L’électrification des Anciennes : de la com’ ou un besoin réel ?

C’est Jaguar qui a refait parler de cela il y a quelques jours. Les anciennes se mettent à l’électrique ! Ce n’est pas une pratique si récente puisqu’on peut trouver divers projets qui vont dans ce sens. Mais au final, pourquoi est-ce qu’on passerait une ancienne à l’électrique ?

Les constructeurs s’y mettent maintenant ! C’est la principal chose à retenir de l’annonce de Jaguar. Même si en fait, Morgan a déjà sauté le pas avec sa Three Wheeler électrisée EV3. Pourtant les projets ne sont pas récents. On suit par exemple le projet français IAN Motion qui veut le faire sur une Mini et Petrolicious relatait en août un projet similaire sur une Cox… Un projet qui est également en développement dans l’ouest de la France et que Marc a vu à Clisson.

On notera aussi le lancement de la Mehari électrique par un spécialiste du sud… bref, c’est à la mode. Mais l’électrification des anciennes, au final, ça sert à quoi ?


L’électrification des Anciennes pour les performances ?

La Jaguar annonce la couleur. Au lieu des 265 ch d’une version 6 cylindres et 6.5 secondes pour arriver à 100 km/h, l’électrique offre dans ce cas-ci 300 ch et 5.5 secondes. Le gain est du au couple faramineux de ces moteur, et dans ce cas précis à un gain de poids.

Mais on peut se poser la question concernant les plus petits modèles. Une centaine de kilos pour la VW “Zelectric”, ce n’est pas négligeable et cela oblige à revoir toute la partie des trains roulants.

Verdict : dans certains cas, c’est une bonne raison, dans d’autres c’est à oublier.

L’électrification des Anciennes pour accéder aux centre-ville

Alors là, c’est indéniable… encore faut-il que l’auto soit homologuée. Si cette partie n’est pour le moment pas solutionnée, au moins sur le vieux continent que nous habitons, elle est problématique. Mais avec les contraintes environnementales qui s’accumulent et les politiques anti-voiture qui voient le jour, les autos électriques ont le vent en poupe.

Ajoutez à cela que l’électrification des anciennes offre l’avantage de moins encombrer les casses et tabler sur des constructions anciennes dont l’empreinte carbone a déjà été amortie, on se retrouve avec un bon compromis… Qu’on verrait facilement en ville.

4 roues sous un parapluie, la célèbre entreprise parisienne qui propose des circuits touristiques en 2CV a ainsi proposé sa propre deuche électrique. Pas de restriction de circulation et une sérénité pour le business.

Surtout pour de la com’…

Pour Jaguar et Morgan, c’est surtout de la com’, c’est sûr. Jaguar annonce d’ailleurs que la transformation est totalement réversible. On peut ainsi remplacer un moteur XK par… un moteur XK 330-4 ! Alors on communique dessus, mais combien seront prêts à sauter le pas ? Puisqu’au final, nul doute qu’une telle auto, qui aurait subie une transformation coûteuse, serait dévaluée sur le marché de la collection.

Mais cela tombe très bien. Jaguar est en Formule E (pour des résultats qu’on qualifiera de ), lance un I-Pace e-Trophy pour accompagner cette formule, veut abandonner la formule 100% thermique. Bref, remonter dans le temps n’est qu’une étape d’un plan de com’ bien étudié.

Pour Morgan, c’est certainement pour sortir de l’image des “voitures en bois” (alors qu’on vous explique ici pourquoi c’est totalement faux) et se donner un argument pour dire qu’on est bien dans le XXIe siècle… Et accessoirement on baisse les émissions de CO2 moyennes dans la gamme. Habile*


Les contreparties…

Le plaisir mécanique, on en parle ?

Deux chevaux, Coccinelle, Jaguar Type E… en plus d’être des modèles iconiques, ce sont aussi des moteurs. Le moteur XK a traversé les années, sous différentes déclinaisons. Souvent sportif, il possède une belle sonorité… qu’on remplace par un bruit de turbine… (sachant que Jaguar et les turbines…)

Pour la Cox et la Deuche, on se retrouve dans des cas similaires. La Cox, symbole du refroidissement par air, présente sur toutes les affiches de rassemblements Air-Cooled, perdra sa sonorité, tout en gagnant, il est vrai, un peu en originalité…
Exactement le même raisonnement pour la deuche.

Une autonomie juste (suffisante ?)

Dès qu’on parle d’électrique, on parle d’autonomie, les anciennes n’y coupent pas. Pour la Beetle américaine essayée par Petrolicious on parle de 130 à 180 km. Pour la Mini de Ian Motion, de 150km. Enfin la Jag annonce 270 km.

Et pour une fois, on s’en fiche. Il existe bien des propriétaires d’anciennes qui parcourent des milliers de kilomètres à leur volant, mais ils sont rares. Pour tous les urbains qui se voient interdits d’en conduire ou pour ceux dont la sortie mensuelle n’excède pas 50 km, c’est bien suffisant.

Alors le frein ne sera pas celui-là.

Conclusion

L’électrification des anciennes part de bonnes intentions. Mais on pourra additionner des dizaines d’arguments avant que les passionnés soient prêts à sauter le pas. Ces solutions sont certes avantageuses pour une minorité de personnes, mais les anciennes en ont-elle besoin ?

Par contre, du côté des constructeurs et des pros, la question ne se pose pas : c’est une expertise que l’on montre, dans un écrin qui parlera à tous et qui sera visible et impactant. Alors on a pas fini d’en parler, et on espère pouvoir en essayer une très bientôt !

Vous avez votre propre avis : laissez un commentaire en dessous !

*comme dirait Hubert Bonisseur de la Bath


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

8 commentaires sur “L’électrification des Anciennes : de la com’ ou un besoin réel ?”

  1. On aime rouler en anciennes parceque ce sont des anciennes !!!! Alors ma type E je roule avec parcequ’elle a un moteur qui a gagné Le Mans, qui fait du bruit et qui consomme 20 l au 100. Sinon je roulerai en Tesla… pour finir en hôpital psychiatrique !!!!
    Et puis l’électricité, elle provient des centrales nucléaires ou pire des centrales au charbon. Alors je roule à l’essence, c’est plus écologique
    Je crois qu’ on marche sur la tête

  2. Personnellement, je veux bien que les voitures anciennes passent à l’électrification, car ça leur donne un côté moderne. Toutefois, il faut s’assurer de ne pas trop pousser sur ces nouvelles technologies, car tous les modèles ne seront pas forcément réceptifs.

  3. Je trouve que l’idée est très bonne. En 1999 j’étais tombé sur une Maserati Merak en pièces pour pas chère et j’étais en contact avec un constructeur de voiture électrique à Genève. Le moteur très complexe d’origine n’avait pas bonne réputation donc l’idée n’était pas bête, par contre l’électrique à cette époque c’était 30cv max. avec une autonomie de 50Km. Bref j’en avais rêvé mais pas donné suite. Ayant trouvé une électrique en 2000 à réparer pas cher, je roulais en électrique ou en Jaguar XJ-S V12. J’avais beaucoup de plaisir à rouler en électrique malgré les problèmes énormes de l’époque.

    Le plaisir de rouler avec un moteur 6 cylindres de XK c’est sympa pour le bruit et le confort de conduite. Sauf que le bruit dans une XJ-6 (j’en ai eu 3: 1970,1986 et mon actuelle de 1996) est fortement atténué par confort et le couple moteur de cette solution électrique lui est largement supérieur.
    Si d’un claquement de doigt je pouvais convertir un xj-6 ou soyons fou mon ex-XJ-S en électrique sans passer à la caisse ce serait… immédiatement.
    Bon en France vous êtes nucléaires pour des raisons politique et stratégique, en Allemagne le non au nucléaire après Fukushima c’était traduit par une percée du charbon qui est bientôt entièrement remplacée par de l’énergie verte. En Suisse le consommateur peut choisir son type de facturation qui n’augmente pas beaucoup si on choisit du courant 100% vert donc le blâme de rouler « nucléaire » n’existe qu’en France.
    Les gros points négatifs des électriques actuel et pour ce projet Jaguar est le fait que les tableaux de bords modernes sont immondes pour un amateur de cadrans mécaniques et planche de bord en bois et aussi le fait que la voiture est gérée à distance avec des logiciels adaptée à la stratégie du constructeur qui cherche la fidélisation à outrance et non le plaisir ou l’ envie d’indépendance du client amateur d’anciennes.
    Ok pour une Jaguar type-E série 1 boite manuelle cabriolet il y une éthique à la garder d’origine, par contre une MK-2 2.4 de 1960 en version automatique après avoir coulé une bielle et un habitacle qui sent l’essence et l’huile à plein nez serait un bon client si on peut garder les deux compteurs d’origine, les 4 quadrants et les 6 boutons alignés en dessous…
    L’avantage de cette solution est aussi de banaliser la conduite d’ancienne tous les jours ce qui restait le privilège réservé au week-end sur des routes de campagne.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.