Les Grandes Heures Automobiles 2018 : une Recette Toujours Succulente !

C’était ce week-end sur l’Autodrome de Montlhéry. Les passionnés d’automobiles, anciennes ou pas d’ailleurs, avaient rendez-vous au cœur de l’anneau pour deux jours de fête. Les Grandes Heures Automobiles 2018 reprenaient la recette des dernières années, avec quelques nouveaux ingrédients. On vous propose de vous replonger dans l’événement.

Populaire !

Avec 16.000 spectateurs l’an dernier, c’est à revoir ici, Les Grandes Heures Automobiles 2018 voulaient évidemment faire encore mieux. Le plateau a joué, on en reparlera, le beau temps aussi. Même en arrivant à 8h, ça bloque dès le bas de la cote ! Il y a du monde ! Et des déjà des belles autos, je suis coincé entre une Porsche et une Abarth 750 Monza ! Le parking se remplit vite… mais on file vers le cœur de l’anneau.

Les paddocks des Grandes Heures Automobiles 2018 : le coffre à jouets

Plein de motos

L’auto ancienne n’est pas seule aux Grandes Heures Automobiles 2018, les motos ont répondu à l’appel. L’avantage de ces petits véhicules, c’est d’avoir un paddock réduit… un concentré de belles machines. Des motos style Café Racer aux machine de course des années 60, le choix est vaste. Les démarrages sont assourdissants et épaisse fumée bleue envahit les lieux au moment de la mise en pré-grille.

Des autos en tout genre

Evidemment il y a des autos aux Grandes Heures Automobiles 2018. Et même beaucoup d’autos. Les plateaux sont divers et en offrnt pour tous les goûts. On commence avec les monoplaces. Dès le début du paddock on découvre les deux stars. Des F1 Ferrari 156, avec leur V6 Dino, et surtout leur nez qui leur donna leur surnom : sharknose. Elles côtoient des autos plus petites à l’image de la Crosslé 90F venue de Clermont Ferrand, une semaine après s’être montrée lors de Charade Heroes.

Les prototypes et pistardes de toute taille sont également présents, des petites autos des coupes de l’avenir aux BMW M1 ou encore l’Inaltera qui m’avait bien secoué l’an passé ici même (lire : Vidéo : L’Autodrome de Montlhéry à bord d’une Inaltera). Plus loin, un repère d’italiennes. Des autos du plateau rallye, deux Lancia Stratos garées non loin de gloires du Groupe B mais aussi des Abarth, du plateau spécialement dédié aux sportives.

De l’autre côté de la pré-grille, c’est une avalanche de Porsche 911. En même temps un plateau leur est réservé ! Ensuite on retrouve les américaines, NASCAR en tête, mais aussi des autos de superproduction. Enfin, si vous n’aimez pas les anciennes (comment vous êtes vous retrouvé ici ?) il reste un beau plateau de Supercars, entre Porsche, Ruff, Ferrari, Caterham et McLaren.

Evidemment le public a accès à ces autos et peut tourner autour à l’envie. Un chouette moment, notamment pour les enfants qui les découvrent autrement qu’en poster (ça se fait encore d’ailleurs ?).

Des pilotes de légende

Une des particularité des Grandes Heures Automobiles 2018, comme des années précédentes, c’est la présence de nombreux pilotes de renom. Les gloires de l’aventure Alpine du premier championnat du monde des rallyes sont présentes… mais pas que. Saby, Chatriot, Comas, parlent forcément. Et cela ne se limite pas aux pilotes français, on note la présence d’Arturo Merzario et son célèbre chapeau de Cow-Boy venu piloter les Abarth et Ferrari F1 qui ont construit sa carrière. Et s’il est difficile de les reconnaître au volant, on peut compter sur l’ami Igor au micro pour nous les présenter !

Des exposants orientés “ancienne”

Tout autour de ces paddocks on retrouve des exposants. Chaque année ils sont plus nombreux. Des stands qu’on connaît bien, du restaurateur de SM à Carjager ou Decobolides, en passant par Michelin, Autodiva, plusieurs maisons d’édition, un peu de miniatures et également des vêtements… on retrouve des stands variés à Montlhéry.

Les clubs

On s’éloigne un peu du cœur de ma manifestation. Du côté du tunnel F pour les habitués, on ne retrouve plus une forêt et une étendue d’herbe. Non, les travaux encore présents à Montlhéry, bétonne une bonne partie de l’intérieur de l’anneau. Résultat on se retrouve sur une aire bitumée de 40.000 m² qui accueille des clubs divers. Beaucoup de Peugeot, avec des 205, 306, 406 Coupé. Des Porsche, des Alfa, Renault, on retrouve des autos de toutes origines et des passionnés toujours prêts à répondre aux curieux. Ambiance sympa !

Les constructeurs

Au cœur de cet espace club : les constructeurs. Beaucoup on fait le déplacement. Renault ou Alpine sont évidemment présents… mais on retrouve aussi des constructeurs dont la présence ici est logique, mais qui sont moins évident. Le groupe FCA a fait fort avec moult Fiat, Alfa Romeo et Abarth. Subaru et Honda sont également sur place. Enfin la curiosité, c’est du côté de MPM, le nouveau constructeur français et son Erelis.

L’exposition Aguttes

La maison de vente aux enchères s’installait aux Grandes Heures Automobiles 2018. Pour sa deuxième vente sur place, le catalogue est varié, beau sportif… et parfaitement accessible.

C’est d’ailleurs dans l’AC Aceca que je vais faire un tour sur l’anneau lors de la parade présentant de façon dynamique les autos qui seront vendues dimanche. On vous en reparlera, tout comme des résultats.

Sur la piste des Grandes Heures Automobiles 2018

Une fois qu’on a fait le tour des beautés en statiques, direction le bord du circuit. Rassembler autant de beauté en statique c’est bien, mais l’intérêt des Grandes Heures Automobiles 2018 c’est que les autos vont tourner.

Pas de compétition ici. Les autos ne sont pour autant pas à la parade. Chacun de fait de son mieux, tous les engagés ne sont pas pilotes, et toutes les autos ne sont pas aussi préparées de façon optimale. Du coup, quel que soit le plateau, même celui des autos typées piste, il y a des différences de niveau.

Pour certain c’est l’endroit idéal pour se faire plaisir. Les autos peuvent rouler à leur rythme, rapide, mais l’attaque est une option. Une option choisie par beaucoup ! Les pilotes attaquent, fort, font attention aux vibreur et s’amusent à monter sur l’anneau. Vu que nous ne sommes pas en course, les Grandes Heures Automobiles 2018 ont un avantage : beaucoup d’autos emmènent un passager. Famille, amis, clients ou simple passionné de passage, nombreux sont ceux qui se font secouer sur la piste de Montlhéry !

Dernière particularité des Grandes Heures Automobiles 2018, quelque chose qu’on ne voit pas souvent : un roulage de nuit. Une ambiance incomparable qui incite à la prudence mais procure de superbes images.

Certains incidents, une chute en moto où le pilote finit blessé mais bien vivant ou encore des contacts avec les murs ou entre les autos rappellent cependant que la piste reste un endroit particulier !

Conclusion : où s’arrêteront les Grandes Heures ?

Quatrième édition, et encore une fois le succès est au rendez-vous des Grandes Heures Automobiles 2018. C’est tant mieux. La manifestation s’installe dans le paysage automobile français et s’y est même fait une belle place.

Le plateau change chaque année. On retrouve des habitués, mais le turnover est bon. L’édition 2018 n’était pas une copie de l’édition 2017 (dont on parle ici) et c’est dans mieux. On y découvre des autos tout en recroisant des têtes sympathiques. L’anneau est toujours aussi mythique et on se régale.

Alors où s’arrêteront les Grandes Heures ? Bien malin qui pourrait le dire. Une version encore plus vintage avec tout le monde en tenue ? Ce serait top mais on est en France et ce sera difficilement réalisable. Encore plus d’auto ? Le planning des roulages est déjà chargé et il sera difficile d’en rajouter. De mon côté, je fais simplement confiance à Franz, Arnaud et compagnie pour nous concocter une superbe édition 2019 !

Encore plus de photo dans notre galerie visible ici.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !
Paul Guy on Email
Paul Guy
Rédacteur - Photographe à News d'Anciennes
Paul aime passer son temps à courir après les véhicules anciens. Au sens large puisque les autos côtoient les trains et les avions !
Il a rejoint l'équipe à l'été 2018.
bertrand
photographe/reporter à News d'Anciennes
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.
Julien
Rédacteur - Photographe à News d'Anciennes
Julien est le troisième à avoir rejoint News d'Anciennes. Passionné de photo, il est propriétaire d'une Lancia Delta qui (re)roulera un jour, mais aussi cycliste et motard.

5 commentaires sur “Les Grandes Heures Automobiles 2018 : une Recette Toujours Succulente !”

  1. Bonjour, bof bof pour moi, une édition 2018 ….pauvre plombée par charade heroes une semaine plus tôt. et peut-être aussi par le défilé de vieilles voitures dans paris le dimanche.
    bref des plateaux qui m’ont eu l’air d’être constitués à l’arrache faute d’inscriptions et une édition ouverte à n’importe quel club de constructeur youngtimer (club peugeot 205 GTI, club renault clio v6? et club nissan?) pour combler le vide de plateau statique.
    Bref, à voir les photos de charades heroes je me dis que oui j’ai raté quelquechose et que j’aurai sans nul doute plus kiffé l’évenement que ces grandes heures.
    la preuve, j’avais initialement pris un forfait 2 jours….. et j’ai donc fait autre chose le dimanche ayant fait le tour le samedi.
    j’espère que l’édition 2019 aura de vrais plateaux dignes des grandes heures de l’auto.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.