2 VEV, l’Aston Martin DB4 GT Zagato de Bonhams au Festival of Speed

Premier article personnel sur News d’Anciennes, du coup je m’atèle à vous présenter une superbe auto, un modèle que je considère comme l’une de mes deux voitures préférées. 2 VEV est la superbe Aston Martin DB4 GT Zagato que Bonhams proposera lors de sa vente au Festival of Speed. A l’occasion de la vente de la maison anglaise au Grand Palais, les résultats et l’expo sont ici, l’auto a été dévoilée et voici son histoire.

La DB4 GT Zagato, rivales des Ferrari… au moins dans les cœurs

La DB4 GT Zagato est le fruit d’une collaboration entre la firme anglaise Aston Martin et le carrossier italien Zagato, mais elle marque surtout le début d’une longue histoire conjointe entre ces deux légendes du monde automobile.

Produite à seulement 19 exemplaires, la DB4 GT Zagato est présentée au Salon d’Earl’s Court à Londres en 1960. Elle prend pour base l’ensemble châssis/moteur de la talentueuse Aston Martin DB4 GT, mais reçoit un habillage spécifique tout droit sorti des ateliers italiens de Zagato, non loin de Milan. Ercole Spada est le designer de cette nouvelle carrosserie qui permit, en outre, de gagner une cinquantaine de kilogrammes sur la balance, et ainsi atteindre 1225 kg. Opposée en son temps aux mythiques Ferrari 250 GTO, elle ne brillera malheureusement pas par son palmarès mais sa ligne est considérée comme l’une des plus belles de la période d’après guerre, avec celle d’une de ses rivales de toujours, la Ferrari 250 GT SWB, signée PininFarina.

L’Aston Martin DB4 GT Zagato de Bonhams

Revenons en à l’Aston Martin DB4 GT Zagato au châssis 0183/R, aussi surnommé « 2 VEV » en raison de son immatriculation. Cet exemplaire est issu de l’Essex Racing Stable, une écurie privée, détenue par John Ogier, ayant officié à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Réputée pour avoir engagé de nombreuses Aston Martin mythiques telles la DBR1 et la DB4 GT, deux DB4 GT Zagato prirent la piste sous leur giron, les fameuses « 1 VEV » et « 2 VEV », deux des trois voitures sortis d’usine avec la spécification DP209 (version allégée).

Avec l’assistance d’Aston Martin, ces deux exemplaires furent engagés tout d’abord aux 24 Heures du Mans 1961, sans succès malheureusement, les deux voitures ne terminant pas la course. Cependant, 2 VEV remporta sa première victoire à Aintree en Juillet 1961, lors de la course d’ouverture du Grand Prix de Grande Bretagne, en prenant la tête à une Jaguar Type E dans le dernier tour. Jim Clark la mènera à la 4ème place du RAC Tourist Trophy à Goodwood la même année derrière Roy Salvadori sur « 1 VEV » et deux Ferrari 250 GT SWB. Viennent ensuite les 1000 kilomètres de Paris où Clark/Ireland classent « 2 VEV » 6ème à 3 tours du vainqueur.




Destruction et reconstruction

La suite de son histoire la mena, en 1962, en Belgique où elle fut prêtée à l’Ecurie Nationale Belge pour la faire concourir sur le célèbre tracé de Spa Francorchamps. Malheureusement, Lucien Bianchi détruisit totalement la voiture lors d’une sortie de piste. La voiture fut envoyée à Feltham pour une reconstruction complète et c’est à ce moment qu’elle reçut une carrosserie la différenciant des autres DB4 GT Zagato. Elle bénéficie d’une ligne de toit plus basse et plus plate, une queue plus longue ainsi que des ailes arrières plus larges, la rendant plus aérodynamique que ses congénères.

Elle reprit la piste à l’occasion du RAC Tourist Trophy de 1962, toujours avec l’illustre Jim Clark aux commandes, mais ce dernier finira par se heurter à la Ferrari 250 GTO de John Surtees (châssis 3647GT) et sera réparée dans la foulée pour prendre la piste à Montlhery. Appartenant toujours à John Ogier, elle fut engagée dans des courses mineures jusqu’à sa vente en 1964 à Nick Cussons, un membre désormais éminent de l’Aston Martin Owner’s Club.

Une histoire moderne loin des musées

En 1971, à l’issue d’une soirée dans un pub, une transaction arrosée de 3600£ a permit à cette voiture d’entrer dans la collection de la famille Hart. L’histoire dit que Hart aurait rappelé Cussons le lendemain pour savoir s’il souhaitait toujours vraiment la vendre, une fois les effluves de bières dispersées et que ce dernier aurait acquiescé bien volontiers. Elle a ensuite participé à un bon nombre de courses historiques dans les années 1980 sous la houlette de Roger St John Hart. Apres sa mort en 1989, sa femme se maria avec David Eyles, co-propriétaire actuel de la divine anglo-italienne.

Il l’a confia occasionnellement à son ancien propriétaire Nick Cussons pour des courses historiques, et elle remporta même le Championnat FIA GT Historique en 1993 après une mise au point affûté grâce à son ami, Geoff Harris. Toutefois, un accident sur l’Ile de Man en fin 1993 lui vaudra un séjour de deux ans à Newport Pagnell pour une restauration aux spécifications 1962. Elle a depuis participé à de nombreux concours d’élégance. 47 ans après son rachat, la voiture est toujours dans la famille Hart, mais elle changera très sûrement de main l’été prochain.

Star de la vente Bonhams au Festival of Speed 2018

Aujourd’hui, il s’agit sûrement de l’Aston Martin DB4 GT Zagato la plus intéressante mais aussi la plus importante. Outre son historique, ex-Le Mans, ex-Goodwood TT, pilotée de nombreuses fois par Jim Clark, c’est l’une des deux seules DB4 GT Zagato à disposer d’une carrosserie aux spécifications DP209. Bien que n’ayant que très peu pris la piste depuis sa restauration dans le milieu des années 1990, elle reste prête à être engagée dans des compétitions historiques, pour notre plus grand plaisir. Elle passera sous le marteau le 13 Juillet 2018 lors du Festival Of Speed de Goodwood ! On vous reparlera prochainement de son catalogue.

En attendant le mois de Juillet, je vous conseille d’ailleurs la sage lecture d’une interview de David Eyles, datant de Septembre 2017 à lire ici.



Joris

3 commentaires sur “2 VEV, l’Aston Martin DB4 GT Zagato de Bonhams au Festival of Speed”

  1. Bel article sur une belle voiture !
    Une précision tout de même : la voiture n’a pas été reconstruite après le crash de Bianchi. L’assurance ayant remboursé la voiture rubis sur l’ongle, John Ogier prit la dernière Aston Martin de type DP209 sortie des usines et lui apposa le numéro de châssis de 2VEV (0183/R) et remis cette nouvelle voiture en circulation comme si c’était l’ancienne réparée. On peut donc dire qu’il y a deux “2VEV”, l’originale de 1961 et la nouvelle après le crash. Ce qu’explique très bien Doug Nye d’ailleurs. L’écurie ayant ainsi empoché une bonne partie de la prime d’assurance.
    Par conséquent, il a 20 DB4GT Zagato, et non 19, puisqu’il a existé deux voitures portant le même numéro de chassis.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.