Compétition et Gros Pedigrees au catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018

Alors que le rendez-vous tant attendu de Le Mans Classic 2018 approche, on en parle ici Guide complet pour Le Mans Classic 2018 : programme, horaires, engagés, un des moments forts se dévoile. On connaît en effet les beautés qui seront au catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018.

Salon Automédon 2018

La vente Artcurial au Mans Classic 2018

117 lots sont inscrits à cette vente qui est clairement, après celle de Retromobile, la plus importante de l’année pour la maison parisienne. Les autos de la vente Artcurial au Mans Classic 2018 seront exposées à partir du 6 Juillet 10h, jusqu’à la vente qui se tiendra le Samedi 7 Juillet à 14h.

Les stars de la vente

La grosse estimation

On s’y attendait, la star de la vente Artcurial au Mans Classic 2018 sera une Ferrari. C’est en l’occurrence une 365 GTB/4 Daytona Competizione Groupe 4. Premier prototype d’une série de 15 autos d’usine, la voiture se classa 5e des 24h du Mans 1971 en remportant l’indice de performance ! Elle est présentée dans un superbe état et avec l’estimation qui va avec : entre 6.5 et 7.5 millions d’euros !


Sept millionnaires possibles

On vous le dit la vente est importante. C’est donc logique de retrouver dans le catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018 plusieurs autos pouvant grimper au delà du million d’euros.

On commence avec une seconde Ferrari de compétition, une 308 GTB Groupe B Michelotto, la première Groupe B homologuée par l’artisan, estimée entre 800.000 et 1 million d’euros.

Ensuite deux Porsche. La première est une Carrera 2.7 L RS Lightweight de 1973. Une auto restaurée, issue d’une petite série de 200 autos. Elle est estimée entre 1 et 1.2 million d’euro. La seconde est une 964 RSR 3.8 L de 1993. Là aussi c’est une auto d’une série limitée, ici 51 exemplaires. Elle est estimée entre 800.000 et 1 million d’euro.

On continue avec deux Mercedes, deux 300 SL, un roadster et un coupé. Le roadster est le plus intéressant, une première main avec 1372 km au compteur. Le coupé est plus kilométré mais dans un bel état d’origine. Elles sont respectivement estimée entre 1.5 et 2 millions et entre 1 et 1.5 million d’euros.

Enfin des Lamborghini. La reine Miura est bien présente avec une P400 de 1968. Une auto d’origine française qui a un historique clair et qui est estimée entre 800.000 et 1 million d’euro. La seconde est une Countach LP400 Periscopio, une des toutes premières donc. L’auto a été restaurée entièrement et elle estimée entre 900.000 et 1 million d’euros.

Insolites, raretés et sportives également au programme

Côté insolites et raretés le catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018 est plutôt fournis. On commence par les raretés, avec deux italiennes. Une autre Ferrari 365 GTB/4 Daytona pour commencer, ici un Spyder. Ce n’est pas un Spyder d’usine mais une conversion d’époque estimée entre 500 et 700.000 €.
Autre italienne, une Iso Rivolta IR300. Une belle rareté au V8 Chevrolet et proposée à un prix attractif : entre 85 et 105.000 €.

Du côté des insolites, on va chercher dans les sportives. On commence avec une très méchante Ford Zakspeed Capri Turbo Groupe 5, avec un gros palmarès dans le DRM, l’ancêtre du DTM. Une auto estimée entre 550 et 750.000 €.
Une japonaise ensuite, taillée pour les piste et qui ferait le bonheur du Babyboomer’s Adventure, un Mitsubishi Pajero L040 de 1989. Une auto compétition-client qui aura attendu jusqu’en 1994 pour s’engager sur le Dakar avant d’abandonner. Elle est estimée entre 40 et 50k€.
Enfin une auto qui pourrait être sur la piste avec le plateau Global Endurance Legends, une Marcos Mantis GT3 de 2001, plus connue sur les piste Hollandaise et Belges avec des participations aux 24h de Zolder et de Spa. Elle est estimée entre 60 et 100.0000 €.

Du sport du côté des françaises

On trouvera quelques françaises lors de la vente Artcurial au Mans Classic 2018. Si les autos sont surtout des sportives, on commence avec une Citroën Traction 11 Cabriolet de 1937, une vraie, bien restaurée et estimée entre 105 et 125.000 €.
Du côté de chez Peugeot, le seul véhicule représentant le lion est un triporteur. Un des plus petits prix de la vente, estimé entre 2500 et 3500 €.
Chez Renault, on retrouve une R5 Turbo de 1982, jamais posée sur les pistes de compétition et parfaitement restaurée. Rare dans ce coloris, elle est estimée entre 100 et 120.000 €.

Pour les fans de Panhard, on retrouvera une D.B HBR5 surbaissé, l’un des 10 réalisés. Celui-ci vint au Mans lors des essais des 24h 1960 avant de courir au Tour Auto la même année. L’estimation est comprise entre 80 et 100.000 €. Encore plus sportif, un Monomill ex Bernard Consten, qui se présente dans un bel état, seul le moteur a été restauré. Cette monoplace est estimée entre 25 et 35.000 €.

Une Alpine A110 Groupe IV “Bis” 1800 de 1977 est également inscrite au catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018. Une des 13 autos compétition client avec un bel historique et une restauration soignée. Elle est estimée entre 200 et 250.000 €.

Enfin on termine avec deux artisans. Venturi est le plus connu des deux et cette 400 GT de 1998, une des 13 produites est estimée entre 180 et 240.000 €. Ensuite une Sovam 1100, une rareté dont on reparlera et estimée entre 8 et 12.000 €.

Une affaire ?

En dehors de l’ISO Rivolta, on ne notera pas vraiment de vraie bonne affaire dans le catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018. Pour autant, vous pouvez vous faire votre idée, il est visible ici.



Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “Compétition et Gros Pedigrees au catalogue d’Artcurial au Mans Classic 2018”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.