La Renault Colorale, comme une idée de crossover

La Renault Colorale, comme une idée de crossover
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat dans le...

La MEP Daphné, le coupé chevronné et oublié

Quand on associe MEP et Citroën on pense à ces monoplaces en coin, bleu et blanches qu'on voit régulièrement sur des événements tels les...

Notre sélection de cadeaux de noël pour des passionnés d’anciennes

Même si on est loin de la frénésie de Noël avec l'ambiance actuelle, ça approche, c'est dans moins d'un mois maintenant ! Et si...

On sera certainement tous d’accord sur un point, la Renault Colorale n’est pas la voiture ancienne au plus grand aura. Elle n’est pas non plus très visible sur les rassemblements, pourtant son concept était particulièrement intéressant pour l’époque.

La naissance de la Renault Colorale

Au sortir de la seconde guerre mondiale, la gamme Renault est plutôt mince. On a relancé la Juvaquatre et la Renault 4CV est arrivée. C’est alors que Renault lance une nouvelle voiture qui est présentée au salon de Paris 1949.

Le cahier des charges est le suivant : une voiture fonctionnelle et robuste, aux larges volumes, destinée à la population de toute la France. Et en 1949, la France est urbaine, la 4CV s’en charge, mais aussi rurale et encore très coloniale ! C’est d’ailleurs cette clientèle que vise Renault qui n’y va pas par quatre chemins pour le nom : COLOniale + ruRALE = Renault Colorale.

La voiture présente en effet un beau volume : 4.27 m, quand la 4CV fait 3.62m ! En largeur on atteint les 1.98m et en hauteur on culmine à 1.75m. En gros, c’est un petit Crossover actuel ! Par contre les matériaux de l’époque ne permettent pas de faire de miracle sur le poids : 1610 kg pour la première version ! C’est Chausson qui sera chargé de l’emboutissage et de l’assemblage de la carrosserie.
Le moteur est le 4 cylindres Type 85 de 2383 cm³ apparu en 1936 sur la Primaquatre. Il n’est pas spécialement moderne mais sa robustesse n’est plus à démontrer. Par contre il consomme beaucoup pour n’offrir que 46 ch à la voiture.
Avec tout ça, atteindre les 100 km/h en pointe est une réelle performance.

En plus de la Renault Colorale, on lance deux versions sur la même base, la Prairie qui est un break vitré, et la Savane, que l’on nomme “break colonial” et qui n’a que deux portes.

D’autre carrosseries sont proposées, un Pick-Up, un Taxi 7 places, un Plâteau-Ridelles (les photos de la verte de cette article) et même un Châssis-Cabine. Ce dernier sera utilisé par de nombreux carrossiers pour créer des versions spéciales, comme des bétaillères par exemple.

En plus, la voiture peut-être livrée en version 4 roues motrices, elle est alors très haut perchée !

Évolutions de la Renault Colorale

La voiture arrive sur le marché en 1950. D’emblée, sa petite puissance lui est reprochée. En plus, les clients cherchant ce genre de véhicules recherchent des véhicules plus fins, plus beaux, avec des chromes.

La première retouche de la Renault Colorale apparaît en 1953. La voiture va alors adopter le nouveau moteur Étendard qui vient d’arriver dans la gamme Renault, et notamment sur la Renault Frégate.

Cette fois, c’est un 1996 cm³ plus moderne et qui développe 56 ch. Le couple est en baisse donc on ne peut pas réellement parler d’une amélioration des performances…

La voiture restera au catalogue jusqu’en 1957, elle est alors remplacée par la Frégate Domaine, le break, qui est il est vrai plus luxueux et gracile. La Renault Colorale aura été produite à 43.000 exemplaires au total.

La Renault Colorale de nos jours

C’est le genre d’autos pour laquelle le plus dur sera d’en trouver une ! Les laborieux n’ont pas toujours bien traversé le temps… Néanmoins un modèle propre en plateau bâché se dénichera autour des 4000 €.

Si vous cherchez une version 4×4, déjà ce sera encore plus dur d’en trouver une… et ensuite vous pourrez tabler sur un budget de 10.000 €… et faites attention aux pièces !

La Renault Colorale, comme une idée de crossover

Sur le même thème

2 Commentaires

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Le Calendrier des Courses Historiques 2021

En 2020 on a pu voir quelques courses historiques sympathiques. Mais il faut bien dire que la saison a été réduite et ultra condensée....

Musée Matra, la France et pas n’importe laquelle

Mis sous le feu des projecteurs récemment quand la MS 670 a été retirée de l'exposition, il serait quand même dommage de réduire le...

Bixhope Art, des autos, des couleurs et Bull The Dog

Malgré son nom, c'est bien un artiste français qu'on vous présente aujourd'hui. Et même un jeune artiste car s'il est né en 1968, c'est...

La MEP Daphné, le coupé chevronné et oublié

Quand on associe MEP et Citroën on pense à ces monoplaces en coin, bleu et blanches qu'on voit régulièrement sur des événements tels les...