Une belle Simca 1000 dans la rue

Une belle Simca 1000 dans la rue
Une belle Simca 1000 dans la rue
Pierre
Chauffeur officiel pour les travellings, il lui arrive de passer derrière le volant. Propriétaire, de 4L, d'Alfa GTV, malheureusement pas grand chose en état de rouler !

À la une sur News d'Anciennes

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...

Nos Anciennes Abandonnées : les invisibles

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d'or ou d’œuvres d'art... quoi que. Il sillonne les routes d'occitanie à la recherche d'anciennes......

Des Citroën, des Renault, des Peugeot anciennes, on en voit dans la rue. Les Simca sont bien plus rares. Pourquoi ? C’est une très bonne question mais le fait est qu’on en voit plus. Alors quand on croise une 1000 au hasard d’une belle journée, on s’arrête et on immortalise.

Notre belle du jour est donc une Simca 1000, ça c’est sûr. Le Blanc Fontenoy lui va très bien. Maintenant il va falloir reconnaître le modèle, et là ce n’est pas évident.

En fait notre auto a probablement été restaurée. À la base il devait s’agir d’une GLS de 1967 ou de 1968, visible à son tableau de bord de deuxième génération. Mais certains éléments manquants pourraient faire penser à une GL. Ainsi on ne trouve plus la baguette de capot distinctive de ces autos, ni les enjoliveurs supplémentaires qui permettent de cacher toute la jante ou encore le monogramme GLS de la calandre.

Par contre on retrouve bien le monogramme placé sur la custode arrière droite. Et puis l’intérieur en Aéralon rouge n’était disponible que sur la “luxueuse” GLS et tend notre investigation vers un modèle 67. On note d’ailleurs que les sièges de cette version pouvaient s’incliner.

On notera enfin quelque chose que l’on voit particulièrement bien sur la photo ci-dessous : la vraie-fausse calandre. On ne vous apprend rien en disant que la Simca 1000 embarquait son moteur à l’arrière. D’ailleurs il s’agit dans ce cas précis d’un moteur de 52ch. La 1000 n’était pas encore la sportive, il faudra encore attendre quelques années.

Si vous voulez en savoir plus sur les Simca 1000 et sur toutes les déclinaisons, on vous invite à lire cet article :

En attendant, quelques photos supplémentaires de notre belle du jour :

Une belle Simca 1000 dans la rue

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Les Grandes Marques à Monaco, Bonhams sort l’artillerie lourde

Oui, le Grand Prix de Monaco Historique 2021 aura bien lieu (Cedric vous détaillait les plateaux par ici). Et les événements qui vont avec...

Renault F1, les années Turbo – Partie 2 (1978-1979)

Dans cette série d'articles, alors que Renault Sport a passé le flambeau à Alpine en Formule 1, nous continuons de retracer la saga de...

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...