Cisitalia 202, une vraie œuvre d’art, très moderne

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne
Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

J’ai regardé Wheeler Dealers France, voilà ce qu’en pense

Cet article date du lancement de Wheeler Dealers France. Nous en sommes à la saison 3 et notre avis sur l'évolution du programme est...

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Renault 3, le chaînon manquant

Si tout le monde connaît la R4, devenue la 4L, il faut savoir que Renault a également produit la Renault 3. Celle qui se...

Si vous vous demandez à quoi ressemble une auto sportive et moderne juste après la seconde guerre mondiale, la Cisitalia 202 est une réponse parfaite. Parce que cette auto c’est bien plus qu’une pièce du célèbre MoMA.

Dusio, Juventus, Giacosa : voici Cisitalia

Commençons par les bases : la marque. Cisitalia est une aventure qui dura peu de temps mais qui a réuni de très grands noms.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

La marque a été créée par Piero Dusio qui est un sacré personnage. Né en 1899 il veut devenir footballeur et jouera pendant 4 années avec la Juventus. En vérité il n’est aligné que sur 15 matchs et en 1923 il arrête cette première carrière suite à une blessure.

Il se lance alors dans le textile et après avoir été simple revendeur il lance sa société de toile cirée puis se diversifie dans les équipements sportifs. Sa fortune va se faire par ce biais, Mussolini lui faisant confiance pour équiper l’armée italienne !

Cette fortune va financer son nouveau sport : le sport automobile. En 1937 il termine 50e des Mille Miglia mais premier de sa catégorie au volant d’une Fiat Siata 500 Gran Sport. L’année suivante il a changé de braquet et termine 3e au volant d’une Alfa Romeo 8C 2300 puis remporte quelques mois plus tard la montée du Stelvio au volant d’une Alfa Romeo 2900 Botticella.

La guerre stoppe les courses automobiles et le voilà de retour dans le foot. Piero Dusio devient président de la Juve en 1940. Trois ans plus tard, conscient que la guerre se terminera un jour, il prend les devants et crée sa future marque automobile, ce sera Cisitalia pour Compagnia Industriale Sportiva Italia.

Forcément il faut attendre la fin du conflit pour que la première auto de la marque ne voit le jour. C’est une auto de course, la D46 (ou 201). Ses créateurs ? Giovanni Savonuzzi mais surtout Dante Giacosa qui fait chez Cisitalia une parenthèse à sa prolifique carrière chez Fiat (on en parle ici). Elle fait appel à une mécanique Fiat et Dusio n’est pas le seul à en prendre le volant, Sommer, Nuvolari, Chiron ou Taruffi la piloteront également.

Bien née la voiture accumule les succès… Et Dusio se prend à rêver.

La naissance de la Cisitalia 202

Une monoplace c’est bien, mais seule une voiture de sport est éligible aux Mille Miglia. Dusio va alors remettre son équipe au travail pour dériver de la D46 une auto à deux places. Giacosa est retourné chez Fiat mais Savonuzzi reprend ses dessins pour créer la Cisitalia 202.

La base technique est identique à la D46, conçue avec beaucoup de pièces Fiat que Giacosa connaissait par cœur et un châssis tubulaire. La Cisitalia 202 repose donc sur des triangles et un ressort à lames transversal, l’arrière sur un essieu rigide.

Le moteur est un 1089 cm³ Fiat. Sauf qu’il a été revu de fond en comble. Déjà il fait appel à un carter sec pour abaisser son centre de gravité. Ensuite les ressorts de soupapes sont doublés, la distribution originale remplacée par des pignons. Carlo Abarth (qui n’a alors pas la même renommée) a également été mis à contribution pour le système d’admission, d’échappement et un carbu double corps. Résultat : la puissance est passée à 60ch sur les premières autos. Le double de la puissance d’origine.

Pour ce qui est de sa ligne de la Cisitalia 202, Savonuzzi va peaufiner ses dessins en soufflerie. Le résultat est élégant mais surtout très aérodynamique. C’est Vignale qui carrosse les première autos, tout en alu. Le résultat plaît tellement à Dusio qu’il prête de l’argent à Vignale pour créer son propre atelier.

C’est aux Mille Miglia 1947 qu’elles apparaissent. D’un côté on a trois Spyders, les Cisitalia 202 SMM et d’un autre côté deux coupés, les CMM. Au départ on ne donne pas cher de leur peau, surtout que la concurrence, majoritairement des autos d’avant-guerre est bien plus puissante.

Tazio Nuvolari se voit même relégué sur l’auto la moins puissante. Dusio fait ce choix en raison des problèmes respiratoires réguliers du pilote. Néanmoins son talent est intact et à Rome il pointe en tête ! Finalement au retour à Brescia il compte 16 minutes et 4 secondes de retard sur l’Alfa 2900 de Bondietti. Il remporte néanmoins sa classe et il est suivi aux 3e et 4e positions par les deux autres Spyders.

La Cisitalia 202 a réussi son entrée.

La Cisitalia 202 de route

Si Cisitalia poursuit la construction des autos de course, 21 Spyder seront ainsi créés.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

Mais Dusio veut aussi en tirer une auto “vendable” au cahier des charges très strict et compliqué : “large comme une Buick, aussi basse qu’une voiture de Grand Prix, le confort d’une Rolls Royce et légère comme la D46“.

Si la base technique est identique, avec un moteur de 55ch par contre, c’est Pininfarina qui se retrouve au dessin de cette nouvelle auto. Vignale est encore un artisan et ne pourra pas suivre une cadence qu’on espère évidemment excellente.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

La Cisitalia 202 de route arrive donc fin 1947. Elle est présentée le 6 Septembre 1947 la veille du Grand Prix d’Italie puis elle fait sensation à la Villa d’Este puis au salon de Paris. La voiture est chère mais elle peut compter sur Max Hoffman pour bien la vendre aux Etats-Unis.

En 1948 le coupé est secondé par un cabriolet. Un seul sera produit par Pinin Farina. Il laisse ensuite le soin à son frère, les Stabilimenti Farina, de poursuivre l’assemblage, tant des coupés que des cabriolet. L’aluminium est abandonné au profit de l’acier sur ces autos appelées Gran Sport.

Néanmoins l’aventure tourne court pour Piero Dusio. Son amitié avec Ferdinand Porsche lui a fait payer sa caution (il était alors retenu en France) pour qu’il lui développe une auto de Grand Prix à 4 roues motrices. Ces deux choses le mettent dans une situation économique qu’on qualifiera pudiquement d’inconfortable. Le patron part en Argentine développer Cisitalia Argentina et AutoAr tandis que Cisitalia est placé sous administration judiciaire.

La Cisitalia 202 continue néanmoins sa carrière. Le moteur passe à 60ch puis 75ch sur les ultimes versions. Vignale introduit un pare-brise bombé et en une seule partie tandis que des ouïes d’aération viennent se placer devant les ailes avant.

Enfin notons que deux autos seront carrossées chez Castagna, en Spyder, reconnaissables avec leur calandre particulière.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

En 1951 elle fait partie des 8 autos exposées au tout nouveau MoMA (Museum of Modern Art) à New York. Elle y est d’ailleurs resté ! Cela va en faire une icône mais pas relancer ses ventes.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne
Pinin Farina et la Cisitalia au MoMA

En 1952 un partenariat avec le constructeur marin B.P.M offre de nouvelles perspective. La 202 peut recevoir un 2 litres ou même un 2,8 litres de 130ch. Une 202 2,8 litres et pilotée par Dusio brille aux Mille Miglia avant d’abandonner. Mais c’est aussi cette année là que la dernière des 172 Cisitalia 202 sort de production.

Les Cisitalia après la 202

En 1953 Dusio s’est définitivement retiré de Cisitalia qui devient Cisitalia Autocostruzioni. Désormais elle ne fait plus que des Fiat modifiées. La 33 DF (pour Derivata Fiat) est basée sur une Fiat 1100, la 303 DF est basée sur la 1100E.

Les dernières Cisitalia sortiront en 1963. Ce sont des 750 GT, dérivées de la 600. On est alors bien loin des 202.

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

Les Cisitalia 202 de nos jours

Rares sont les autos à se montrer. Et au final c’est dans les salles des ventes qu’on les voit le plus. La cote est élevée mais reste contenue. La Cisitalia 202, de série, n’a jamais inscrit son nom au palmarès d’un grand événement et elle est quand même motorisée… faiblement dirons-nous.

Par conséquent, on trouvera des autos à partir de 180.000 €. Les versions les plus chères iront chercher jusque 250.000 €.

Reste à en trouver une !

Photos complémentaires : Bonhams

Cisitalia 202, une vraie œuvre d'art, très moderne

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Sur les pistes de l’Histoire : Reims, Gueux mais pas que

Après vous avoir emmené en Bourgogne pour parler des circuits autour de Dijon, direction une autre ville française qui a vu défiler les F1,...

La Peugeot 404, populaire classique ET innovante !

La Peugeot 404 est restée 19 ans au catalogue de la marque au lion. Belle performance ! Et cette auto qu'on pourrait croire classique...

[La Clé de 13] Zoom sur les roues élastiques !

Dans ce nouvel article technique, on va revenir sur une technologie qui n'a pas fait long feu. Apparues peu de temps après les automobiles,...

Ferrari & Porsche, deux marques légendaires, pas pour les mêmes raisons

Qu'on soit sensible, ou non, à leurs charmes et à leurs autos, on ne peut pas le nier. Ferrari et Porsche sont deux marques...