Le Tour de Bretagne 2017 : 750 autos pour un événement incontournable

C’est pendant ce weekend de la Pentecôte que défilait le traditionnel Tour de Bretagne 2017. L’événement le plus populaire de Bretagne célébrait sa 37ème édition autour de la ville de Morlaix dans le Finistère.

Initié par le regretté René Alba et l’A.B.V.A. (Association Bretonne de Véhicules Anciens qui fête ses 40 ans), le Tour de Bretagne c’est aujourd’hui 750 véhicules anciens, mêlant costumes d’époque et déguisements ainsi que des milliers de spectateurs le long des routes. Depuis maintenant quatre années, le Tour s’organise en marguerite avec une ville centrale et une boucle pour chaque jour. L’année dernière, le Tour de Bretagne s’était déroulé du côté de Fouesnant et de la Riviera Bretonne (cliquez ici pour retrouver l’édition 2016).

Le samedi matin, les véhicules et les visiteurs affluent vers le parc des expositions de Morlaix à Langolvas sous un magnifique ciel bleu. J’y retrouve mes amis bretons et nous préparons nos machines. Une fois le plein fait, les outils chargés, ce sont les pilotes qu’il faut nourrir. Nous déjeunons en nous promenant entre les voitures parquées. Peu avant 15h, nous enfourchons nos mobylettes pour prendre le départ, donné par le Président de l’A.B.V.A et le maire de Morlaix.

Une fois sur route, on prend conscience de toute l’ampleur de l’événement : les anciennes sillonnent les routes de Bretagne au pas, bordées par la foule émerveillée. Tout au long du parcours, les participants s’arrêtent ça et là pour regarder passer le cortège, admirer le paysage et laisser refroidir les moteurs.

La première boucle du Tour de Bretagne 2017 rejoint la côte en passant par Plouégat-Guérand, Plestin-Les-Grèves, Locquirec et Guimaec, avant de rejoindre Plougasnou pour un premier arrêt où un pot attend les passionnés.

Puis les anciennes rentrent en passant par Morlaix, qui essuie une rapide mais forte averse. Le soir, c’est retour au parc de Langolvas. Des retardataires arrivent encore après 21h passées. Les participants profitent d’un dîner spectacle pendant que les visiteurs admirent les voitures, utilitaires et autres deux roues.

C’est l’occasion pour moi de découvrir en détails quelques modèles rares, comme ce D.B Gignoux de 1952, à la patine exceptionnelle. Cette formidable auto a connu un passé très sportif, avec notamment une participation aux 24h du Mans et au Tour de France en 1952. La même année, elle remportera la Coupe du Salon sur le circuit de Montlhéry avec à son volant un certain René Bonnet !

 

 

Dimanche matin, le départ est donné à 9h. Le convoi traverse Morlaix et passe sous son imposant viaduc. Les anciennes longent la rive gauche de la rivière vers Locquénolé. Vers 11h, nous nous arrêtons rapidement à Plouescat admirer quelques autos comme les nombreux véhicules de la caravane publicitaire du Tour de France.

Dès 13h, le Tour de Bretagne 2017 arrive à Kerlouan, célèbre pour sa maison dans les rochers. Après la douche de la veille en mobylette, j’ai changé de monture pour la Simca Chambord de 1959 d’un ami. Me voilà donc confortablement installé et bercé par la douce mélodie du V8.

L’après-midi, nous partons pour Plouenan, en faisant un saut au château de Kerjean. Non loin, nous croisons une Panhard Dyna découvrable de 1951, tout juste sortie de restauration et aux couleurs de la F.F.V.E. (qui fête ses 50 ans). Le soir nous rentrons au parc en traversant de nouveau Morlaix.

Lundi matin, c’est sous un ciel menaçant que nous partons pour Plounéour-Menez. Au loin on aperçoit les Monts d’Arrée qui disparaissent très vite sous la nuages. La pluie ne se fait pas attendre et persistera le reste de la journée.

Pendant ce Tour de Bretagne 2017, je suis allé à la rencontre des participants. Ewen Autret a 14 ans, c’est la première fois qu’il roule sur le Tour .

Avec quelle machine participes-tu au Tour de Bretagne ?

Je roule avec ma mobylette, c’est une Motobécane N40T de 1971. Les anciennes, je suis un peu né dedans, mes parents et grand-parents en possèdent depuis plusieurs années. L’année dernière j’avais déjà fait le Tour de Bretagne mais en passager, dans le spider de la Ford A de mes parents.

Comment as-tu vécu ton Tour de Bretagne ?

J’ai bien aimé faire le Tour de Bretagne en mob, on peut facilement remonter les files, s’arrêter quand on veut. Le samedi, j’ai roulé avec quatre autres mobylettes. C’était très sympa. On pouvait discuter, rigoler et faire de petites courses à 50 km/h ! J’ai pu essayer d’autres cyclomoteurs, notamment une Motobécane Spéciale 98. C’est une mobylette très différente de la mienne, déjà elle a plus la forme d’une moto, on a vraiment l’impression d’avoir quelque chose entre les jambes et grâce au variateur le moteur a de bonnes reprises. J’ai beaucoup aimé cette mobylette et c’était chouette de pouvoir changer un peu.

N’as-tu pas été trop gêné par la météo ?

On n’a pas eu trop mauvais temps, à part le lundi, mais je suis habitué à rouler sous la pluie. Quand je venais d’avoir ma mob, je voulais absolument rouler, malgré l’hiver. Donc les dimanches, je sortais quelque que soit le temps.

De l’autre côté, Philippe Perrussel est lui possesseur d’une des doyennes du Tour de Bretagne 2017 : une Oldsmobile Curved Dash de novembre 1903.

Pouvez-vous nous en dire un peu plus sur votre auto ?

La Oldsmobile Curved Dash est propulsée par un moteur monocylindre de 1 500 cm3 développant une puissance de 5 ch. En pointe, on peut faire du 45km/h sur le plat. Elle a été produite aux Etats Unis à 19 000 exemplaires par M. Olds, il en reste aujourd’hui 500 dans le monde. C’est une voiture achetée dans les années 50 en Pennsylvanie par un britannique qui l’a restauré. Elle a fait de nombreuses fois le mythique course du London-Brighton. Elle est considérée comme une des voitures les plus fiables et robuste. Je l’ai acheté il y a 4 ans en Belgique.

Comment se passe le Tour avec une voiture aussi originale ?

La voiture se comporte bien et démarre au quart de tour. C’est une émotion beaucoup plus forte qu’avec une auto des années 50 ou 60. Les gens trouvent ça extraordinaire. C’est mon 27ème Tour de Bretagne et je prends toujours autant de plaisir.

Avez-vous eu quelques problème sur la route ?

Sur la Curved Dash, il y a deux vitesses : une pour la ville et une pour la route. Le problème c’est quand il faut monter une côte, car si elle est vraiment raide, la voiture peine. En 1900, les véhicules n’étaient pas faits pour monter des cotes aussi abruptes. Mais j’ai un ami de longue date qui m’a donné un petit coup de pouce avec sa Traction de 1955.

Lorsqu’un compétiteur réussi à faire le Tour de Bretagne avec un tel véhicule, il peut faire toutes les courses !

Le Tour de Bretagne 2017 nous aura régalé avec de magnifiques paysages bretons, des véhicules variés et de qualité, le tout porté par une ambiance chaleureuse ! Vivement la prochaine édition !

 

Vous aimez ? Partagez !

Vincent on Facebook
Vincent
Rédacteur à News d'Anciennes
Etudiant et passionné d'automobiles , il commence en 2011 en écrivant "Auto d'Antan", une revue amateur sur les voitures anciennes.
Trois ans plus tard il se lance sur la blogosphère puis rejoint l'équipe de News d'Anciennes en 2016 .
Il partage la route avec sa Motobécane N40T et de son Vélosolex 3800.

1 commentaire sur “Le Tour de Bretagne 2017 : 750 autos pour un événement incontournable”

Laisser un commentaire