Une semaine à la Monterey Car Week, Chapitre 3 : la soirée Lamborghini

Alors que s’ annonce un « Mondial » de l’ Automobile où les constructeurs de luxe présents sont de plus en plus rares  seuls Aston, Jaguar, Lamborghini, Maserati et Porsche ont respecté le public en répondant présent) force est de constater qu’ à Pebble Beach ils sont là, tous là et c’est désormais « LE » lieu où les constructeurs décident de procéder au(x) lancement(s) de leurs véhicules majeurs.

Après vous avoir emmené au Concours on the Avenue et aux Rolex Historic Races, voici un bel exemple de la présence des constructeurs avec la soirée Lamborghini.

Lamborghini y présentait sa nouveauté, l’Aventador SVJ63, qui venait de battre le record absolu du tour au circuit du Nürburgring. Le cadre de la présentation était une magnifique villa à 2 pas du Lodge de Pebble Beach. Un bel exemple de l’hyper luxe que représente la région de Pebble Beach. Soirée chic dans l’esprit «Lamborghini Lounge» créé par Katia Bassi N°2 de la marque.

Près de 600 invités VIP avaient eu le précieux sésame d’ invitation et se pressaient autour des SVJ 63 pour les découvrir. Un magnifique buffet 100% Italien ainsi que DJ et jeux de lumière permettaient d’apprécier le «Lamborghini way of life». Une touche féminine incontestable dans cette révolution quant à l’image de la marque.

J’ai donc interviewé celle qui était notre hôte :

Katia Bassi : qui êtes-vous  ?

Je suis une femme comblée de faire partie d’ un groupe extraordinaire et de faire partie du board de Lamborghini en qualité de Chief Marketing Officer : c’est un travail de rêve.

Quelles sont vos fonctions précises  ?

Je m’ occupe de la stratégie de positionnement de la marque, du département marketing (traditionnel et digital), des événements au niveau mondial. Mon rôle est également de développer la marque en dehors du « cœur business» avec tout un programme d’extension de la marque via les produits haut de gamme tels que la ligne de vêtements, de chaussures, tout le « lifestyle Lamborghini » enfin je suis aussi responsable du Musée Lamborghini qui reçoit 100.000 visiteurs/an.

Un poste à très hautes responsabilités dans un environnement qui est/était traditionnellement masculin, comment cela se passe-t’il ?

Parfaitement bien, je n’ai jamais eu le moindre problème à ce sujet. J’ ai toujours eu la chance de rencontrer des personnes qui m’ont considérée comme « la professionnelle » plutôt que s’arrêter à mon genre. Avant d’ entrer en fonction chez Lamborghini j’ ai été Vice-Président d’Aston-Martin Lagonda et Managing Director chez AM Brands, Licensing Manager chez Ferrari et country director Italie au sein de la NBA. Mon idée a toujours été de contribuer à un changement dans l’ environnement et dans les entreprises dans lesquelles j’ai eu le privilège de travailler

Qu’est-ce qui vous passionne dans l’ automobile ?

La possibilité de travailler dans un environnement d’avant-garde qui met de gros moyens dans la recherche et le développement des technologies d’ avant-garde. L’ automobile est un secteur très concurrentiel donc très dynamique dans tous les sens du terme. C’est un challenge extrêmement agréable sur les plans intellectuel et professionnel.

L’ automobile est-elle selon vous, toujours un facteur de liberté, voire d’émancipation ou plutôt un objet de plaisir ?

Pour ce qui concerne Lamborghini c’est le plaisir de conduire une voiture riche d’énergie, de puissance, de haute technologie, de beauté qui vous met de bonne humeur à chaque fois que vous tournez la clé. Essayez-en une vous comprendrez. Maintenant l’automobile en règle générale a toujours été un facteur de liberté voire d’ indépendance, notamment pour les femmes.

Que représentent les femmes dans la clientèle Lamborghini ?

Nous sommes maintenant à plus de 7% grâce à l’ arrivée de l’ URUS et nous ne comptons pas nous arrêter en si bon chemin.

Merci beaucoup Katia Bassi

Merci à vous.

Notons que, le Concours d’élégance de Pebble Beach est dirigé avec talent par Sandra Button, que Meguiar’s est présidé par Heather Green, que Citroën est dirigé par Linda Jackson et qu’une femme va prendre la présidence d’Aston Martin. Alors, l’automobile autrefois territoire masculin, aujourd’hui « women power » ?

On retrouvera très vite des Lamborghini à Pebble dans notre prochain épisode : le Concorso Italiano.

Marie d'Herbais de Thun

1 commentaire sur “Une semaine à la Monterey Car Week, Chapitre 3 : la soirée Lamborghini”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.