Retromobile 2018, les constructeurs étrangers, et une touche d’orange

On termine notre tour des expositions de ce Retromobile 2018. Bertrand vous avait découvrir la première partie, Jeremy nous avait montré les autos de Jean-Pierre Wimille, c’est maintenant mon tour de vous montrer ce que nous avaient réservé les constructeurs étrangers, ainsi que Richard Mille.

Comme partout, il est toujours un peu compliqué pour les constructeurs non nationaux de se fendre d’un stand dédié. Cependant, on retrouvait à Rétromobile quelques habitués, qui viennent partager leur histoire ou démontrer leur savoir faire de restauration. On pourra toutefois noter l’absence de Mercedes-Benz, qui a snobbé l’édition 2018, laissant la place à Brabus Classic, branche “négociant” du célèbre préparateur allemand.

Porsche, fidèle au poste

S’il est bien un constructeur incontournable dans les salons de grande envergure comme Retromobile, c’est Porsche. D’autant plus que l’année 2018 marque les 70 ans de la 356, et donc, des Porsche de route ! Bien évidemment la petite mère des Porsche était accompagnée d’un panel de 911, dont une servant à démontrer le savoir-faire des équipes de restauration du réseau, et surtout d’une 959, véritable monstre de technologie dessiné pour le groupe B.

Jaguar Land Rover Heritage, du remis à neuf, voire du flambant neuf

Les salons se suivent et se ressemblent. Quel que soit le coté de la Manche où je me trouve, il y a toujours Jaguar Land Rover Heritage pour présenter ses plus belles pièces ! Cependant, ma remarque se veut plus factuelle que critique, dans la mesure ou les modèles présentés changent à chaque fois, et cette fois-ci la Type D Continuation est une pièce de choix que je n’avais pas encore eu l’occasion de croiser.


Elle trônait fièrement devant les “classiques” Range et Land Rover, ainsi qu’un éventail de chatons de Coventry dont une XJ220 dans une livrée British Racing Green du plus bel effet. Mais je dois avouer qu’une seule, après les dizaines aperçues à Silverstone Classic, ça semblerait presque chiche !

Aston Martin Works, l’autre anglais

Là aussi, je me suis retrouvé en terrain connu. Aston Martin nous proposait ses pièces toutes droit sorties des ateliers de restauration de Newport-Pagnell. Une fois encore de la belle ouvrage, avec un joli petit échantillon incluant DB4, DB6, Vantage ou encore Virage. Un régal pour les amateurs de “tracteurs” britanniques.

La seule chose que l’on pourra regretter, et c’est coutumier chez eux, c’est le stand un peu petit, qui malheureusement permet assez peu de profiter des autos.

FCA Heritage, petit saut de l’autre côté des Alpes

Le groupe Fiat n’était pas en reste avec de belles pièces venues de Fait, Alfa Romeo ou encore Lancia. Ainsi Une SZ, avec son design si particulier du à Zagato, côtoyait ainsi un coupé Fiat 2300, à côté d’une Lancia Appia, ou encore d’une Fiat Dino. On aurait aimé en voir un peu plus tant l’histoire des différentes marques est riche, mais comme on dit, il fallait faire des choix, et les autres stands offraient de quoi compenser largement la frustration ressentie !

Honda, la touche asiatique

Honda est maintenant un participant récurrent de Retromobile, et même si la marque n’a une histoire que très restreinte dans l’hexagone, elle n’en fêtait pas moins ses 70 ans. Les plus pointilleux pourront dire qu’en tant que constructeur automobile, le nippon ne souffle que 55 bougies, mais cela n’en fait pas moins une histoire assez riche. Pour l’occasion, Honda nous offrait un condensé de son histoire dans le domaine des voitures compactes, avec une N360 et quelques Civic.

Richard Mille se met à l’orange

L’horloger est un fan de sport mécanique. On peut notamment le voir régulièrement au départ de courses historiques. Là il met sa marque en avant, une marque partenaire de l’écurie de F1 McLaren. Du coup ce sont les autos anglaises qui étaient exposées sur le stand de Richard Mille.

On retrouvait beaucoup d’autos orange, la couleur des McLaren des débuts. Les monoplaces sont en majorité, mais les autos de sport ne sont pas en reste. Si on commence par ces dernières on retrouve logiquement les dernières productions de la marque en tant que voiture de route, mais aussi celle qui l’a précédé : la McLaren F1. Pas n’importe laquelle, celle qui gagna Le Mans en 1995 !
Plus ancienne, la M8D que Denny Hulme pilotait en CanAm en 1970 et sa forme en coin caractéristique de ces années là.


Côté monoplace, les plus en vue étaient bien sûr les M23, celle que Hunt amena au titre dans sa livrée Texaco et bien sûr la Mp4/4 qui vit la bataille Prost – Senna amener McLaren au sommet avec une seule victoire qui leur échappa en 1988.

Et voilà. On vous a presque tout montré de Retromobile (merci le numérique) et on passe très vite à nos coups de cœurs pour revenir en détail sur certains points.

 

Pierre
Rédacteur à News d'Anciennes
Tombé dans la marmite automobile quand il était petit, il a rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2015. Expatrié en Angleterre depuis Mai 2016, il nous partage les évènements de là-bas.
En dehors de ça, il partage une bonne partie de son temps sur la route entre une Opel Ascona et une Mazda RX-8.

4 commentaires sur “Retromobile 2018, les constructeurs étrangers, et une touche d’orange”

Laisser un commentaire