Qu’est-ce qu’on lit en Mai pour finir le confinement !

Qu’est-ce qu’on lit en Mai pour finir le confinement !

Cela fait maintenant un bon mois et demi que la France, et une bonne partie du monde, sont confinés. Situation inédite donc. Bien entendu, notre petit monde du véhicule ancien est touché de plein fouet. Pas simple du coup de trouver des magazines qui soient édités… et distribués ! Dommage, on aurait eu le temps de les lire ! Mais j’ai quand même fait ma petite sélection.


Les règles de la sélection !

Vous les connaissez bien maintenant. On va quand même vous les rappelez, j’ai un budget de 30 euros en poche. Et avec ça, je me débrouille pour vous trouver des magazines possédant des articles qui me semblent intéressants et que vous n’auriez pas forcément vus.

Une mission pas simple en ces mois de confinement. Mon kiosquier n’étant que très peu livré, ce fut avec un maigre butin que je suis rentré. Mon budget n’a pas trop souffert, j’ai dépensé que 20,35€. Certes, la presse écrite, au sens général, était déjà fortement en perte de vitesse depuis quelques années. Du coup, ce n’est donc pas avec ce souci planétaire que cela va s’arranger.

Espérons qu’avec la sortie de crise qui s’annonce, une embellie soit au rendez-vous également. Et si cette dernière pouvait s’étendre autant à notre santé qu’à notre passion, j’en serais le premier content.

RClassic

N°18, mars/avril/mai 2020, 5,95€

Le magazine dédié aux Renault anciennes va encore nous en mettre plein les yeux avec ses 75 pages. Le sommaire tape dans tous les styles avec des sujets sportifs, d’autres dédiés aux youngtimers, ceux sur des raretés et sur des utilitaires. Si ce n’est pas de l’éclectisme ça ! Quand en plus les photos sont à mettre sur le compte de l’ami Étienne Crébéssègues, la beauté est sûre d’être au rendez-vous !

On attaque tout de suite avec une auto que, pendant les années 70, beaucoup de conducteurs redoutaient de voir dans leurs rétros. La terreur des autoroutes, l’arme fatale de BRI, l’Alpine A310 gendarmerie. L’article nous détail cette voiture atypique, qui comme l’Estafette, reste un symbole fort du paysage autoroutier des années pattes d’eph !

La Renault 11 Turbo a toujours vécu dans l’ombre de la R5 Turbo ou de la Supercinq GT Turbo. Dommage, car dans les années 80, et voguant sur la mode « Turbo », c’était une petite auto fort sympathique. Sa polyvalence et ses équipements pouvaient en faire une sportive familiale, surtout avec sa version 5 portes.Un article fort intéressant pour découvrir ou redécouvrir cette young très sympathique.

Si comme moi, l’acronyme SOVAM ne vous parle pas, alors cet article est fait pour vous. Quand dans les années 60, son créateur, André Morin délaisse ses activités d’équipements de camions-magasins, c’est pour aller créer une voiture de sport, activé fort répandue dans ces années-là. Il en résulte la SOVAM 850 de 1965. Mais que vient faire Renault là-dedans, me diriez-vous ? C’est que beaucoup de pièces issues de la régie la composent. Le reste, c’est dans le mag’ !

Mon coup de cœur est lourd. C’est bien sûr du Galion que je veux parler. Un utilitaire léger de la série des Goélettes. Encore un article très détaillé qui nous relate tout l’historique de la gamme. Cette dernière est superbement illustrée avec un beau modèle qui sert encore aujourd’hui. Notre Galion, qui pourrait vivre une douce retraite, est maintenant transformé en bar à vin itinérant en Alsace. Surfant sur la vague des food-truck, notre fidèle Renault est juste magnifique dans sa livrée rouge et blanche.

American Muscle Cars

N°48, avril, mai, juin 2020, 6,90€.

On va voyager un peu avec ce numéro d’American Muscle Cars, le magazine nous fait traverser l’atlantique pour y découvrir de bons gros moteurs V8 ! Le restomod est maintenant plus qu’une mode, il est devenu courant aux US et ce magazine en parle en long en large et en travers. Pour les lecteurs voulant plus de détails sur le restomod, je vous invite à lire l’article de Benjamin ici.

On commence donc avec une superbe Corvette Sting Ray de 64. L’auto étant déjà proche du sublime, l’article nous explique que c’est juste la cosmétique qui a été travaillé. Une couleur plus moderne qui s’allie parfaitement avec l’intérieur. Certes, je trouve les jantes un peu too much, mais bon… elles doivent s’occuper de la puissance de 460 ch du V8 ! Ça doit pulser un peu !

Les Américains sont absolument fans des pick-up. À ce titre le Ford F-100 est un des modèles les plus iconiques et fort prisés par les collectionneurs. Le modèle présenté dans le magazine date de 1953, une série spéciale sortie pour le 50e anniversaire de Ford. Comme sa calandre l’indique, il était équipé d’un V8. C’est donc un moderne V8 Boss 302 de 345cv, qu’il reçoit maintenant. Surbaissé et équipé de jantes 20 pouces couleur vieil or, qui s’accordent parfaitement avec son intérieur en cuir du plus bel effet. Le résultat donne un pick-up sublime !

Tout comme pour les pick-up, c’est chez aussi chez Ford que les hot-rodders avaient l’habitude de se servir. Cette fois c’est sur la base d’une Ford 31 que ce projet se base. Le V8 originel est remplacé par un autre V8, mais sorti d’une Studebaker. Sur la caisse spider vient se greffer une foule de petits accessoires, comme les loquets de portes d’une MG. Je vous invite à lire l’article pour connaitre les autres détails de cette voiture.

On ne peut pas évoquer les USA sans parler des hot-rods , et encore moins des salons qui leurs sont consacrés. En Europe, pour les passionnés de voitures Américaines, ce genre de réunions prennent l’aspect du saint Graal, et honnêtement pour moi aussi. Heureusement le magazine nous livre des reportages qui fourmillent de photos. Cette fois c’est le Grand National Roadster Show qui nous est présenté sur 10 pages. Ce show qui existe depuis 1950 se situe à Pomona en Californie (ce que l’article oublie de préciser). On y retrouve près de 1 000 véhicules exposés. Avec l’aide des photos, on peut voir que niveau choix, c’est juste du délire ! Toute la gamme y est présenté, avec des dragsters, des hot-rods, des customs, un vrai régal pour les yeux !

Sport Auto Classiques

N°16, avril, mai, juin 2020, 7,50€.

C’est encore 150 pages que Sport Auto Classiques nous propose pour ce numéro. On plonge directement dans le vif du sujet avec un essai/duel entre deux Anglaises. D’un côté l’Aston Martin DBS V8 et de l’autre une AC 428, deux autos magnifiques au charme so british. Un subtil mélange de sportives et de coupés bourgeois, comme seuls les Anglais savent le faire.

On reste en perfide Albion avec l’essai d’un autre de ses modèles mythiques. C’est Austin-Healey BN2 qui nous est proposé cette fois. Cet élégant roadster date de 1956. L’article nous présente un très beau modèle, avec son gris métal du plus bel effet. L’article nous détaille cette Austin-Healey, du sol au plafond. La partie historique de la marque est très intéressante. Les photos de Cathy Dubuisson sont également un régal.

Une fois n’est pas coutume, mais on va parler F1. Enfin, c’est plutôt le magazine qui nous détaille cette Renault RS10 de 1979. Le papier nous apprend que cette auto sort tout juste de restauration par l’équipe de Renault Classic. L’historique des F1 Turbo de Renault nous est bien expliqué. Cette RS 10 est passée par les mains de Jean-Pierre Jabouille. Les photos nous détaillent très bien la voiture. Très bel article sur cette théière jaune, si vous vouez savoir le pourquoi de ce surnom, il faudra lire l’article !

La Porsche 911 est un modèle incontournable dans le monde de la voiture ancienne. Le dossier de Sport Auto Classiques, et mon coup de cœur, porte donc sur le dossier concernant la 911, mais pas n’importe laquelle, la série des RS. Ainsi se sont trois modèles de la gamme sportive des Carrera RS avec la mythique, et ma préférée, la célèbre et sexy 2,7L, vient ensuite une 964 et d’une 993 pour terminer ce tiercé gagnant. Le dossier s’étale sur plus d’une trentaine de pages et est ultra détaillé. Comme à l’accoutumée, de petits encarts dans le magazine nous renvoient aux articles sortis la même année que la voiture. Donc si vous voulez tout savoir sur ces bêtes de course, on court acheter le magazine, et quand en plus l’essai se passe sur l’anneau de Montlhéry, c’est que du bonheur !

La photo du mois

C’est dans le Sport Auto Classiques que l’on va la retrouver. On l’ouvre à la page 135 pour y découvrir la Peugeot 905, conduite par Yannick Delmas. On est en 1992 lors des 24H du Mans et le français vole vers la 1re de ses quatre victoires !

L’article du mois

On le dégote encore dans le Sport Auto Classiques. Je ne pouvais décemment pas passer à côté. Le magazine nous offre juste de passer derrière le volant d’une légende de la route. Ce volant en bois est juste magnifique et c’est celui d’une Ferrari 250 GT Lusso !

Ah, alors, c’est t’y pas d’la bagnole de légende ça ? Comme les belles photos nous le montrent, rien ne manque à la beauté et le luxe de cette Ferrari. Elle est vêtue d’une magnifique robe bleue, elle porte de sexy jantes à rayons, son intérieur cuir nous invite au plaisir d’un voyage douillet. Le tableau de bord est à lui seul une œuvre d’art, les petits compteurs derrière le volant et les deux gros, compte-tours et vitesse, sont déportés au milieu de la planche de bord juste au-dessus du long et fin levier de vitesse. Le modèle qui nous est présenté sort de restauration, il est d’une beauté à tomber. Seul petit bémol, on est un peu frustré, de ne pas entendre le son du V12…


bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

1 commentaire sur “Qu’est-ce qu’on lit en Mai pour finir le confinement !”

  1. Bonsoir votre site est noté dangereux par Firefox. Erreur de vonfiguration de votre part. Firefox refuse desormais de s y connecter. J ai réussi uniquement sur mon smartphone. Bon courage

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.