Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019 : les avant-guerre en ville

Quelques semaines après le Grand Prix Rétro de Bressuire, les amateurs de roulages en ville avaient de nouveau rendez-vous dans l’ouest pour le Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019. On vous emmène.

On commence par le Samedi. Comme l’an passé (à revoir ici) les participants aux roulages pouvaient déjà se dégourdir les bielles dans l’Anjou avec un rallye. 130 avant-guerre étaient bien au départ et avec une belle diversité d’autos… mais aussi de motos ! 70 km les attendaient avec une première pause à Doué la Fontaine puis le repas au Fief de la Thiroir à Juigne sur Loire.
Le retour se faisait pas les bords de Loire et l’arrêt café improvisé à Thouriel créa un bouchon !

Mais les roulages ne débutaient pas le dimanche matin. Leur coup d’envoi c’était dès le samedi soir avec une Nocturne appréciée du public. Les phares jaunes allumés, les participants devaient slalomer entre les ballots de paille… alors que certains découvraient le tracé de 1.5 km. Une sportive a ainsi finie dans un ballot tandis que les retards s’accumulaient. Au final les deux derniers plateaux sont restés au paddocks.

Dimanche : le grand jour du Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019

C’est le grand jour. Les 40 commissaires et la directrice de course Françoise Martineau sont prêts pour accueillir les 150 participants.

Avant le début des roulages, on fait un détour par le Parc de la Mairie. C’est là qu’on retrouve une bourse aux pièces. Ensuite un petit tour dans les paddocks finit de nous mettre dans l’ambiance du Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019.

Ensuite c’est l’ouverture de la piste. C’est le Maire qui s’en charge, drapeau Bleu-Blanc-Rouge à la main à bord d’une Peugeot 202 qu’on reconnait de suite : c’est la fameuse Félicie !

C’est maintenant l’heure des roulages. Saluons le courage des pilotes et copilotes de motos et cyclecars, dans leurs cuirs malgré la canicule qui règne sur l’Anjou. Le public ne s’y trompe pas et ne manque pas de les applaudir. La coqueluche est certainement la jeune fille au guidon de sa moto bleue. Combien d’années entre la pilote et sa monture ?

Les autos et les tricycles sont ensuite les vedettes du Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019. De trois roues certaines passent sur 2… et l’une d’elle finit dans le décor. Elle est pilotée par un anglais, dont le contingent est remarquable, qui repart hilare après son incident.
À part ça, rien à noter. La manifestations se déroule sans encombres et dans la bonne humeur. Austin, MG, Lancia, Bugatti, Riley, Amilcar et BNC sont les reines !

La manifestation se termine. Nous sommes dimanche, les 500 bénévoles ont créé un événement une nouvelle fois magique. Alors on se dit vivement l’an prochain !

Toutes les infos seront sur le site de l’organisateur, il faut cliquer ici.

Henri Auriacombe
Henri Auriacombe a rejoint l'équipe de News d'Anciennes à l'été 2019. Belle occupation de retraite pour un photographe de presse dont la carrière a commencé en 1966 !

1 commentaire sur “Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2019 : les avant-guerre en ville”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.