Fiat Abarth 850 TC, elle annonce la couleur !

Fiat Abarth 850 TC, elle annonce la couleur !
Fiat Abarth 850 TC, elle annonce la couleur !
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

J’ai regardé Wheeler Dealers France, voilà ce qu’en pense

Cet article date du lancement de Wheeler Dealers France. Nous en sommes à la saison 3 et notre avis sur l'évolution du programme est...

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Renault 3, le chaînon manquant

Si tout le monde connaît la R4, devenue la 4L, il faut savoir que Renault a également produit la Renault 3. Celle qui se...

Si vous cherchez du radical, que même les R8 Gordini et autres Simca 1000 Rallye sont trop policées pour vous, voilà une auto qui devrait vous intéresser. Encore plus anciennes que les françaises citées, la Fiat Abarth 850 TC est une vraie auto de course arrivée sur la route par la force des choses.

Des échappements aux premières Fiat Abarth

Avec la Fiat Abarth 850 TC on revient directement aux premières années de Carlo Abarth dans le monde automobile.

Dans l’immédiat après-guerre il est embauché par Cisitalia et travail sur la superbe 202, tant pour sa préparation qu’en étant directeur de course de la marque. Une fois l’aventure officielle terminée, il continue de développer les autos, naissent ainsi les 204 et 205.

Il commence aussi à préparer des autos sur des bases Fiat. La base de ces préparations : des échappements qui font sa renommée. Pourtant il passe très vite à d’autres organes mécaniques et travaille également pour d’autres marques.

Mais c’est bien avec le géant Turinois qu’il se fait remarquer. Ce n’est pas encore l’aire des Fiat 500 mais des 600. Abarth crée un kit permettant l’augmentation de cylindrée et c’est ainsi que naît en 1956 l’Abarth 750. Le kit est commercialisé et se vend bien. Pour autant, ce n’est qu’une étape et il veut aller plus loin.

La Fiat Abarth 850 TC débarque

Pour ceux qui trouvent que la 750 ne va pas assez loin, on propose à partir de la fin de l’année 1960 la Fiat Abarth 850 TC (elle sera disponible en Février 1961). Le nom veut tout dire ou presque. Presque, car la Fiat 850 n’est pas encore arrivée. Et c’est bien d’un dérivé de Fiat 600 dont on parle ici.

Le moteur de la Fiat 600 D, qui cube alors 767 cm³ est modifié. La course atteint 69mm et l’alésage 62,5. Résultat : 847 cm³. Les pistons sont modifiés pour une meilleure compression, l’arbre à cames est retravaillé, le carbu est un Solex 32, le vilebrequin est spécifique, le filtre à air aussi et évidemment le pot d’échappement est un Abarth. Au lieu de 32 ch on se retrouve à 52 équidés !

Mais la préparation ne s’arrête pas là. Les besoins de refroidissement sont énorme et Abarth a son idée. Il va installer un radiateur d’huile d’abord placé sous l’habitacle et finalement… tout à l’avant, avec le radiateur d’eau. Aucune idée aérodynamique derrière ce gros cube qui trône à l’avant de la Fiat Abarth 850 TC !

Avec ses 610 kg sur la balance, l’auto peut filer à 140 km/h. Comme c’est trop pour les freins d’origine, ce sont des disques qui sont montés à l’avant.

La Fiat Abarth 850 TC n’est pas si artisanale

La production commence et elle doit se faire vite. En fait on veut faire homologuer pour la course, mais pas dans n’importe quelle catégorie : les tourisme, des autos non modifiées et achetables en l’état auprès du revendeur. Il faut donc produire 1000 exemplaires avant tout engagement.

Pour la production, Abarth va recevoir le concours de Fiat. Les autos sont prélevées sur la chaîne et envoyées chez le préparateur qui monte directement les éléments spécifiques. Pour autant on peut toujours, si on aime mettre les mains dedans, monter soi-même sa Fiat Abarth 850 TC à partir d’une 600, le kit est disponible.

La Fiat Abarth 850 TC en course !

Les premiers engagements ne tardent pas à arriver. C’est aux 500 Km du Nürburgring que les premières Fiat Abarth 850 TC vont se faire particulièrement remarquer. Dans une course dominée par deux Fiat Abarth 1000, elles font le triplé en catégorie Tourisme, devant certaines autos de plus grosse cylindrée !

Pour fêter ce résultat, l’usine propose en 1962 les Fiat Abarth 850 TC Nürburgring dont la puissance est passée à 55 ch. On ira même encore plus loin avec les TC/SS, bientôt rebaptisée “850 TC Nürburging Corsa” et leur 57ch.

Les engagements continuent. Les Fiat Abarth 850 TC sont engagées sur des courses de cote mais également au Tour de France. En 1962 c’est un équipage de grande classe qui l’emmène : Bianchi (Lucien) et Ickx avec une 11e place en Tourisme.

Les courses de cote s’ajoutent aux épreuves de tourisme, la petite bombinette s’y fait un nom alors qu’elle n’est déjà plus produite ! Elle a en effet remplacée par la Fiat Abarth 1000, encore plus radicale !

Les Fiat Abarth 850 TC de nos jours

Ces autos qui annoncent la couleur dès l’aperçu de leur carrosserie sont rares… Mais pas forcément hors de prix !

L’auto qui illustre cet article a été vendue par Bonhams lors de sa vente en ligne “Les Grandes Marques du Monde à Paris” (mais en ligne) cette année pour 36.800 €. Et pourtant l’auto avait un bel historique et a déjà participé au Tour Auto.

Une auto originale, sympathique et performante. À envisager sérieusement !

Photos supplémentaires : Abarth press

Fiat Abarth 850 TC, elle annonce la couleur !

Sur le même thème

3 Commentaires

  1. Cette petite bombe m’a fait rêver , je me souviens entre autre d’un pilote hollandais du de Ben Pond qui savait la faire virevolter en tête des pelotons comme personne d’autres .

  2. le capot levé à l’arrière est une longue histoire qu’Abarth a cachée en laissant croire que c’était pour mieux refroidir le moteur. Par hasard, en le levant plus haut, les pilotes se sont rendus compte qu’il améliorait nettement la tenue de route de la voiture en jouant le rôle d’appui non négligeable.

  3. Ah ! Le bonheur de voir ces abeilles en courses de côtes, en particulier aux Rangiers en Suisse fin 60 – début 70 ; à Sancey le Grand et autres côtes dans le coin, on y voyait Affentranger un Suisse… En 74-75, il est passé à la Mustang groupe 1, ce “bateau” a dû le changer !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

[La Clé de 13] Zoom sur les roues élastiques !

Dans ce nouvel article technique, on va revenir sur une technologie qui n'a pas fait long feu. Apparues peu de temps après les automobiles,...

Ferrari & Porsche, deux marques légendaires, pas pour les mêmes raisons

Qu'on soit sensible, ou non, à leurs charmes et à leurs autos, on ne peut pas le nier. Ferrari et Porsche sont deux marques...