On a lu : Vulcan, un nouveau “mook” TRÈS ambitieux

On a lu : Vulcan, un nouveau "mook" TRÈS ambitieux
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
On a lu : Vulcan, un nouveau "mook" TRÈS ambitieux
Benjaminhttp://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

Vous avez peut-être vu ce nouveau titre arriver sur le net. Un nouveau magazine ? Pas vraiment. Un livre ? Non plus. C’est bien pour ça qu’a été créé le terme “mook” qui à le défaut d’être anglais et aussi agréable que “magalivre”. En tout cas on a eu ce premier Vulcan entre les mains. On vous le présente.

Vulcan, qu’est ce que c’est ?

Clairement, je n’ai jamais rien eu de tel entre les mains. Vulcan n’est pas un magazine classique dans le sens où il est disponible uniquement sur internet, donc aucune chance de le trouver en kiosque, et qu’il n’est pas attaché aux “rubriques”. Dans chaque numéro de Vulcan on trouvera UNE et UNE SEULE auto traitée. Oui ça restreint le lectorat, mais ça permet d’aller jusqu’au bout des choses.

Du coup, ça se rapproche d’un livre ? Pas vraiment non plus puisqu’il y aura une vraie périodicité avec quatre numéros par an.

On ajoute une vraie volonté de faire de la qualité avec une vraie patte “made in Rhône-Alpes” pour un magazine créé, écrit, illustré par des lyonnais et imprimé à Clermont-Ferrand. Du côté des hommes on retrouve Sylvain Carré comme rédac’ chef et l’ami Joris comme photographe. Et autour, pour créer Vulcan il faut l’apport de Yamastars LA graphiste et Alain et Thibault, les graphistes.

Bon maintenant qu’on a cerné ce qu’on a entre les mains, ouvrons le !

Ce qu’on trouve dans Vulcan

En ouvrant l’enveloppe on reçoit une belle lettre qui nous remercie de faire partie de l’aventure. Belle lettre car elle est bien écrite, on sent la passion, et surtout elle est sur un papier si épais qu’il pourrait vous servir à couper votre rôti !

Maintenant le magazine. La texture de la couverture est originale, un peu façon cuir, texturée, agréable au toucher et toujours dans un papier bien épais. C’est vraiment classe et on se rend bien compte de l’ambition de Vulcan avec cette couverture épurée et une seule photo. Même pas une photo d’extérieur d’ailleurs. En même temps, pas besoin de chercher à attirer l’œil au milieu des autres magazines puisqu’il sera absent des kiosques, CQFD.

Trois pages d’édito qui sentent la passion (et qui parlent du film Le Mans) et on attaque. On nous présente la Honda Integra Type R. Et on sent dans les propos des rédacteurs toute leur passion pour une auto qu’ils devaient avoir en poster dans leur chambre… ou alors ils sont vraiment tombés sous le charme !

Les 9 parties de Vulcan s’enchaînent. Toutes nous présente l’Integra Type R. Rébarbatif ? Etonnamment non. Pourtant je ne voue absolument aucune passion à cette auto mais je me retrouve embarqué dans des sujets variés. Ça parle de technique sans nous assommer de chiffre, ça parle de conduite en vacances avec la belle mère ou de pilotage sur le Nürb, ça nous rappelle ce qu’en disaient les journalistes au moment de sa sortie et on trouve même un guide d’achat. En fait ça me fait un peu penser aux essais qu’on fait sur News d’Anciennes. Un compliment ? À vous de juger.

On retrouve de belles photos pour agrémenter le tout et quelques petits plus. Déjà on nous indique quel morceau de musique est tout indiqué pour lire l’article. J’avoue ne pas avoir essayé, j’aime lire en silence. Et puis on retrouve au milieu de Vulcan UN POSTER ! Retour dans les années 90 !

Ce que j’en ai pensé

Honnêtement je ne pensais pas que ce serait si plaisant de lire 80 pages sur une auto qui m’intéresse moyennement (peut-être parce que je n’en ai pas encore essayé une). Mais non, tout se lit très bien.

C’est rare de le dire mais le fait d’avoir un papier de grande qualité entre les doigts permet de prolonger l’expérience. Pour autant ce papier n’est pas de tout reproche. Ainsi les noirs des photos sont trop peu prononcés. On ne peut pas tout avoir.

La maquette est belle, claire, très, très aérée. Clairement il a des pages aussi peu remplies qu’un réservoir d’Integra Type R après quelques tours du Nürb justement. Mais c’est agréable.

Évidemment, comme tout n°1, ce Vulcan n’est pas exempt de tous reproches, quelques petites erreurs se glissent ici et là, des majuscules manquent. Mais on a pas de pages en double comme ça m’est déjà arrivé !

Alors contrat rempli ? Absolument. Malgré ses petits défauts Vulcan est vraiment intéressant et invite à la lecture.
Est-ce que je vais me jeter dessus ? J’avoue que le fait de ne traiter que d’une auto en particulier est un peu déconcertant. Si on apprend beaucoup, il suffit qu’on tombe sur une auto qui ne nous revient pas et je pense que l’expérience sera toute autre. À voir.

Concernant la variété justement, le prochain numéro sera dédié à la BMW M5 E39. Et pour le reste, Vulcan variera les provenances des véhicules et les années.

Vous le trouverez uniquement en ligne, à commander sur leur site, à 11,99 € le numéro ou 39,99 € pour un an.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
On a lu : Vulcan, un nouveau "mook" TRÈS ambitieux

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles