Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes

Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes
Thomashttp://southcarphotography.fr/
Passionné d'anciennes en général mais vouant surtout un culte aux Facel Vega (au grand dam de son entourage...), il a rejoint News d'Anciennes en 2015 suite à une discussion impromptue lors de Rétromobile avec Benjamin. Pour le moment non propriétaire d'une auto intéressante, il espère bientôt passer le cap !

À la une sur News d'Anciennes

Rencontre avec François Allain, présentateur de Vintage Mecanic

News d'Anciennes est allé à la rencontre de François Allain pour revenir sur l'origine de sa passion mais aussi sur la saison 6 de Vintage Mecanic.

Triumph GT6, bien plus qu’une Spitfire couverte

Une petite auto, racée, avec un 6 cylindres sous le capot. La Triumph GT6 aime se faire remarquer ! Cette auto peut faire penser...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

On a testé : la Vaillante Académie

Ce Mercredi c'était retour à l'école. Après avoir tâté du stage pilotage de monoplace avec la Classic Racing School, cette fois le but était...

La Renault 16 entre 1975 et 1980

Le plastique c’est fantastique !

Pour se la jouer plus discrète, la Renault 16 profita du millésime 1975 pour se parer d’une nouvelle calandre en… plastique noir. Seule la nouvelle TX conservait son élément chromé. La L perdait même ses enjoliveurs de roues. Ce passage au plastique pour la majeure partie de la gamme avait plusieurs explications.

D’abord, elle permettait de faire des économies de production. Ensuite, elle permettait de distinguer les versions classiques, à portée populaire, de la TX, réservée davantage à une élite. Enfin, la Renault 20 fut lancée en novembre 1975 et il était donc logique de lui laisser une nouvelle place.

En 1976, l’ensemble des modèles voyait son premier rapport de boîte raccourci et ses essuie-glaces passer au noir. La puissance de la L fut réduite à 55 ch en raison d’un taux de compression plus faible (8.0:1). Sur la TS et la TX, la commande d’essuie-glaces s’effectuait désormais via un levier. Les L et TS étaient uniquement disponibles en boîte manuelle.

La Renault 16 continua son déclin pendant l’année-modèle 1977 avec l’arrêt des versions L et TS. La TL était disponible en deux niveaux de puissance : 55 ch (taux de compression de 8.0:1) et 65 ch (8.6:1). Une TL automatique fit également son arrivée, avec le bloc 1.647 cm3 assorti d’une boîte auto à quatre rapports pour une puissance de 68 ch.

Sur la TX, la planche de bord troquait ses entourages chromés contre du noir tandis que les cadrans adoptaient un éclairage vert et des aiguilles orange. Finis aussi les enjoliveurs d’ailes et la calandre chromée, désormais noire.

Le millésime 1978 marqua la fin de la TL de 55 ch. Le reste de la gamme adopta un garnissage de pavillon façon “grain de vache vanille” (même teinte que les sièges auparavant). Sur les TL restantes, les feux de recul furent incorporés aux blocs optiques arrière.

Les dernières années de production virent logiquement peu de modifications. En juillet 1978, les ceintures de sécurité furent montées de série à l’arrière tandis que les phares devinrent bicolores. Un an plus tard, la TL automatique fut arrêtée.

En mai 1980, la Renault 16 tira sa révérence lorsque la dernière TX quitta le site de production. En tout, 1.851.502 exemplaires furent assemblés en quinze ans, un excellent score !

Elle fit même une courte carrière aux États-Unis entre 1968 et 1972 sous l’appellation “sedan-wagon” avec un moteur 1.565 cm³ de 62 ch, des phares ronds dits “sealed beams”, des feux de position, une planche de bord spécifique ou encore des pare-chocs renforcés.

La Renault 16 de nos jours

La Renault 16 était donc une voiture plutôt haut de gamme. Et cela a contribué à la préserver, on en trouve encore beaucoup sur nos routes. En plus, comme notre essai le prouve, elle est encore à l’aise dans la circulation actuelle et peut tout à fait être une auto de tous les jours !

Les pièces se trouvent en nombre et acheter une Renault 16 ne sera pas si compliqué. Comptez 3000 € pour les TL, les versions de base. Ensuite les autres modèles s’échangent entre 4000 et 4500 €. Enfin le haut de gamme (presque sportif) la Renault 16 TX se trouve aux alentours des 6000 €. Une bonne pioche assurément !

1965-1969

Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes

1970-1974

Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes

1975-1980

Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes

Photos additionnelles : Groupe Renault

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Renault 16, la grande Renault qui cassa les codes

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

  1. La légende disait qu’elle aurait été piratée de chez un autre constructeur??? Ce qui expliquait le changement de conception… mais c’est peut être l’inverse…. quand on voit ce qu’on voit, on a bien raison de penser ce qu’on pense

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Nos Anciennes Abandonnées : les françaises sous le soleil

Ce mois-ci on suit les traces de Philippe. Ce lecteur a découvert ce cimetière de voitures françaises. C'est un endroit plutôt caché, pas visible...

Jidé et Scora, les petites sportives de Jacques Durand

C'est le genre d'auto qu'on croise peu... et dont on se souvient. Dès qu'on l'aperçoit, on sait pourquoi elle est conçue : le sport....

On a testé : la Vaillante Académie

Ce Mercredi c'était retour à l'école. Après avoir tâté du stage pilotage de monoplace avec la Classic Racing School, cette fois le but était...

Essai d’une TVR 3000 M, moins radicale qu’il n’y paraît

Quand Thibaut me parle de l'essai d'une TVR 3000 M, je suis ravi. Il faut dire que j'ai déjà fait un tour dans une...