Retrofit : on a pris en main la Mini électrique de IAN Motion

Retrofit : on a pris en main la Mini électrique de IAN Motion
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Retrofit : on a pris en main la Mini électrique de IAN Motion
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Rosengart Supertraction, premières oubliées

Vous avez peut-être déjà croisé ces magnifiques autos françaises au style américaine et affirmé. Mais les Rosengart Supertraction ne sont pas que ces magnifiques...

Enchères Mécaniques : Maxime Lepissier nous présente la nouvelle émission auto de RMC Découverte

Si votre téléviseur ne diffuse que des émissions autos, vous êtes forcément, une bonne partie de la journée, calés sur RMC Découverte. Et vous...

Nos Anciennes Abandonnées : les françaises sous le soleil

Ce mois-ci on suit les traces de Philippe. Ce lecteur a découvert ce cimetière de voitures françaises. C'est un endroit plutôt caché, pas visible...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

Retrofit : voilà un mot bien à la mode dans le monde actuel qui chasse tout ce qui rejette des gaz à effet de serre. Superbe idée pour certains, sacrilège pour d’autres, c’est en tous les cas plus qu’une mode. Et cela fait longtemps qu’on voulait essayer une des premières initiatives du genre : la Mini électrique de IAN Motion.

La Mini de IAN Motion

Si vous êtes lecteur de longue date de News d’Anciennes, vous avez déjà entendu parler de IAN Motion. Alors que le mot Retrofit n’était même pas encore utilisé la start-up française annonçait déjà travailler sur le projet de l’électrification d’une voiture ancienne. Nous étions alors en Juillet 2016 et ils posaient les bases de l’électrification des véhicules anciens. Seul souci : la législation. En France, que ce soit une bonne ou une mauvaise innovation, on aime bien l’encadrer. Du coup il a fallu un certain temps de travail (de lobbying si vous voulez) pour en arriver à l’auto que l’on a pu prendre en main.

Où on est-on côté legislatif ?

IAN Motion a commencé à développer sa Mini électrisée bien avant que la legislation ne bouge. Il n’y a pas si longtemps, à Rétromobile 2019, il était impossible de sortir l’auto. Pourquoi ? Tout simplement parce que pour une telle modification, il fallait alors l’accord du constructeur. Et qui dit Mini, dit BMW. Ok, la marque allemande a déjà des modèles électrique en stock, mais les sarthois auraient du fournir tous les éléments techniques, y compris les plus novateurs.

Heureusement, à partir de février la legislation change, pour les véhicules anciens. Le retofit sera cependant soumis à certaines conditions :

  • l’auto devra avoir plus de 5 ans…
  • … sans pour autant être passée en véhicule de collection

La voiture restera une Austin Mini, mais il faudra quand même fair homologuer l’ensemble, avec moteur électrique, comme un nouveau type de l’auto. Bref : c’est débloqué et le Rétrofit va commencer.

La Mini électrique de IAN Motion côté technique

Avant de passer au volant, qu’est-ce qu’on a devant les yeux. Une Mini, ça on est d’accord. Sous le capot on ne trouvera plus le bloc d’origine mais un moteur électrique de 34kW / 47ch alimenté par une batterie lithium-ion de 18 kWh.

Sinon à l’intérieur, on se rend vite compte qu’on est pas en présence d’une Mini normale.

Au volant de la Mini électrique IAN Motion

Notre voiture du jour est spéciale. C’est le mulet, le véhicule d’essai et d’homologation, celui qui a été éprouvé pour qu’enfin le grand public puisse y avoir accès. Trois ans de travail et pas mal de changement sont condensés entre nos mains. C’est sur le circuit du Castellet que nous allons faire cet essai. L’objectif n’est pas de tâter de la ligne droite du mistral au volant de notre puce du jour mais c’est simplement parce que l’équipe mancelle est de passage pour les Dix Mille Tours du Castellet… et nous aussi. Et comme ça faisait longtemps qu’on voulait essayer cette auto, l’occasion était bonne. En plus le circuit offre pas mal de routes de service, utilisées par les spectateurs… donc pas sur l’espace public ! Parfait !

On entre dans la Mini électrique IAN Motion comme dans la 1000 qu’on avait essayé. Les sièges sont d’origine et il faut regarder devant pour voir que ce n’est pas la voiture de madame tout le monde. Déjà, deux pédale seulement, le frein et l’accélérateur. D’ailleurs ce sont les pédales d’origine. Le levier de vitesse a laissé sa place à une platine qui accueille trois boutons. Laurent nous explique que c’est en fait le sélecteur. Marche avant, marche arrière et neutre.

Enfin le combiné d’instrumentation, trois cadrans… trois écrans en fait. Pour le moment ils sont éteints. Je m’installe, je m’attache. Maintenant… bah faut tourner la clé tout simplement ! Sauf qu’au lieu du démarrage, c’est l’écran d’accueil des compteurs qui m’indique que tout est paré au lancement. Nous sommes en neutre. Laurent m’indique le bouton à presser pour la marche avant et j’enlève le frein à main. Pour le moment la Mini électrique IAN Motion… bah c’est une Mini.

Démarrage dans un silence assourdissant

Vu que nous sommes au milieu du circuit, il y a bien des bruits de moteur. Mais pas le notre. Ok, bah je vais accélérer. C’est une électrique donc je fais gaffe, pas de vitesse, si je met pied dedans j’emporte tout. On sort donc des paddocks et on arrive sur une route. Là je peux accélérer. Et ça accélère vraiment, mais alors vraiment. Et je ne suis pas à fond.
Première remarque : la poussée est accompagnée d’un vrai bruit de moteur. Alors ok c’est un sifflement, comme si on avait enlevé le bloc thermique pour ne garder que le turbo. Mais la poussée est accompagnée par un son de montée en régime. Du coup c’est un repère de plus pour se dire que, oui, on roule, et oui, plutôt vite.

Premier virage, il faut freiner. Le mulet n’a pas été reconfiguré depuis les derniers tests et le frein moteur avait alors été réduit. Qu’à cela ne tienne, les freins d’origine sont bien suffisants pour entrer dans le virage… que la Mini électrique IAN Motion prend… comme une Mini ! La prouesse de ce Retrofit là c’est que le poids a été contenu. On dépasse à peine de 40kg le poids originel. Alors l’auto vire comme un kart.

Encore un peu de conduite douce… et puis on accélère un peu. Et là on se dit : BINGO ! Non, on est pas dans une voiture de golf. Notre puce accélère franchement. Les ronds points sont avalés et en remettant les gazs, on arrive même à faire crisser les pneus. C’est un vrai, vrai, kart ! Avec des sensations. Alors on ira pas taper les 130 km/h promis, mais en tout cas on peut voir que l’auto peut rouler, et vite. Le confort est préservé et la conduite est intuitive. Qu’est ce qu’on peut demander après ça ?

Conclusion : une vraie voiture

Contrairement à certains Retrofit qui destinent les autos à des usages ponctuels très limités, la Mini électrique IAN Motion est une vraie voiture. Elle se conduit presque comme une Mini, offre de vraies sensations et franchement, j’adorerais la mettre sur un trackday au milieu de quelques thermiques sur une piste sinueuse. Ce serait marrant à voir. Notre puce du jour est performante et offre ce qu’on demanderait à beaucoup d’anciennes.

Les mais ?

Je ne vais pas mettre de mais pour l’absence de bruit de moteur à explosion puisqu’il y a un bruit de moteur. Et du coup qui sied bien avec l’auto.

Le petit mais pourrait venir… bah de l’autonomie. 150 km (on nous assure que ce sont des km réels, pas d’homologation) c’est juste surtout si vous allez au rasso Mini annuel à l’autre bout de la France. Comme ça n’arrive pas si souvent, que des bornes de recharge (qui marchent) ça se trouve et que vous utilisez de toute façon votre Mini pour aller sur des rassos à 50 bornes de chez vous, l’autonomie n’est pas gênante.

Enfin le prix peut être un mais pour beaucoup. Effectivement ce genre de technologie n’est pas encore à la portée de tous. Avec les technologies qui évoluent et la production qui ne fera qu’augmenter on devrait pouvoir abaisser ce prix. Néanmoins, il sera toujours impossible de concurrencer la Mini rincée qui traîne chez la mamie de votre pote.

Rouler avec la Mini électrique IAN Motion

À partir de Février, tout le monde pourra le faire. C’est un bon point. Pour cela vous aurez deux solutions : soit amener votre Mini actuelle pour la faire modifier, soit acheter une auto clé en main chez IAN Motion. Ces autos là sont construites à partir de Mini uniquement bonnes à restaurer.

La première solution vous en coûtera 29.950 € TTC, sans prendre en compte les éventuels travaux de restauration. La seconde solution, le véhicule clé en main, vous reviendra à 39.950 € TTC. Le prix de la tranquillité pour pouvoir rouler dans les grandes villes sans se prendre la tête… et accessoirement pouvoir étonner quelques amis lors de trackdays !

Toutes les infos sont là. Et si la Mini ce n’est pas votre truc, d’autres autos devraient suivre.

Fiche Technique de la Mini Electrique de IAN Motion
Mécanique Performances
Architecture Moteur Electrique Vmax 130 km/h
Puissance Max34kW / 47ch 1000m da NC
Couple Max Poids / Puissance 15,31 kg/ch
Boîte de vitesse Pas de boîte

Transmission Traction
Châssis
Position Moteur AvantAutonomie150 km
Freinage Tambours AV et AR Prix Retrofit29.950 €
Dimensions Lxlxh 205 x 141 x 135 Prix Véhicule Neuf39.950 €
Poids 720 kg

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Retrofit : on a pris en main la Mini électrique de IAN Motion

Sur le même thème

3 Commentaires

  1. Les écolos ne veulent pas de centrales atomiques, ils ne veulent pas non plus de centrales au charbon, les éoliennes ça consomme de l’électricité pour redémarrer après un jour sans vent, les plaques photovoltaïques ça ne fonctionne pas la nuit. Je me demande simplement où nous allons trouver assez d’énergie pour faire rouler l’ensemble du parc auto lorsqu’il aura été transformé en électrique et, en même temps, alimenter nos maisons pour se laver, se chauffer ; allumer les réverbères, permettre aux tramways de rouler, faire fonctionner les usines et les hôpitaux, et tout ça sans centrales atomiques, sans centrales au charbon, sans . . . et plein de bagnoles électriques !
    Un fervent convaincu du caractère naturel et donc inéluctable du réchauffement climatique !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Roadbook d’Anciennes Episode 32 : Le Viapac, la route de l’art, un itinéraire contemporain

Alexandre Pierquet est l’auteur de plusieurs guides qui permettent aux collectionneurs de voitures anciennes de vivre de beaux voyages en voiture ancienne. Dans Roadbook...

Nos Anciennes Abandonnées : les françaises sous le soleil

Ce mois-ci on suit les traces de Philippe. Ce lecteur a découvert ce cimetière de voitures françaises. C'est un endroit plutôt caché, pas visible...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

On a testé : la Vaillante Académie

Ce Mercredi c'était retour à l'école. Après avoir tâté du stage pilotage de monoplace avec la Classic Racing School, cette fois le but était...