Une Dauphine Gordini au Tour Auto 2020, une épreuve magique sans se ruiner !

Une Dauphine Gordini au Tour Auto 2020, une épreuve magique sans se ruiner !
Une Dauphine Gordini au Tour Auto 2020, une épreuve magique sans se ruiner !
Jacques
Photographe, plus qu'amateur, et passionné de courses historiques, Jacques sillonne l'Europe pour voir les plus belles courses.

À la une sur News d'Anciennes

Au volant d’une Renault 5, un plaisir simple

Une Turbo ? Non. Une R5 Alpine Turbo alors ? Non plus. Pourquoi la Renault 5 devrait-elle être sportive pour être intéressante....

Artcurial fait un carton avec la vente de la Collection André Trigano

La vente de la collection Trigano devait être une des ventes phares du printemps. Repoussée à ce dimanche 13 Septembre elle a...

On a vu Wheeler Dealers Saison 14 : Le changement dans la continuité

Pendant que les collègues étaient à Epoqu'Auto, j'arpentais les allées du Salon de Birmingham de l'autre coté du Channel. C'était également l'occasion de voir...

Mon Tour Auto 2020 par Benjamin

Le Tour Auto 2020 s'est terminé il y a deux semaines. Je vous avoue que ce n'est pour autant que j'ai fini...

Premiers à s’élancer en régularité, voire premiers tout court, François, Vincent, Yves et l’autre (Roger) se sont fait remarqué au volant de leur Renault affublée du numéro 1. Avec une 18e au classement régularité, une 8e en VHC et une 3e en moyenne basse, pour une première participation, ils ne peuvent qu’être heureux d’un tel résultat mais comment en sont-ils arrivés là ?

Le Tour Auto 2020 avant le Tour Auto

L’histoire commence en avril 2019 au moment du départ du Tour Auto. Un ami de Vincent lui envoie des photos du Grand Palais. La vue de toutes ces superbes autos dans un tel cadre lui fait envie et il se dit : « Je veux y être l’année prochaine ». Commence alors un grand questionnement :

  • Avec qui ?
  • Comment participer ?
  • Avec quelle voiture ?
  • Avec quels moyens ?

À la première question, la réponse est évidente : François.

Vincent et François sont des copains d’école, ils ont fait du kart ensemble dans les années 70 et ne se sont jamais perdus de vue pendant leurs carrières professionnelles respectives. Un coup de fil et l’affaire est réglée.

Des considérations budgétaires et pratiques répondent à la seconde, ce sera en régularité.

Le choix du véhicule est plus complexe. Un ami de François, Robert Puyal journaliste auto ayant participé à plusieurs reprises au Tour Auto, leur suggère qu’une petite voiture populaire Française serait sans doute bienvenue au milieu des Porsche, Ferrari et autres habituelles participantes à l’événement. En parcourant les listes des voitures éligibles en VHC ainsi que celles des engagés des trois dernières éditions, un choix s’impose : une Dauphine Gordini.

La chasse commence. Vincent et François se plongent dans les petites annonces à la recherche de leur future monture. Au final, deux sont retenues. Vincent va les voir. La première est une bonne base de restauration mais nécessite de gros travaux et se trouve éliminée.

La seconde est LA perle rare. Une voiture dans un état de conservation exceptionnel, intérieur et extérieur, qui affiche 109.000 Km et seulement quatre propriétaires depuis sa sortie d’usine. C’est une Dauphine Ondine (version luxe) Gordini de 1961. Elle est accompagnée d’un énorme dossier comprenant, en plus de la facture d’origine, toutes les révisions effectuées depuis sa naissance ! C’est François qui ramène la voiture, de Mer (à côté de Blois) jusqu’en région Parisienne, sans aucun problème.

Bien sur, même si cette auto fonctionne très bien, il n’est pas envisageable de partir pour un Tour Auto sans une grosse révision. C’est ce qui est fait avec la réfection complète du moteur, le montage d’un embrayage neuf, le changement de toutes les durites, câbles et courroies. De plus, mise en place d’un compteur hectométrique indispensable pour la régularité. Deux chronos à aiguilles, purement mécaniques, viennent compléter cette super préparation… ainsi qu’un extincteur obligatoire. Chaussettes neuves également, montées sur les jantes repeintes (seuls éléments repeints de la voiture). Un dernier élément de « sécurité » est ajouté, un bidon de 5L d’essence au cas où.

Viennent ensuite 1500km de rodage et d’entraînement pour se familiariser avec l’auto et surtout à la régularité aussi bien sur route que sur circuit. Une journée et demie de stage avec Michel Périn, copilote au palmarès prestigieux en Rallye et Rallye raid, va leur donner tous les éléments nécessaires à ce type d’exercice très particulier.

Comme on peut le voir, même si leur modeste Dauphine n’est pas très impressionnante face à la concurrence, les deux garçons se donnent les moyens d’êtres compétitifs.

La Dauphine sur le Tour Auto 2020

Pour l’épreuve, pas d’assistance, c’est hors budget, mais deux copains Yves et Roger « porteurs d’eau » vont en fait les ravitailler en essence et en sandwichs pendant les longues, très longues, liaisons.

Les liaisons, voilà le plus gros défi que nos deux amis ont à relever. Leur Dauphine, même Gordini, ne compte que 36 petits chevaux qui ne leur permettent pas le moindre relâchement lors des parcours routiers s’ils ne veulent pas prendre de pénalités. Le rallye n‘est clairement pas fait pour une si modeste voiture et le paradoxe est que, ces engagés en régularité vont devoir chaque jour disputer une très longue spéciale sans aucun arrêt pour arriver dans les temps impartis, d’où l’importance des ravitaillements essence et sandwichs! Egalement primordiale pour atteindre l’objectif, une fiabilité sans faille de la Dauphine.

La popularité de la voiture est confirmée tout au long des routes magnifiques de ce parcours ; la petite Dauphine est applaudie dans tous les villages traversés. Un succès populaire qui a permis à l’équipage de recevoir aussi le prix spécial de l’organisation. Le seul sur les 200 véhicules participants !

Bien sur ravis d’un aussi bon résultat pour une première participation au Tour Auto (et la découverte de la régularité), nos deux compères repartirons peut-être mais avec une voiture un peu plus puissante afin d’éviter les angoisses des parcours de liaison connues cette année.

Et vous alors ?

Parmi vous se trouvent peut être certains qui se disent « Pourquoi pas moi en 2021 ? », une question se pose tout de suite : « Combien ça coûte ? ».

Une réponse générique est bien sur impossible mais Vincent et François nous ont dévoilé leur budget :

Achat de la Dauphine : 14000€

Total révision/préparation : 7000€
Engagement : 9800€
Invitations partenaires: 1000€
Soit un total de : 31800€

17000€ ont été apportés par divers partenaires, en imaginant que la voiture, avec un tel palmarès, soit revendue à son prix d’achat ceci laisse un déficit de 800€ pour avoir participé, en étant compétitif, à un des événement les plus prestigieux en compétition d’anciennes. Il est donc possible de courir cette épreuve exceptionnelle grâce à des choix judicieux (Benjamin vous faisait une liste d’autos à petit prix pour le Tour Auto par ici), quelques précieux conseils une préparation et une équipe solide.

Bravo à vous deux pour une aussi belle prestation aussi bien sur la piste qu’à côté. Rendez vous en 2021 pour de nouvelles aventures.

Une Dauphine Gordini au Tour Auto 2020, une épreuve magique sans se ruiner !

Sur le même thème

4 COMMENTS

      • Absolument!
        Et bien différencier les normes (D.I.N., S.A.E, ainsi que B.H.P ou C.U.N.A; nuances déjà évoquées lors d’autres commentaires.J’ai peut-être fait la confusion car la Régie a longtemps annoncé en S.A.E.
        Pour moi les meilleures sources d’infos sont les catalogues commerciaux des constructeurs, à défaut de contenir la vérité absolue, c’est la vérité positionnée et affirmée. Et qui peut servir de référence à nos mémoires altérées.
        La Dauphine Gordini, plus rare et plus mythique, pour avoir conduit les deux modèles, la G est , je dirais, plus à l’aise sans être “un avion de chasse. De plus la boîte 4 fait aussi la différence.

  1. Bravo aux participants et merci et NA pour cet article !
    Après ce qui a été fait dessus et ses super résultats, cette Dauphine vaut maintenant certainement bien plus que les 14000 euros de son prix d’achat.
    J’imagine quand même le pincement au coeur de ses propriétaires s’ils doivent s’en séparer pour leur prochaine aventure !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Concepts et Études, ép. 14 : Ford GT70, du Mans au rallye

Parce que toutes les autos anciennes ne sont pas arrivées sur nos routes, on va vous proposer d’en découvrir régulièrement. Rendez-vous pour...

Mon Tour Auto 2020 avec un appareil photo et une ancienne

Peter auto sait nous régaler avec ses événements tels que Spa Classic ou encore Chantilly Art & Elégance. Mais le clou du calendrier...

Mon Tour Auto 2020 par Benjamin

Le Tour Auto 2020 s'est terminé il y a deux semaines. Je vous avoue que ce n'est pour autant que j'ai fini...

Mon Tour Auto 2020 par Vincent

Deux semaines après la fin de ce Tour Auto 2020, la tête est encore pleine d'images et de souvenirs. Je vous propose...