Pour le Vintage Revival Monthléry 2017, la météo ne pouvait gâcher la fête des avant-guerre

“Alors ? C’est pas du mou de veau hein ?” Non Igor, le Vintage Revival Monthléry 2017, c’était pas du mou de veau. Si Bertrand était déjà venu à plusieurs reprises, cette édition était ma première. Une première dans ce monde particulier des avant-guerres, parfaitement à leur place sur l’autodrome.

Pour les fans d’automobiles en général, le monde des anciennes est déjà un peu à part. Et bien pour les amateurs d’anciennes, le monde de l’avant-guerre est lui-même à part. L’ambiance, les autos, l’atmosphère, tout ici est particulier. On vous emmène à la découverte de ce Vintage Revival Monthléry 2017.

Première partie du parc du Vintage Revival Monthléry 2017

La fameuse côte de Montlhéry était bouchée. Et dès cet endroit, on nous mettait dans l’ambiance. Ce n’est pas tous les jours que, dans les bouchons, on se fait doubler par des Bugatti, des Bentley 3 litres ou une DS tractant une remorque avec une GN ! Une fois garé, on tombe sur le parking visiteur et les parkings réservé aux anciennes. En dehors d’un nombre impressionnant de Morgan (qui avaient leur expo dédiée), on voit que la météo en a refroidi quelques uns.

En se dirigeant vers la piste on est vite mis dans l’ambiance. La bourse est installé, et pour quelque chose de si particulier (ne sont exposées que des marchandises pour les avant-guerre), elle est plutôt bien garnie. Les exposants sont nombreux et les marchandises dépareillées. On se doute qu’on ne trouvera pas de stand présentant 25 refabrications de la même pièce !

Face à cette bourse se trouvent deux espaces. Le premier, ce sont les tentes accueillant les motos du Vintage Revival Monthléry 2017. Elles sont les bienvenues dans cette ambiance “un peu humide”. Les motos y sont bien alignées, attendant leur heure. Les propriétaires sont autour à discuter.
Suit un espace réservé aux clubs. Là aussi plusieurs autos sont là pour tourner sur la piste. On retrouve d’ailleurs les copains du club Georges Irat. La bleue qu’on avait essayé dans cet article est cette fois-ci bien entourée !

En piste !

On arrive à la pré-grille. On se presse, les autos y sont massées et elles se préparent à partir en piste. Car c’est l’attraction de ce Vintage Revival Monthléry 2017, les autos n’y sont pas qu’exposées, elles sont nombreuses à aller sur le circuit de Montlhéry, montrer que leur sportivité presque centenaire ne s’est pas perdue ! Elles sont réparties en 8 plateaux d’autos, complétés par deux plateaux de motos et un plateau de motocyclettes et de vélos ! Si si !

Les premiers plateaux s’enchaînent. Ils sont assez homogènes, en même temps c’est ce qui est voulu par l’organisation. Par contre, très vite la piste devient piégeuse. D’humide, elle devient trempée avec le réveil de la pluie. Et puis ces vénérables autos et motos ne sont pas vraiment étanches au niveau du graissage ! Du coup on se retrouve avec de l’huile sur la piste que les commissaires doivent traiter au bout d’un moment !

Malgré cela, les pilotes et copilotes sont là pour se faire plaisir, pas pour arriver premier. Alors on ne prend pas trop de risque. Au pire quelques véhicules vont tomber en panne, et d’autres faire des travers à la ré-accélération. On est au Vintage Revival Monthléry 2017, clairement pas à un roulage sportif comme on peut le voir, par exemple, aux Coupes de Printemps au même endroit. En tout cas, on en prend plein les yeux, les oreilles, et pour une fois, plein le nez ! Car ces anciennes ont vraiment une odeur à elle !

Qu’est ce que l’on voit en piste ? Beaucoup de choses différentes. Les motos sont les moins nombreuses, il sera plus facile de vous citer que ce sont des Norton, Guzzi, BMW, Motosacoche, Terrot ou BSA. Au passage, coup de chapeau aux pilotes. Déjà, sortir en moto de ce temps, ensuite avec ces motos là, mais en plus pour certains, en habits d’époques ! Il valait mieux rester sur les roues !

Les autos ? Des Bugatti en veux-tu, idem pour les BNC ou l’impressionnante armada de Frazer Nash venue d’Angleterre. On trouve aussi des Amilcar évidemment, des Salmson, des Georges Irat, des Rally, des Alfa Romeo, une Bentley, des MG, Riley…

On termine la visite du Vintage Revival Monthléry 2017

Maintenant qu’on a fait le tour de ce qui se passe en piste, terminons par le paddocks. On trouve à son entrée et autour quelques chapiteaux. L’un d’eux abrite même les fameuses Delage championnes du monde il y a 90 ans ! Les autres sont souvent des regroupements de club, voir des tonnelles qui servent pour la mécanique. Ce sont quand même des engins capricieux. Les autos sont là, couvre tonneau ou bâche en place pour éviter qu’elles ne se transforment en baignoire.

Voilà le plateau A du Vintage Revival Monthléry 2017 qui revient. Et le paddock devient un joyeux bazar. Malgré tous les efforts des pilotes, ces autos d’un autre age n’ont pas vraiment un rayon de braquage adapté aux espaces réduits ! En tout cas, ça parle français, anglais (beaucoup, beaucoup, beaucoup), allemand ou néerlandais.

On a fait le tour du Vintage Revival Monthléry 2017. Ce que j’en pense ? Un très bon événement qui aurait été encore meilleur avec une des choses que l’orga ne peut amener : le beau temps. Quelques bêtes de très haut niveau auraient été les bienvenues pour les expositions, mais est-ce là le but de cet événement qui joue sur la sympathie et qui fait plus penser à une rencontre de club ? En tout cas un très grand club, international !

La galerie de Benjamin est à voir en cliquant ici.
Celle de Bertrand en cliquant là.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


9 commentaires sur “Pour le Vintage Revival Monthléry 2017, la météo ne pouvait gâcher la fête des avant-guerre”

  1. A moins d’être une “encyclopédie automobile ” il serait bien d’identifier le type de voiture sur les photos . La plus part sont méconnues .

    1. La plupart sont méconnues… y compris par nous… Nous ne sommes pas des encyclopédies.
      Les organisateurs ont la bonne idée de publier des albums photos avec les engagés, cela permet de s’y retrouver.
      Et pour identifier les autos, sachez juste qu’avant de faire l’article, à deux nous cumulons environ 1500 photos…

Laisser un commentaire