Boisgirard Antonini présentera un catalogue de folie à Nice !

La semaine prochaine c’est le salon French Riviera Classic Motor Show à l’Allianz Riviera de Nice, on en parlait ici. Un beau salon de voitures et motos anciennes qui mise sur le haut de gamme. Pour le coup, la maison de vente Boisgirard Antonini sera présente avec un catalogue exceptionnel, surtout pour une première !

Boisgirard Antonini est une maison de vente aux enchères qui n’est pas récente. Simplement elle fait partie de ces maisons qui, après l’art et les antiquités, s’intéresse aux véhicules anciens. Attention, n’est pas Osenat ou Artcurial qui veut, si Leclère a plutôt bien réussi à s’intégrer dans ce petit monde, Marc Arthur Kohn s’est par exemple bien raté à Dijon l’an dernier.
En tout cas, c’est rare qu’une nouvelle maison arrive avec un tel catalogue. Par contre, c’est aussi dangereux car les prix affichés sont plutôt élevés ! Rendez-vous le 11 Juin pour la vente et les jours d’après pour le débriefing.

Une millionnaire potentielle au catalogue Boisgirard Antonini

Pour commencer ce catalogue, rien de tel qu’une auto pouvant dépasser le million. Il s’agit d’une Porsche 962 de 1983. Vendue comme compétition client à Fitzpatrick et David pour s’offrir une seconde place à Zolder dès sa première course.
Elle fut presque entièrement détruite puis reconstruite en 1985 et elle a été depuis conservée dans une collection privée, non sans recevoir une restauration complète chez Courage. Elle est maintenant estimée entre 980.000 et 1.2 millions d’euros.

Un Trio de Renault 5 Turbo

Trois Renault 5 Turbo dans la même vente, c’est rare. La première est exceptionnelle, c’est une R5 Turbo Compétition client de 1981. Une Groupe 4 équipée du Kit Cévennes qui a notamment couru le Monté Carlo 1981. Elle est estimée entre 230.000 et 250.000 €.
La seconde est une Renault 5 Turbo 2 complètement révisée de 1983. Tout a été revu ou presque. L’auto présente très bien et son estimation est en rapport, entre 92.000 et 110.000 €.
La troisième est une Renault 5 Turbo coursifiée. Elle a été équipée de tous les éléments des autos de compétition de l’époque. Une auto assurément très performante, et estimée entre

Les autres bêtes de rallyes pour la route

Le catalogue Boisgirard Antonini compte quelques autres bêtes de rallyes qui se seraient échappé des spéciales.

La plus impressionnante est certainement la Peugeot 205 T16. L’auto est une des 200 construites pour l’homologation, en superbe état et elle compte 25.000 km. Elle est estimée entre 150.000 et 170.000 €.

Ensuite on trouve une paire de Lancia Delta Intégrale. La première est une série 1 Rosso Winner de 1992, dans un superbe état malgré ses 90.000 km. Elle est estimée entre 52.000 et 60.000 €.
La seconde est une édition limitée à 400 exemplaires, la célèbre Martini 5. L’auto est en superbe état, compte 68.000 km au compteur et elle est logiquement estimée entre 95.000 et 110.000 €.

Deux motos sortent du lot

La première est une RG 500. Une auto très sportive, qui date de 1988 et dont la mécanique a été entièrement refaite, ainsi que la peinture, aux couleurs du team de Barry Sheene. Elle est estimée entre 20.000 et 30.000 €.
La seconde est une Yamaha TZ 250 G de 1981. C’est une moto compétition client dans un superbe état, à un prix relativement abordable : entre 9.000 et 12.000 €.

Six autos prestigieuses jusqu’à leurs prix

Honnêtement, si la maison Boisgirard Antonini arrive à vendre tous les lots dans leurs fourchette d’estimation, ce sera un tour de force. Les six lots qui suivent en sont des bon exemple, les autos sont toutes dans la fourchette (très) haute des modèles. Avec des enchères qui sont de plus en plus concurrentielles et difficiles, on attend de voir le résultat.

Les six autos sont donc :
– Une Porsche 930 Turbo 3.0L de 1977 estimée entre 145.000 et 165.000 €.
– Une Ferrari Testarossa de 1990, française et bien entretenue mais estimée entre 130.000 et 140.000 €
– Une Jaguar Xk150 à la belle présentation, estimée entre 165.000 et 185.000 €
– Une Jaguar Type E, série 1 3.8L, estimée entre 145.000 et 180.000 €
– Une Delage D6 70 de 1937, à boite Cotal avec une carrosserie dessinée par Chapron mais exécutée par Coachcraft, estimée entre 75.000 et 95.000 €
– Une Chevrolet Corvette C2 Stingray de 1963, un import US non matching number, estimée 98.000 à 120.000 €

L’intégralité du catalogue de la vente est consultable ici.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire