Centenaire Citroën à la Ferté Vidame

Notre Road-trip vers le Centenaire Citroën : que du plaisir !

Et quel plaisir ! Se rendre à une manif de voitures anciennes, surtout si c’est pour célébrer le centenaire Citroën, ne s’envisage que par la route, au volant de notre Traction. Installez vous sur la banquette arrière, on vous amène vivre de beaux moments au rassemblement du siècle à La Ferté Vidame.

Le trajet direction le centenaire Citroën

Nous partîmes à 3 Traction, mais par un prompt ramdam,
Nous nous vîmes plus de 4200 en arrivant à la Ferté-Vidame.
Tant, à nous voir rouler avec un tel plaisir,
Les plus interloqués reprenaient leur sourire.

Notre trajet pour rejoindre la célébration du Centenaire Citroën s’effectue par les départementales en 3 étapes. Un circuit touristique qui traverse la France du sud vers le Nord. Depuis Marseille, d’abord 450 km jusqu’à Clermont Ferrand, puis 380 km pour rejoindre Saumur et enfin 190 km pour arriver à la Ferté Vidame.

Tout au long du trajet nos trois Traction ne passent pas inaperçues. Elles favorisent de chaleureux échanges avec les personnes rencontrées en route qui nous félicitent de réaliser d’aussi longs trajets. Pour nous, rouler en Traction est un réel plaisir, c’est en fait prendre son temps et apprécier les paysages différemment.

Des centaines de Traction, et moi et moi et moi !

Arrivés le vendredi 19 juillet après-midi nous sommes étonnés par les routes barrées et par le balisage. Mais après avoir traversé 2 champs chaotiques pour rejoindre le check-point d’entrée, l’organisation sérieuse se fait sentir. En effet, des barnums en enfilades et des files délimitées par des tables façon péage d’autoroute, permettent un enregistrement rapide des collectionneurs.

Un gros autocollant vert à coller sur le pare brise nous est remis, ce sera notre pass. Les jours suivants il nous ouvrira les routes barrées par les gendarmes pour arriver directement sur les parkings, sans attente, sans embouteillage. Il n’en sera pas de même pour les visiteurs et les collectionneurs non enregistrés. Benjamin revient dessus en détail dans son article que vous retrouvez ici.

Nous suivons les indications pour arriver sur nos emplacements. L’émotion nous gagne en remontant l’allée pour trouver notre place en fonction de l’année de notre automobile. C’est impressionnant ! On ne sait plus où regarder, des centaines de Traction rangées en chevron, d’abord les longs capots noirs, ensuite de la couleur et en toile de fond le château… enfin ce qu’il en reste. Toutes les versions dessinées par Flaminio Bertoni sont présentes coupé, cabriolet, berline, familiale…

Le rassemblement du siècle

Waouh ! Juste derrière les Traction nous sommes également surpris par le nombre de “caisses carrées”. Les avant-guerre représentent dignement les débuts de la marque aux chevrons.

Une des pelouses du parc est envahie à perte de vue par la gamme complète de DS et ID. L’une d’elle tracte un très rare Caravaboat Cirel des années 80.

Le site est immense et les deux jours et demi de présence sont à peine suffisants pour admirer toutes ces merveilles. Les 2 pattes alignées sous les arbres en fonction des années et modèles sont notre 1er choix pour commencer le samedi. C’est la farandole des couleurs et si elles ne sont pas encore toutes arrivées, l’emplacement prévu laisse présager une présence massive de celles-ci. Elles seront environ mille, renforcées par les Dyane, les AMI, les Méhari et Tangara.

Les types H et camions, beaucoup moins nombreux, sont rangés en arc de cercle au fond du champ. Cette disposition offre un très beau panorama mais bien sûr il est indispensable de s’en rapprocher pour les admirer dans le moindre détail. Le chemin à parcourir à pied pour arriver jusque là est plutôt long donc on se prive pas de se plaisir. Pour économiser leurs pieds un bus U23 promène les visiteurs à travers l’immense parc du château.

La fête d’anniversaire serait moins éclatante sans les modèles plus récents. Heureusement SM, GS, BX, CX, Visa, Xantia, LNA… ont également leur passionnés. De très beaux modèles ont fait le déplacement. C’est la génération montante qui sera peut-être la plus représentée pour le bicentenaire.

Les carrosseries spéciales sont de la fête

Ce type d’évènements est toujours l’occasion de contempler des carrosseries spéciales. Au centenaire Citroën cela commence par une 2CV Bijou produite en Angleterre en seulement 211 exemplaires. Plusieurs Traction permettent d’observer le talent des carrossiers de l’époque, Tonneline, Splendilux, Clabot, Langenthal, et une 11BL bleue Renard & Bec. Ce cabriolet de 1948 est un des 2 exemplaires construits selon les courbes dessinées par Georges Hamel.

Mais les plus délirants se trouvent chez les DS et CX. Les 1ères modifications de chez Tissier sont les portes voitures de plus de 10m sur base de DS, avec les 3 essieux AR à suspension hydraulique. Tissier est ensuite passé à la transformation de CX, portes autos, fourgons grand volume et ambulances.
Une fois ces monstres découverts, la visite se poursuit par les cabriolets et coupés DS. Parmi les nombreux cabriolets usine on trouve des coupés et cabriolets Chapron ou encore un superbe coupé Grand Palais carrossé par Gérard Godfroy (le père des Venturi).

Des animations pour célébrer le Centenaire Citroën

De nombreuses animations sont prévues afin de combler les visiteurs et participants : une bourse de pièces, une vente aux enchères, des expos avec des modèles rares, un concours d’élégance, une parade d’autochenilles, des concerts et même un feu d’artifice…

Le tour du circuit d’essais : magique !

Le point d’orgue du Centenaire Citroën est incontestablement, pour un propriétaire d’une auto aux chevrons, le tour du circuit historique du centre technique et d’essais Citroën. Sur les 60 km que comporte le circuit, un parcours défini de 18 km est ouvert aux collectionneurs.

Deux parties du mur d’enceinte ont été démontées afin de permettre aux Citroënnistes d’entrer sur le circuit directement depuis le parc du château. Nous découvrons le circuit par une route en sous-bois qui longe le mur d’enceinte, on est dubitatif et pressé de rouler sur le circuit d’essai.

Nous sommes bien conscients que rouler sur ce circuit est une opportunité rare, aussi nous ne ratons pas cette occasion de tester la Traction sur les routes qui servaient autrefois à ces tests. C’est magique, un pur moment de plaisir que nous revivons sur 3 tours.
Quand la double voies apparaît, le cœur des conducteurs s’emballe, dur de respecter les consignes : 50km/h, ne pas dépasser. La Traction monte gentiment dans les tours, nos invités à l’arrière de l’auto apprécient le confort de la banquette et l’ambiance cocooning, le calme avant la tempête.

On attaque les portions de routes sensées mettre à l’épreuve les autos par la portion à bosses pavées asymétriques afin de tester la direction et les amortisseurs. Dans le rétro d’autres suivent. À 50km/h, la Trac’ saute de bosses en bosses, on imagine les tests de l’époque et le courage des pilotes. Au loin une série de chicanes, et zut les 50km/h, je repasse en seconde et lance la Traction, Nath a compris elle s’accroche. J’attaque la série à 70 km/h, La Trac tient la route, les passagers moelleusement assis à l’arrière sont éjectés de droite à gauche, les pneus crissent, j’en ai mal au bras. Une fois le calme revenu, j’entends « Pff ça tient la route la Traction ! ».  

Le retour

Nous effectuons le trajet du retour en 2 étapes avec un stop à Issoire. On ne résiste pas à l’envie d’emprunter le viaduc de Millau. Cet ouvrage est remarquable et le meilleur moyen pour apprécier ce pont à haubans est de rouler dessus. Nous arrivons à Marseille mardi en milieu d’après midi après un périple de 2600 kms.
Nous retournons au travail mercredi, surtout notre corps. Notre tête, quant à elle, est toujours à La Ferté Vidame, elle se promène entre les milliers de Citroën de collection.

Si au départ “le rassemblement du siècle” pouvait paraître un peu prétentieux, c’est exactement le nom qui résume l’événement. Un rassemblement ambitieux, qui a tenu toutes ses promesses et nous a offert d’intenses moments de plaisir.

Dommage nous ne pourrons pas assister au prochain rassemblement du siècle en 2119 !
Nous sommes arrivés mais le road-trip n’est pas fini, vous n’avez pas tout vu. Restez encore quelques instants sur la banquette arrière et profitez des autres photos du rassemblement du siècle.

Jean Phi & Nath on Email
Jean Phi & Nath
Rédacteur-photographe à News d'Anciennes
Jean-Philippe et Nathalie ont rejoint l'équipe en 2018, mais nous envoyaient déjà des photos depuis bien longtemps. Nos sudistes ont deux autos de prédilection : la Fiat 500 et la Traction.

6 commentaires sur “Notre Road-trip vers le Centenaire Citroën : que du plaisir !”

  1. Merci pour ce voyage sur votre banquette arrière et l’album photo ultra complet.
    Le regret de n’avoir pu participer à cet événement est presque effacé !

  2. Il est dommage que nous ne nous connaissions pas, nous sommes également partis avec 1 traction 15, 2 11,1 DEUCH et une DS 21 ,départ environs d’aubagne,grimpette sur 2 jours, trajet identique au votre….
    WE de folie, souvenirs inoubliable, beau reportage bravo
    Amicalement

  3. https://vimeo.com/349250202/e8020f6121
    A découvrir, l’animation proposée au travers des festivités du centenaire Citroën. Peu de personne ont eu l’occasion de découvrir ce spectacle en 8 saynètes retraçant en partie l’histoire de la marque. Cette animation proposée à quatre reprise sur le weekend est l’œuvre des Amis de la traction 61300 l’Aigle pour ce rendez-vous.

  4. Thank you for sharing the album: I spent so much time just loving all the cars I did not take many photos. I drove my SM (the white one above) from the UK & travelled a total of 1500km there & back: It was a wonderful weekend & a wonderful trip.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.