent, le Global Endurance Legends avec des GT et des protos qu’on a pu voir dans les années 90 et 2000. Cela va des Viper GTS-R aux Audi R8. La liste est tout simplement splendide. On retrouvera en Juillet deux Audi R8, une Bentley Speed 8, des Corvette, des Ferrari, 333SP, 550 GT1, F40 LM,…, des Marcors, une McLaren F1 GTR, des Maserati Mc12, une Toyota GT-One, une Viper GTS-R… bref un plateau royal !


Le programme de Le Mans Classic 2018 :

Beaucoup de spectacle en piste donc. Et à ces plateaux de course s’ajoutent des roulages clubs, une vraie aubaine, des démonstrations des constructeurs partenaires, des parades de bus anciens avec des spectateurs à l’intérieur et enfin Little Big Le Mans et ses dizaines d’enfants qui feront un départ Type Le Mans et un petit roulage jusqu’au raccordement avec le circuit Bugatti.

Précisons aussi une chose : la nuit est captivante. Dans les campings les voitures pourraient vous empêcher de dormir. Alors autant être au bord de la piste où les tribunes sont clairement plus clairsemées et le spectacle tout aussi fort.

En dehors de la piste :

Le dress code

Super important à nos yeux, le dress code. Qui ne s’extasie pas devant les photos de Goodwood Revival, lire Grand Format : à la découverte de Goodwood Revival où tout le monde respecte le dress code et participe à l’ambiance ?

Au Mans Classic il existe, mais n’est pas imposé ! Alors chez News d’Anciennes on milite : Tous en tenue pour Le Mans Classic 2018 ! Sortez vos vêtements vintage, faites les armoires, et si vous n’êtes pas inspiré, nous vous proposerons un article spécial dress-code très prochainement.

La vente Artcurial

La vente aux enchères officielle de Le Mans Classic 2018 sera organisée par Artcurial à l’intérieur du circuit. Le catalogue n’est pas encore connu, mais on se doute qu’il sera à la hauteur de l’événement. Le premier lot dévoilé, c’est une Ferrari 365 GTB/4 Daytona Groupe IV, une auto qui s’est classée 5e des 24h en 1971. On vous parle du catalogue dans cet article.

Les paddocks

Au Mans Classic, les paddocks sont ouverts. Alors attention, ils ne le sont pas à tous les visiteurs, il faut pour cela avoir pris le billet correspondant. Mais on peut néanmoins avec ce surcoût raisonnable, surtout pour un passionné de mécanique, approcher les anciennes de très près, regarder les entrailles des bêtes de course entre deux roulages ou le changement d’un moteur express. D’autant que si certains paddocks sont presque pleins, d’autres plus éloignés sont plus tranquilles.

Le Mans Heritage Club

L’exposition Le Mans Heritage Club regroupe des autos de façon statique. Des autos qui ont toutes participé aux 24h du Mans entre 1923, certaines qui passent par la piste pendant les roulages, d’autres qui resteront sur l’herbe tout le week-end. En attendant c’est un bel endroit pour voir des autos qui ont écrit la légende.

Le village exposant

Autour de l’exposition Le Mans Heritage Club, et dans les allées on retrouvera assurément un village exposant bien fourni. Il y aura de tout, des spécialistes de la pièce auto aux barbiers, des vendeurs de miniatures aux restaurateurs et organisateurs de rallye. Quelques constructeurs seront aussi présents. Une multitude d’exposants pour faire un peu de shopping entre deux courses.

La N7 s’invite au Mans !

Oui, clairement ce n’est pas la N7 qui passe au Mans. Mais comme en 2016, Le Mans Classic 2018 accueillera une exposition réservée aux véhicules populaires. Un bel alignement d’autos, situé à l’intérieur du circuit, entre Maison Blanche et la Chicane Ford, c’est un endroit à visiter, un peu à l’écart et donc plus au calme !

Les expos clubs

Enfin si vous souhaitez encore marcher, vous avez la possibilité de parcourir le circuit Bugatti. Sur celui-ci, en plus des voitures venant se placer en pré-grille, on retrouve l’expo des clubs. Des dizaines de clubs se garent le long de la piste et forment une belle exposition. Les clubs de marque sont particulièrement présents, Porsche est généralement bien représenté, mais Ferrari, Alfa, Lamborghini ou Lotus ne sont pas en reste.

La Billetterie ?

La Billetterie de Le Mans Classic 2018 est ouverte. Vous la trouverez en cliquant ici.

Et pour tout le reste, vous suivrez Le Mans Classic 2018 sur notre site. Alors à bientôt !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

12 commentaires sur “Guide complet pour Le Mans Classic 2018 : programme, horaires, engagés”

    1. Je suis donc ravi pour vous de savoir que vous n’assisterez pas à cet évènement…Cela vous évitera de vous plaindre….Par contre, j’espère que de nombreux naifs comme moi iront au mans classique…Bien à vous !!

  1. Le MANS Classic c’est vraiment super mais bientôt aussi cher que GOODWOOD. Le problème est au niveau d’espaces comme le camping extérieur proche de la passerelle DUNLOP dont l’ensemble des places vendues aux anglais ,et qui revendent aux français des espaces avec 20% d’augmentation…..!!!! pour des zones restantes après que les anglais aient choisi les meilleurs emplacements. Même s’il est vrai que sans les anglais, il n’y aurait probablement pas de Le Mans Classic, ce n’est pas une raison pour créer ce genre de situation. C’est trop facile pour les équipes organisatrices….de PETER. Gilbert

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.