500 Ferrari Contre le Cancer 2018 : sous le signe de la Daytona

Comme chaque année en juin, le Circuit du Val de Vienne se pare de rouge et devient l’épicentre de la marque au cheval cabré. Et c’est pour la bonne cause : retour sur 4 jours de « Ferrari-mania », le Sport & Collection « 500 Ferrari Contre le Cancer 2018 ». Si l’an dernier était celui de la Ferrari F40 (article à retrouver en cliquant ici), cette année  c’est la 365 Daytona qui a eu tous les honneurs !

Des Ferrari, mais pas que : place aux Populaires

Comme l’an dernier, je vous emmène dans un premier temps voir les « 100 Populaires et Sportives contre le Cancer » : j’organisais avec mon asso un départ de Niort (79) direction le Circuit par les petites routes de notre arrière-pays (quelques spéciales de rallye, tracé de la Montée Historique de La Mothe Saint Héray (article à retrouver en cliquant ici), puis Parade sur la piste organisée par le CAVADS.

Et, plutôt qu’un long discours, je vous propose ci-dessous une vidéo 360° en collaboration avec Benzine Picture : prenez part à la Parade depuis le toit de notre 2CV « News d’Anciennes ».

(VIDEO A VENIR SOUS PEU)

Les anciennes à la fête : avant-guerre, Le Mans 1… poussées par leurs remplaçantes

Si les Ferrari sont bien évidemment les plus représentées dans le paddock, le reste des marques ayant fait l’Histoire automobile sont présentes. Et quel bonheur de voir rouler les Bugatti, de les voir jouer des coudes avec une reconstruction de Jaguar Type-D. C’est la beauté du plateau Le Mans 1, voir rouler à nouveau les autos qui ont brillé (ou pas) sur le circuit mancéen à sa belle époque : Daimler SP 250 (à retrouver en cliquant ici), Austin Healey 3000, la Type-D…

De l’avis de tous, c’est le plateau le plus impressionnant : pas parce que les autos passent fort (quoique), mais parce qu’on y voit une forme de pilotage un peu oubliée, celle qui fait rouler des mécaniques au pilote, celle où on tourne le volant longtemps avant le virage pour y entrer et dès l’entrée du virage pour préparer la sortie. L’occasion aussi de profiter de l’éternel départ en épis, le départ type Le Mans. Vous le retrouvez en vidéo juste en dessous.


Et une fois les anciennes passées, on entend arriver avant même de les voir celles qui prennent leur succession, les LMP de tous bords. Enfin arrivent les monoplaces et autres F1. La course sur piste comme au théâtre : unité de lieu, unité de temps et unité d’Histoire…

Place au Cheval Cabré : roulage, Parade et “Daytona”

Les stars des 500 Ferrari Contre le Cancer 2018, cela va sans dire, arborent le désormais fameux cheval cabré. De tous âges, de tout niveau de préparation… bref, pour tous les goûts ! Mais, plus encore que Ferrari en général, c’est  la 365 qui était ce WE mise sur son piédestal : fêtant ses 50 ans, celle qui a été désignée par Leonardo Fioravanti pour Pininfarina était à la fête.

Le clou de la journée du samedi, la plus grosse journée des 500 Ferrari Contre le Cancer 2018, c’est la Parade des Ferrari. Plusieurs centaines de Ferrari rassemblées sur une même piste, cela fait de Sport & Collection le plus gros événement Ferrari d’Europe. Comme à l’accoutumée, les plus anciennes en tête puis les plus modernes. Les deux Piper’s trônaient en tête, mais une d’elle n’a pas voulu redémarrer après la mis en grille… Cette Parade, c’est l’occasion de voir en piste la quasi-totalité du plateau Ferrari présent mais aussi de voir la typologie de Ferrari présentes. Et force est de reconnaître que le plateau se modernise d’années en années et “s’amateurise”.

Cela amène 2 analyses. La première n’est pas réjouissante : qui ne préférerait pas voir plus de très anciennes Ferrari ou de versions 100% compétition ? C’est un fait, on perd en côté impressionnant, mais cela est assez cohérent eu égard aux évolutions du marché en question. La seconde est plus positive : là où on a craint que le plateau ne dégonfle avec la temps par le départ des écuries compétitions, on constate un nouvel engouement de la part de particuliers et de concessionnaires qui font perdurer l’évènement. Bref, Sport et Collection semble avoir quelques belles années devant lui… et c’est tant mieux puisque cela assure à l’unité oncologie et recherche de la Miléterie une aide financière non négligeable ! Retour en images sur la Parade des 500 Ferrari Contre le Cancer 2018 départ donné par Jean Pierre Doury, Monsieur Sport et Collection.

Vente aux enchères : mettre la main à la poche, repartir satisfait de son achat, avoir contribué à la Lutte contre le Cancer

Tout part d’un constat simple : des ventes il y en a, des objets plus ou moins « uniques » aussi. Il y a donc une offre et une demande. Le tout sur fond d’événement caritatif. Ne reste plus qu’à rassembler des objets les plus uniques possibles et on lance une vente aux enchères au profit de la Lutte contre le Cancer.

C’est exactement ce qui est organisé chaque année autour du phénomène automobilia. Cette année, les chronographes BRM (partenaire chronométrage des 500 Ferrari Contre le Cancer 2018) étaient en tête d’affiche. Certains modèles complètement uniques (on citera cette montre conçue à partir d’un écrou de Ferrari) ou de très faible série (50 exemplaires produits d’une montre montée sur roulement, plus un seul en vente actuellement). Les prix de vente oscillant entre 2.000€ et 5.000€, on peut dire que la fibre caritative aura joué son rôle en cette fin de journée…

David Piper : 89 printemps et une « Ecurie Verte » à toute épreuve

Sir Piper, c’est un nom, une image, une aura, bref, une icône. C’est surtout 89 printemps mais une volonté à toute épreuve, une présentation d’autos mythiques. Cette Green Stable, il l’a composé de 2 autos de son cru : une 330 P4 et une 250LM. David Piper, c’est un pilote comme on en fait plus : débutant en compétition par la petite porte, il prend du gallon avec le temps, s’essayant à la monoplace, à la Ferrari, à la Porsche… jusqu’à son accident sur le tournage de “Le Mans” en 1970 qui lui fera perdre sa jambe droite. Pourtant, c’est depuis sa région du Surrey qu’il continue de sortir ses pommes vertes pour les faire rouler sur divers événements internationaux. Il était de sortie pour les 500 Ferrari Contre le Cancer 2018 comme fin 2017 sur l’anneau de Montlhéry pour Les Grandes Heures Automobiles. Une passion de la compétition à l’ancienne, mais restée intacte.


Ils en parlent : les commissaires de piste

Ils sont un maillon essentiel mais pourtant méconnu du monde de l’automobile : les hommes en orange. Leur rôle est, sur le papier, assez simple : signaler aux pilotes tout ce qui doit l’être, intervenir lorsqu’une auto décide de refaire le gazon ou brasser les bacs à gravier… bref, sécuriser la piste autant que faire se peut. C’est « Jean-Mi » qui m’accueille sur son poste.

Il est commissaire de piste depuis 9 ans et officie sur le Sport & Collection depuis 6, il connaît l’événement. Pourtant les difficultés restent les mêmes : gérer, sur un même plateau, des pilotes professionnels (qui connaissent les drapeaux, les « voies » sur la piste…) et des amateurs qui pour certains n’ont jamais mis les pieds sur un circuit.

Exemple concret, le drapeau bleu qui est le plus utilisé en roulage : « Le drapeau bleu signale au pilote qu’il risque d’être dépassé par un concurrent plus rapide. On le présentera fixe, même si cela n’a en principe plus cours, si le dépassement n’est pas imminent ; et on l’agitera en désignant le pilote le plus lent si le dépassement est en cours. »

Plusieurs autres drapeaux sont disponibles : le jaune pour signaler un danger dans l’espace du poste (qui commence au Poste Commissaire précédent le lieu de l’incident et finit au suivant), le vert pour signaler la fin d’un secteur de danger, le rouge pour le retour au stand ou l’arrêt complet, le noir pour avertir un pilote qu’il a un souci mécanique, la rayé jaune-rouge pour le changement d’adhérence… et d’autres moins utilisés.

On citera aussi les panneaux qui complètent les drapeaux : « SC » pour avertir de l’entrée en piste de la Safety Car, « FY » pour avertir que la totalité de la piste est sous drapeau jaune, la flèche pour indiquer quelle partie de la piste est dégagée…

Concluons : 500 Ferrari Contre le Cancer 2018 étaient un grand cru

En résumé, encore une très belle édition, cette fois sous le soleil. On ne connait pas encore la somme qui sera reversée au CHU de Poitiers, mais nous essayerons de vous faire suivre l’information ! On vous laisse avec une galerie photo et une vidéo récap de la journée…

Thibaut on EmailThibaut on FacebookThibaut on FlickrThibaut on LinkedinThibaut on Youtube
Thibaut
Auteur et Photographe à News d'Anciennes
Etudiant, copilote, collectionneur, président de l'AutoMoto Classic de l'Ouest... et rédacteur/photographe pour News d'Anciennes (depuis 2017) lorsque les évènements s'y prêtent. C'est au volant d'une 2CV6-PO de 1976 que j'arpente les routes de France, au tous-les-jours comme en rallye !

1 commentaire sur “500 Ferrari Contre le Cancer 2018 : sous le signe de la Daytona”

  1. Jean mimi du 3 te remercie pour les photos des commissaires pour les Ferrari merci nous étions voisins car j habite migne auxances à bientôt

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.