Les Beautés du Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018

Quand on aime l’automobile ancienne, il y a des noms, des lieux qui font rêver et qu’il faut connaître au moins une fois pour être comblé. Après Goodwood en 2015, lire Grand Format : à la découverte de Goodwood Revival, bonjour le Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018 !

Un cadre et une ambiance énorme

Ça faisait très longtemps que je rêvais d’assister à cette manifestation réputée internationalement, car en plus de l’évènement, il y a la beauté du site, la douceur du lac de Côme, le charme des villages alentour, bref, une sérénité italienne qui vous rend paisible et heureux.

Le Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018 en lui même a lieu le samedi, mais n’est pas accessible au public. Il faut être propriétaire d’un véhicule exposé, VIP ou journaliste (accrédité) pour y assister.

Les véhicules sont exposés au public le dimanche dans le parc de la Villa Erba (juste à coté). La foule présente en masse témoigne de l’amour qu’on les italiens et les italiennes pour les belles mécaniques… une confirmation après les Mille Miglia que vous pouvez revivre ici : Les Mille Miglia 2018, Plongée au Cœur de la plus Authentique Course du Monde. Il est très agréable de constater (comme à Goodwood) que les visiteurs jouent aussi le jeu, avec des chapeaux, des tenues chics pour les hommes et des robes élégantes pour les femmes.


La carrosserie italienne à l’honneur

Ici, on célèbre les maîtres du design automobile italien que sont Pininfarina, Bertone, Scaglietti, Vignale, Ghia et j’en passe. N’espérez pas trouver ici des véhicules “usine”, puisque toute les carrosseries sont spéciales, signées, ou uniques !

Cette année, cinquante voitures historiques, trente motos et quelques concept car modernes participaient au concours. C’est peu, mais c’est la rareté et le caractère exceptionnel de certains modèles que l’on vient admirer.

Si les voitures sont classées en plusieurs catégories pour le Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018, il faut en retenir 4 principales :

  • Les avant-guerre
  • Les après-guerre
  • Les voitures de course
  • Les prototypes modernes

Les motos sont exposées à part sous une vaste tonnelle.

Les avant-guerre, tous chromes dehors

Certaines stars de la périodes avant-guerre était difficilement accessibles : l’impressionnante Cadillac V16 de 1930, l’énorme Packard Standard Eight de 1932 et l’incroyable Isotta Fraschini de 1924 rivalisaient de luxe. Une Bentley 4 1/2 litre de 1928 exposait son moteur étincelant comme un percolateur italien ! Une élégante Lancia Astura de 1936, bien plus discrète (car dessinée par Pininfarina ?) proposait un intérieur en cuir tressé de toute beauté.

Les carrosseries italiennes se montent sur tous les châssis

Ce qui est frappant, quand on admire les carrosseries après-guerre dans le pur style italien des années 50, 60 et 70, c’est la modernité et l’avant-gardisme qu’elles apportent par rapport à leur époque : lignes tendues, fluides et sobres, sans artifices inutiles.

Les modèles redessinés sont très en avance sur leur temps, voir futuristes ! Ainsi une étonnante Fiat 8V (lire aussi La Fiat 8V, le Top-Modèle des carrossiers Italiens) de 1953 dessinée par Vignale dont la modernité insolente donne l’impression qu’elle a été fabriquée 10 ans plus tard ! Une magnifique Jaguar XK120 de 1953, dessinée par Pininfarina rend vieillotte le même modèle de série ! Ou encore cette incroyable Cadillac Série 62 de 1953 dessinée par Ghia, bien moins clinquante qu’un modèle d’origine !

Et que dire de la mythique Lancia Stratos Zero de 1970 dessinée par Bertone, véritable ovni roulant ! On comprend mieux, l’influence qu’ont pu avoir les designers italiens sur les constructeurs automobiles des trente glorieuses et sur le design automobile en général.

La compétition à l’honneur du Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018

Quant aux voitures de course, LA star était la Tyrell P34 à 6 roues de 1977 : il fallait jouer des coudes pour l’approcher, surtout quand le propriétaire a démarré son moteur ! La McLaren MP4/2B de Alain Prost de 1985 était également très plébiscitée par le public !

Du côté des autos de course routières, là aussi on trouve du très beau. Chez Ferrari la star c’est la GTO bleue et jaune, #3445GT de son ptit nom, mais la 250 GT Berlinetta est aussi belle. On notera également la présence d’une 335 Sport et d’une 750 Monza.

Revenons un peu sur la Ferrari 335 Sport. Cette auto de 1958 a gagné le Best of Show du Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018. Dans un superbe état et avec un dessin spectaculaire, elle le mérite !

Enfin en dehors des Ferrari, il y avait du beau. On retiendra quatre mythes. Côté italien, une F1, une Maserati 250 F. Pour les allemandes, une Porsche, une 904 Carerra GTS. Et pour les anglais, deux choix, soit une Aston Martin DB3S, soit une Jaguar Type C.

Bel échantillon de motos

Les motos étaient exposées sous de longues tonnelles, avec de nombreuses raretés comme un side-car Brought Superior de 1939, une Miller Balsamo entièrement carénée de 1939, une impressionnante Benelli Balbiero de 1952, ou encore une Norwin (cadre Norton et moteur Vincent) de 1967.

Les concepts modernes et BMW restent bien présents

Ferrari, Mazda, GFG Style et Aston Martin exposaient quelques concept cars. BMW, qui est l’organisateur de cet événement (depuis 1999), proposait un panel de modèles historiques de la marque, dont un rare cabriolet 507 de 1958, plusieurs coupé 3.O CSL et deux coupés M1. Dans un bâtiment annexe, une exposition était consacrée aux véhicules du groupes BMW (BMW, Rolls Royce et Mini) ayant participé à des films ou des séries célèbres.

En bref, un événement remarquable, pour voir des voitures très rares dans un cadre idyllique, le tout à un prix très raisonnable puisque le ticket d’entrée est de 13,50 €.

Les plus chanceux ont quitté le lieu en Riva, les autres (comme nous) sont allés prendre une glace à Côme, juste en face !


 

Guillaume
Contributeur depuis 2015, Guillaume est un lyonnais... globe-trotteur ! Goodwood, la Villa d'Este, tant qu'il y a des voitures anciennes, il y va !

6 commentaires sur “Les Beautés du Concours d’Elegance de la Villa d’Este 2018”

    1. C’est un reportage “découverte”, nous ne prétendons pas servir de base encyclopédique pour présenter les modèles. Nous nous contentons, ici, de faire découvrir l’événement, le lieu, les autos. De plus… c’est le second reportage de Guillaume. Parions qu’il sera plus à la hauteur de vos attentes quand il écrira ne serait-ce que son 10e article 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.