1950 : Le Mans découvre Le Monstre de Cunningham

C’est une des autos qui a marqué les esprits en 1950 lorsqu’elle fut révélée. Et qui continue de le faire à chaque sortie. Le Monstre de Cunningham était au Mans Classic 2018 et si vous ne la connaissez pas, on vous raconte ici son histoire.

Briggs Cunningham et Le Mans

On vous parlera dans un autre article de Briggs Cunningham car cet homme a un parcours fou et son activité de constructeur aux 24h du Mans n’en est qu’une partie.

Dans les années 40, il s’attaque à la course automobile notamment en engageant des voitures conçues par Bill Frick. C’est la naissance des “Fordillacs” et autres hybrides. Trouvant que les châssis les plus performants n’ont pas forcément les meilleurs moteurs, il fabrique ses propres mélanges.

Après quelques succès dans les courses américaines, Briggs Cunningham veut briguer des succès plus prestigieux et les 24h du Mans sont toutes indiquées. En 1949 il veut engager un châssis Ford motorisé par un V8 Cadillac. Mais les autorités sportives refusent l’inscription de l’auto.

Le Mans 1950 : la belle américaine et Le Monstre de Cunningham

Pour 1950, Cunningham engagera deux autos. La première est un Coupé De Ville Cadillac qui subit une petite préparation avec l’ajout de deux carburateurs, d’un second réservoir et un système de refroidissement des freins, malmenés par cette lourde américaine.

La seconde auto, c’est Le Monstre de Cunningham. La base sera toujours une Cadillac, mais transformé en roadster “aérodynamique”. C’est Howard Weinman qui en sera le géniteur. La carrosserie ainsi créée est même testée dans une soufflerie dédiée à l’aviation. La structure est fixée sur un faux-châssis tubulaire lui même rattaché au châssis d’origine de la Cadillac.

Le Monstre de Cunningham est mû par le V8 331 ci Cadillac qui est désormais gavé par cinq carburateurs !
Les spectateurs du Mans baptisent l’auto Le Monstre de Cunningham, un nom qui restera. Reste maintenant à passer les vérifications techniques. Les commissaires pensent pouvoir refuser cette étrange auto, mais contre toute attente, le châssis est bien un Cadillac, inchangé. Rien ne peut l’empêcher de courir !

Les 24h du Mans 1950

Aux essais Le Monstre de Cunningham atteint les 210 km/h dans les hunaudières… dans un bruit qui fait sourire les spectateurs. Briggs Cunningham en partage le volant avec Phil Waters.

La course de l’équipe Cunningham sera une succession d’anecdotes. Lorsque le pilote veut prendre le départ, la porte est restée verrouillée et un temps précieux s’envole. Si il se montre véloce dans les hunaudières, Le Monstre de Cunningham n’est pas rapide dans les virages, les suspensions d’origine Cadillac se montrant pour le moins… molles.

Briggs Cunningham plantera son monstre dans un bac à sable ce qui lui fera perdre 20 minutes. Plus tard il devra s’arrêter pour laisser… un chien traverser la piste !

Finalement, le Coupé de Ville emmené par Sam et Miles Collier terminera les 24h du Mans à la 10e place, à 18 tours de l’Allard J2 qui remporte la catégorie avec le même moteur mais une troisième place finale.
Le Le Monstre de Cunningham se classera juste derrière, 11e à un tour.
Le pari est réussi. Les autos sont à l’arrivée… et ont marqué les esprits !

Cunningham après Le Monstre

Briggs Cunningham reviendra au Mans dès l’année suivante. Mais cette fois avec la C2-R et C4-R de sa conception. Le podium se refusera à lui. Il terminera par deux fois 4e, sur une C4-R en 1952 puis en 1962 sur une Type E Lightweigt.
Car Cunningham a ensuite abandonné l’activité de constructeur. On le verra ainsi au Mans avec une Maserati Birdcage, une Corvette C1 et donc deux fois avec une Type E.

La Cadillac et Le Monstre de Cunningham sont désormais exposés au sein de la Collection Collier au Revs Institute de Naples en Floride.

Photos : News d’Anciennes et Les24Heures.fr

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

4 commentaires sur “1950 : Le Mans découvre Le Monstre de Cunningham”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.