Mon Tour Auto 2020 par Benjamin

Mon Tour Auto 2020 par Benjamin
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Nos Anciennes Abandonnées : un réservoir de Land !

Ce mois-ci c'est dans la Haute-Marne qu'on vous emmène. Un de nos lecteurs, François, y a trouvé un cimetière... ou plutôt un...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Choisissez les photos du calendrier News d’Anciennes 2021 (et précommandez-le) !

Déjà en 2019 et en 2020 News d'Anciennes vous a proposé un calendrier. Vous avez été nombreux à l'afficher chez vous. Cette...

Le Tour Auto 2020 s’est terminé il y a deux semaines. Je vous avoue que ce n’est pour autant que j’ai fini de le digérer. C’était mon deuxième Tour Auto complet, mais le premier où j’ai pu me consacrer uniquement à News d’Anciennes.

Du coup j’avoue que ça a été intense. Chaque moment où je n’avais pas l’oeil dans l’objectif, je l’avais sur mon ordinateur dans la voiture. Si vous avez vu un Berlingo bleu, c’était nous. Vous pouvez vous dire qu’un Berlingo pour suivre le Tour Auto c’est dommage… mais on avait de la place, une vitre arrière qui s’ouvrait pour réaliser des travellings et notre meilleure alliée : une prise électrique.

Du coup quelques milliers de photos prises, des compte-rendus écrits (avec l’aide bienvenue de Xavier, parfait secrétaire dédié aux chronos) et là où on peut être heureux, c’est que vous les ayez lus ! Certes le Tour Auto n’a pas eu l’aura des éditions précédentes. En même temps les médias généralistes étaient déjà bien occupés par la rentrée et par le Covid. Mais les passionnés étaient là et ont suivi cette édition 2020.

La grosse satisfaction

Alors que le Tour de France cycliste en termine, je me dis que les français aiment vraiment passer du temps sur une chaise pliable au bord d’une route. Et souvent c’est avec des potes, avec un masque sur le visage, et avec une belle ambiance.

Alors qu’on dit la France autophobe, c’est peut-être un sentiment très urbain. Car dès qu’on sortait des grandes agglomération on retrouvait des amoureux de l’automobile sur le bord des routes. En couple, avec des amis, avec le club du coin, le barnum, le barbeuk et les autos, les nids de passionnés étaient nombreux. Et qu’est ce que c’est bon !

Alors non, LA FRANCE, n’est pas autophobe. Des français à qui on laisse trop d’espace médiatique le sont certainement. Mais dans nos provinces c’est autre chose. Et puis on retrouvait plein de gamins, forcément plus nombreux le Mercredi et le Samedi. Et si la génération branchée sur son smartphone et qui ne passe pas le permis est très visible, espérons que la suivante sera du même genre que les jeunes passionnés qu’on a pu voir pendant ces 5 jours !

La petite frayeur

Une frayeur partagée avec un autre photographe et quelques spectateurs. Dernière spéciale du 2e jour entre Clermont-Ferrand et Limoges. On s’est déjà régalé à voir les autos à Charade puis les retrouver vers Tulle pour une série de travellings sympathique.

On se place dans la spéciale du Pays de Saint Yrieix alors que les première du Groupe 5 s’engagent. Arrive alors la De Tomaso Pantera de Didier Sirgue et Philippe Sicard. Une petite ligne droite donne sur un droit plutôt serré. L’arrière amorce une petite dérive… mais des graviers à la corde empêchent l’avant d’accrocher suffisamment pour rattraper l’italienne qui termine plus loin dans le fossé avec l’arrière qui tape le talus.

Après avoir poussé, rien ne se passe. Le copilote est libéré en forçant sur la porte, la carrosserie pliée l’empêchant de le faire seul de l’intérieur. Même en me mettant sur l’aile avant droite, elle touche à peine le sol mais les dégâts ne permettent pas de faire repartir la De Tomaso. Et puis impossible de la sortir à la corde, les dégâts sont importants, il faudrait faire venir une dépanneuse… mais la course a déjà du retard. Elle va donc rester jusqu’au passage du dernier concurrent !

Un commissaire de piste restera donc en amont avec drapeau jaune en indiquant de bien serrer la corde. Et on pourra discuter avec l’équipage malheureux…

Mes coups de cœur

Sur le Tour Auto 2020, comme sur chaque événement que j’ai pu découvrir, j’ai été plus attiré par certaines autos que par d’autres.

Sans être des coups de cœur automobiles, j’apprécie quand même particulièrement les équipages qui osent engager des autos françaises dont la fiche technique semble déconnectée des “standards” du Tour Auto. Alors je salue les équipages qui ont “osé” engager une Pichon Parat (en compétition en plus), une Citroën GS (les équipages en question débrieffent leur course ici) ou encore une Honda N600 ou une Dauphine Gordini !

À l’opposé j’ai un coup de cœur pour la M1 Procar. Parce que c’est presque l’inverse : une bête de circuit avec des pneus plus large qu’un lit d’hôtel deux étoiles et une carrosserie avionesque est impressionnante à voir en spéciale. Et puis ce son, mon dieu !

Autre coup de cœur pour les Porsche 906. Mr John of B. et Sibel, Trouillard et Feess ou encore Rocher et Penillard avant leur cascade d’ennuis divers ont montré que ces autos ont leur place en VHC et qu’elles peuvent bien figurer, surtout sur circuit. J’espère en revoir s’intercaler dans le sempiternel match entre les Cobra et les Type E où les 911 et les Elan ont eu du mal à s’inviter cette année.

Dernier coup de cœur ? L’équipage vainqueur en VHC. Raphaël Favaro et Lucien-Charles Nicolet sont montés sur la plus haute marche du podium en garnissant leur armoire à trophée sur les spéciales. Ok, c’est leur troisième victoire alors pourquoi leur tirer un coup de chapeau ? Parce que ce sont des mecs bien. Tout simplement. Des mecs qui m’ont tout de suite répondu au téléphone pour parler de leur course avec passion et sans langue de bois !

Mes lieux préférés

Je ne vais pas les classer mais les énumérer par ordre chronologique. La première journée a été top parce que le départ à Montlhéry, avec le soleil se levant sur l’autodrome, c’était superbe. Un lieu magnifique qui a en plus été utilisé pour la course, une première en près de 25 ans, châpeau… sachant que les routes menant vers Magny-Cours puis le circuit lui-même n’offraient pas la même claque visuelle.

Ensuite, même lever de soleil sur Charade. Sans la pluie les photos sont moins spectaculaires mais j’avoue qu’on y est mieux ! Et là encore avec le dénivelé et la verdure du circuit auvergnat, c’était topissime !

Le troisième jour rien ne m’a vraiment marqué. Les routes étaient belles, on croisait de beaux villages mais on avait pas vraiment le temps de faire du tourisme.

Quatrième jour. Faut avouer qu’à dormir 4h par nuit avec les journées bien remplies à côté, on était vannés. Du coup après la spéciale de Mazamet, direction le circuit de Lédenon pour être sûr d’y voir toutes les autos. Choix concluant ? D’un côté on a raté le cirque de Navacelle et pris une prune de stationnement à Uzès (pas vu l’horodateur). De l’autre j’ai pu découvrir ce superbe circuit.

Je ne le mettrais pas au même niveau que Charade car l’environnement est moins sympathique. Mais les dénivelés sont encore plus fous. On peut vraiment se place en contre-plongée et voir les autos apparaître au sommet de buttes et s’offrir des angles de photo assez inédits. En plus il offre de beaux espaces pour les dépassements et on y a vu une Porsche 906 l’emporter sans capot arrière ! Un endroit top, qui plus est à cette heure là avec le soleil couchant (voire couché).

Sur le dernier jour, la spéciale du Ventoux (du moins sa zone spectateur) était trop loin du géant chauve pour pouvoir composer de belles photos avec lui. Mais la route qui menait ensuite à Saint Saturnin lès Apt était superbe en particulier la Combe de Font Jouvale et apercevoir un beau défilé d’autos… et des passionnés présents dans chaque virage pour admirer les autos.

Conclusion

L’an dernier je me disais “plus qu’un an à attendre”. Là, je croise un peu les doigts (du cuop ce’st pas faviel d’&crire), mais le rendez-vous est donné dans un peu plus de 200 jours. Et ça va arriver très vite !

Promis on vous prépare un superbe dispositif pour vous raconter la course jour après jour et encore plus rapidement. Et j’espère avec de magnifiques autos à vous montrer et des photos sublimes.

Mon Tour Auto 2020 par Benjamin

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Le Mans Motors Cup 2020, un beau bouquet final

Après une saison bien remplie par l'Historic Tour, Les rouges et noirs de chez HVM ont terminé l'année au circuit Bugatti avec...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Choisissez les photos du calendrier News d’Anciennes 2021 (et précommandez-le) !

Déjà en 2019 et en 2020 News d'Anciennes vous a proposé un calendrier. Vous avez été nombreux à l'afficher chez vous. Cette...