Résultats de Gooding & Co à Scottsdale : de remarquables invendus

Dire que la vente Gooding & Co était la dernière vente de Scottsdale, c’est faux. Il y a aussi Barrett Jackson mais leur catalogue est simplement trop grand. Par contre Gooding & Co est la dernière vente qu’on a à détailler, après RM Auctions et Bonhams, qui proposait de belles européennes.

Au total la vente a réussi à faire partir 84% de ses lots pour plus de 33 millions de dollars récoltés. De toutes les ventes de Scottsdale c’est, pour une fois, celle qui présentait le catalogue le moins exceptionnel, et en plus, les têtes d’affiches n’ont pas toutes connu le succès.

6 Millionnaires potentielles qui ne se vendent pas

Fortunes diverses pour les avant-guerre

Une des plus grosses estimations de la vente était au crédit d’une Bugatti Type 35 de 1925. Présentée avec sa carrosserie d’origine son estimation était fixée entre 2.6 et 3.2 million de dollars. Elle reste la plus chère de la vente en partant à 3.3, légèrement au dessus de son estimation donc.

Ensuite Alfa Romeo 6C 1750 Series V Grand Sport Roadster de 1932, carrossée par Figoni et estimée entre 2.25 et 2.75 millions de dollars. Elle déçoit réellement en partant à 1.595.000 $
Suivait une Squire 1 1/2 Litre Tourer de 1936, cette rareté estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars était peut-être trop particulière et ne se vend pas.
Enfin, une Bentley 4 1/2 Litre Open Sports Tourer de 1928, estimée entre 1.1 et 1.4 million de dollars et qui part à son estimation basse.

Les Ferrari 275 font un flop

Du côté de Maranello, on proposait deux Ferrari 275 GTB, une GTB/4 verte, estimée entre 3 et 3.4 millions de dollars et une  Long Nose a carrosserie alu estimée entre 2.9 et 3.2 millions de dollars. Même résultat : aucune des deux autos n’est vendue !

Plus récente, la SA Aperta de 2011, estimée entre 1.2 et 1.4 million de dollars et atteint 1.485.000 $. Enfin la dernière Ferrari est une 500 Superfast. Dans un bel état suite à une restauration, elle était estimée entre 2.8 et 3.2 millions de dollars et se vend au milieu à 2.915.000 $.

Les supercars allemandes gardent la cote

On trouvait dans la vente Gooding & Co deux Mercedes 300 SL Rouge, un roadster de 1961, et un coupé de 1955. Le roadster estimé entre 1.1 et 1.3 millions de dollars part légèrement en dessous à 1.034.000. Le coupé, estimé entre 900.000 et 1.1 million de dollars explose lui son estimation en partant à 1.457.000 $.

Ensuite la maison américaine proposait deux Porsche Youngtimers. Tout d’abord une Porsche 959 Komfort (une auto qu’on va beaucoup voir cette année) estimée entre 1.1 et 1.3 million et partie pour 1.089.000 $. La Porsche 911 GT2 de 1996 était estimée entre 1.3 et 1.6 million de dollars mais ne se vend pas.

Deux américaines et une anglaise pour finir

Voiture ultra rare, la AMC AMX/3. était logiquement estimée entre 900.000 et 1.3 million de dollars. Elle est adjugée 891.000 $.
L’autre américaine est une Cobra, CSX 2411 est une des dernières construites avec un moteur 289. Estimé entre 900.000 et 1.1 million d’euros elle part à son estimation haute.

La seule anglaise du clan des millionnaires était une Aston Martin DB5 de 1964. Estimée entre 1 et 1.2 million de dollars, elle arrive très loin à 880.000 $ !

Belle et rare ne rime pas avec succès

En dehors de ces autos millionnaires, une brochette d’autres autos étaient présentées. En particulier d’italiennes. On avait noté ces quelques modèles mais on ne leur a pas porté chance :

  • La Lamborghini Countach 5000 QV, rouge et son immonde pare-chocs noir estimée entre 325.000 et 375.000 $
  • Une des 168 sublimes Ferrari 365 GTC de 1969 estimée entre 700 et 800.000 $
  • Une des premières Maserati A6 1500 de 1949, premier modèle de l’A6, estimé entre 600 et 700.000 $
  • La belle Dino 246 GTS en Rosso Robino, plus foncé que le Corsa, estimée entre 325.000 et 425.000 $
  • Une Ferrari 365 GTB/4 Daytona de 1970 connue des concours américains, estimée entre 850.000 et 950.000 $

Heureusement pour Gooding, certains lots ont trouvé preneur :

  • Une Ferrari 308 GTB de 1980 en Verde Medio Metalizzato, estimée entre 200.000 et 240.000 $ s’arrête à seulement 148.500 $
  • La Lancia Stratos Stradale de 1975, dans un bel état et estimée entre 500.000 et 600.000 $ part pour 451.000 $
  • L’Alfa Romeo Giulietta SS de 1962 estimée entre 140.000 et 180.000 $ est vendue 154.000 $
  • Pour finir une belle Alfa Romeo 1900 SS Coupé à belle carrosserie Touring, estimée entre 400.000 et 500.000 $ est adjugée 357 .000 $

En dehors des italiennes, Gooding & Co proposait aussi :

  • Une Aston Martin DB4 rouge, une série 1, estimée entre 500.000 et 600.000 $ et vendue 456.500 $
  • Une Aston Martin DB6 grise, une des seules 37 en conduite à gauche, estimée entre 450.000 et 625.000 $ partie à 478.500 $
  • Une Citroën SM US de 1973, estimée entre 75.000 et 100.000 $ bien vendue à 81.400 $
  • Une Porsche 356 A Super Speedster de 1958, sortie de garage dans un sale état, estimée entre 200.000 et 275.000, et vendue 341.000 $ !
  • Une superbe AC Ace Bristol de 1959 estimée entre 275.000 et 325.000 $ qui se vend en dessous à 242.500 $
  • Une imposante Continental Mark II de 1956 en état concours, estimée entre 200.000 et 250.000 $ partie à 192.500 $
  • Pour finir une Groupe B, une Ford RS200 de 1986 estimée entre 275.000 et 350.000 $ vendue 236.500 $

Une belle vente par son contenu, moins par ses résultats…

Photos : Gooding & Co

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes

Passionné d’automobile ancienne, il a créé News d’Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.

Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu’elles sont un peu plus rapides !


Laisser un commentaire