Xavier Lavictoire, des autos sur Canson

Xavier Lavictoire, des autos sur Canson

Pour une fois je chipe cette rubrique à Benjamin ! Mais quand j’ai découvert Xavier Lavictoire j’ai été tout de suite séduit par ses œuvres. Son style m’a tout de suite plu, j’ai adoré comme il couche le crayon sur le papier Canson, qui a sa préférence. Les voitures et les personnages sont très fins et hyper détaillés. Ses sources d’inspirations sont les films et photos d’époques, on reconnait bien les deux dessins sur Hellé Nice, ci-dessous.


Depuis son plus jeune âge Xavier jouait autant avec ses Dinky-toys qu’il dessinait avec ses crayons. En grandissant, il décide d’en faire son métier après ses études aux Beaux-Arts. Xavier va pouvoir également toucher en vrai les voitures de son enfance, mais cette fois en taille réelle.

Ses amis lui font découvrir les circuits mythiques et surtout des voitures de légendes. Les Bugatti de grand-prix remportent sa préférence. Dès la fin des années 90, il commence à les dessiner et ainsi rendre hommage à leurs pilotes. C’est d’ailleurs le fil rouge de son travail. Xavier affectionne particulièrement les scènes historiques. Certes la période d’avant-guerre a sa préférence, mais ses créations vont également jusqu’aux années 70, pour notre plus grand plaisir.

Pour ses dessins Xavier Lavictoire utilise des crayons, des pastels et des mines de plomb sur des fonds jamais blancs, mais plutôt aux teintes bistre. J’aime beaucoup cette idée, je dois dire !

Trêve de bavardage, je vous laisse admirer ses œuvres et surtout la visite sur son site est incontournable, c’est en cliquant ici. Vous le retrouvez aussi sur Facebook, c’est par là.


bertrand
photographe/reporter
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

2 commentaires sur “Xavier Lavictoire, des autos sur Canson”

  1. Je trouve le style original mais aussi très réaliste. Le sujet passionnant des femmes pilotes est souvent délaissé par la presse spécialisée, les Moss, Beaumont, de Filippis et beaucoup d’autres. Qui connait le mérite et la détermination de Lella Lombardi se retrouvant au milieu d’une meule de mâles déchaînés et hostiles en qualifications et réussissant à se qualifier et même à marquer au championnat F1 de 75 ? Bien joué d’avoir choisi Helle Nice.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.