Modèles à la Une : Les gloires du Rallye : Peugeot 205 Turbo 16

De 1983 à 1986, le Groupe B a marqué le monde des rallyes. Et on en parle encore aujourd’hui, il suffit de voir les succès des événements tels que l’Eifel Rallye Festival ou les Grandes Heures Automobiles. Durant les 4 années où elles firent la loi, la Peugeot 205 Turbo 16 a remporté la moitié des titres. Retour sur son histoire.

Genèse de la Peugeot 205 Turbo 16

C’est en février 1983 que Peugeot dévoile sa nouvelle gamme et l’on découvre ainsi toutes les déclinaison de la 205 avec en prime la version sportive : la Peugeot 205 Turbo 16.

Initié par Jean Todt dès 1982, la 205 Turbo 16 est développé pour courir dans le nouveau championnat du monde, le Gr B. Suivant le modèle d’Audi et de sa Sport Quattro, Peugeot s’oriente sur un véhicule à 4 roues motrices. Mais contrairement au constructeur Allemand, le moteur sera placé à l’arrière pour une meilleure répartition des masses. Le premier problème de Peugeot va être de faire évoluer son prototype qui est pour le moment difficile à maîtriser car le moteur ne fonctionne qu’à très haut régime et le châssis n’encaisse pas encore la puissance.
Cette mise au point est aussi nécessaire pour développer le modèle de série (200 exemplaires obligatoires pour l’homologation).

La Peugeot 205 Turbo 16 de course

L’auto de course ressemble à la Peugeot 205, mais n’a rien à voir. La carrosserie polyester est fixée à un châssis tubulaire. Les suspensions avant et arrière sont à double triangulation.

Mais surtout, le moteur est placé en position centrale arrière. C’est un 1775 cm³ en aluminium, gavé par un Turbo KKK K26. Au final, Peugeot sort de la première mouture 340 chevaux. La boîte 5 vitesses entraîne donc les quatre roues motrices.
Avec 940 kg de poids total et une compacité réelle, l’auto fait peur d’emblée !

La “série 200”

Le modèle de série n’a rien à voir avec les autres modèles de la gamme 205. Structure tubulaire en acier, transmission intégrale et suspension à doubles triangles. Niveau motorisation, le 1,8L turbo-compressé développe 200ch et se manœuvre avec une boite à 5 rapports. Avec un poids à vide de 1145kg, la Turbo 16 passe de 0 à 100km/h en 6,8s et atteint la vitesse de 214km/h ! Pas mal pour l’époque et surtout pour une 205.


Débuts en rallye à la mi-saison 1984

Pour se tester et avant de se lancer dans un programme complet, la Peugeot 205 Turbo 16 est lancée en course début mai. Ari Vatanen épaule Jean-Pierre Nicolas. Le vétéran français, qui a beaucoup œuvré sur la mise au point de l’auto se classe 4e d’emblée !
Les deux autos abandonnent au rallye de Grèce. Retour en Finlande, trois courses plus tard avec le seul Vatanen… qui s’impose ! Il va également remporter le San Remo et le RAC. Nicolas ajoutera une autre 4e place en Italie.

La Peugeot 205 Turbo 16 termine son demi-championnat à la troisième place, avec de grandes ambitions et en faisant trembler ses adversaires.

Première saison complète en 1985

Au Monté Carlo, Vatanen est épaulé par Timo Salonen et Bruno Saby. Vatanen l’emporte, Salonen est 3e et Saby 5e. Gros débuts ! Les deux finlandais signent le même résultat en Suède. Quand Vatanen abandonne au Portugal, Salonen gagne.
Coup d’arrêt au Kenya où, des trois, seul Salonen termine et à une anonyme 7e place.

Au Tour de Corse, trois autos sont engagées. Et Bruno Saby étrenne la toute nouvelle Peugeot 205 Turbo 16 Evo 2. Une auto un peu allégée, un moteur boostée, qui troque le KKK pour un Garett permettant de sortir une puissance de 460 à 550 ch en fonction de la pression de suralimentation !
Les deux finlandais abandonne mais Saby termine second.

En Grèce, seul Salonen voit l’arrivée, mais en vainqueur ! Il gagne de nouveau en nouvelle Zélande où Vatanen termine second. Nouvelle victoire en Argentine, Vatanen abandonne suite à une très grosse sortie de piste qui lui fera manqué le reste de la saison. Mais le troisième pilote, le pistard local Carlos Reutemann monte sur la troisième marche du podium.
Le Suédois Kalle Grundel le remplace en Finlande. Salonen et lui bénéficie tous deux et pour la première fois de l’Evo 2. Salonen gagne encore, Grundel finit 5e. En Italie Salonen termine second et Saby abandonne.
Les Peugeot ne sont pas de la partie en Cote d’Ivoire, mais au RAC elles sont trois… à abandonner.

Cela n’empêche pas Peugeot de remporter le titre de champion du monde des constructeurs et Timo Salonen est champion pilote ! Contrat rempli !


La Peugeot 205 Turbo 16 Evo 2 fera toute le saison 1986

Pour cette saison, Vatanen est remplacé par Juha Kankkunen. Avec Salonen et Saby ils s’engagent au Monté Carlo. Le champion sortant termine second, les deux autres sont 5e et 6e. Kankkunen gagne en Suède quand son équipier abandonne. Le rallye du Portugal se passe mal, aucune auto n’est à l’arrivée. Au Kenya Kankkunen est 5e et Sheckhar Meta, un pilote local recruté pour l’occasion termine 8e.

En France, c’est Salonen et Saby qui sont engagés. Seul le second est à l’arrivée, mais en gagnant ! En Grèce Kankkunen gagne, Saby fait 3e et Salonen abandonne. En Nouvelle-Zélande, nouvelle victoire de Kankkunen et Salonen fait 5e. En Argentine, Kankkunen et Salonen abandonne, mais Stig Blomqvist signe une belle 3e place.

Salonen va signer sa première victoire de la saison à domicile, en Finlande, devant Kankkunen, Blomqvist accroche la 4e place. Encore une fois, aucune Peugeot 205 Turbo 16 ne se déplace en Cote d’Ivoire. En Italie, quatre voitures sont engagées mais aucune ne voit l’arrivée. En Grande Bretagne, Salonen l’emporte, Kankkunen est 3e et Mickael Sündstrom fait 4.

Aucune Peugeot ne devait se rendre au rallye des USA. Mais Kankkunen est à la lutte pour le titre et il lui manque un point pour être sûr que Markku Alén ne puisse le rattraper. C’est ce dernier qui l’emporte sur sa Delta S4 mais Kankkunen termine second et empoche le titre.

Evidemment la Peugeot 205 Turbo 16 Evo 2 est titrée. C’est la dernière Groupe B à l’être. Les Groupe S ne verront pas le jour et les Groupe B sont bannies, à la suite de l’accident meurtrier d’Henri Toivonen.


Une retraite active pour la Peugeot 205 Turbo 16

Au total sa carrière s’arrête avec 16 victoires et 28 podium pour la voiture en trois saisons (dont deux complète seulement).

A la fin du Groupe B, la Peugeot 205 T16 continue sa carrière. On la verra sur les différents circuits de Rallycross européen. Mais on la retrouvera aussi sur les terres africaines. La Peugeot 205 T16, légèrement modifiée ira ainsi s’imposer plusieurs fois sur les pistes du Dakar. On en parle dans un article dédié, visible ici.

Photos : News d’Anciennes , Peugeot Sport, Jorjum

Vous aimez ? Partagez !

thomartini
Rédacteur-Essayer à News d'Anciennes

Thomas est le premier à rejoindre Benjamin dans l’aventure News d’Anciennes, dès 2013.

Amateur d’autos sportives, il sait aussi jouer le copilote en Simca ou bricoler un proto qui ressemble à une 4L.