Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige, les précieuses de la Riviera

Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige, les précieuses de la Riviera
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...

Les Voitures Anciennes de nos lecteurs, la Triumph Sebring d’Eric

Après nous avoir présenté son Checker Marathon (le taxi new yorkais, c'est par ici), Eric nous présente une autre de ses belles....

Le plastique et l’automobile ancienne

Quand on parle de plastiques dans une voiture, on pense immédiatement aux voitures des années 80 et aux tableaux de bords. Mais...

La Renault 12 à la conquête du monde

La Renault 12 on la connaît bien en France puisqu'elle y a été un vrai succès avec des millions d'exemplaires fabriqués et...

Le week-end dernier c’était la 7è édition de Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige. Le Concours d’élégance a laissé place à deux rassemblements d’automobiles sur un week-end cela permettant de garder cette date forte pour la ville et de contrer les prérogatives liées au Covid19. Et la fête fut belle !

Alpine et Saint-Jean tout un symbole !

Le choix de l’organisation a été couronné de succès. Le samedi 19 septembre a mis en valeur la marque française emblématique qu’est Alpine en rassemblant des anciennes et des nouvelles avec le soutien du centre Alpine de Cagnes sur Mer venu présenter l’Alpine A110 Légende GT.

Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige, les précieuses de la Riviera

La place du Centenaire, face au port, a vu une vague bleu alpine s’installer dès 9 heures du matin. Les visiteurs ne s’y sont pas trompés, l’heure de la résilience vers le plaisir sonnait dans toute la presqu’île de la riviera. Dans la matinée, Monsieur Jean-François Dieterich, Maire de Saint-Jean-Cap-Ferrat et organisateur de ce Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige acquiesce tout sourire en observant une Alpine A 110 passer devant lui :

« Il est important de donner la possibilité aux gens d’avoir des moments de plaisir, de pouvoir sourire et oublier un temps les difficultés de la situation actuelles. Cela n’a pas été facile de mener à bien nos objectifs mais voyez, le résultat est là. Ils sont respectueux des recommandations et nous profitons tous d’une ambiance de passionnés et dans un esprit bon enfant. On respire et cela fait du bien. ».

Au milieu des 40 Alpine récentes, les anciennes n’ont pas rougi d’autant qu’elles étaient toutes dans des états rares comme les trois voisines l’A610, l’A310 pack GT et la V6 Turbo.

Pour l’anecdote, une fois l’A610 jaune garée, le propriétaire en sort et à la grande surprise c’est Régis Deweer le référent des Alpes-Maritimes de la FFVE venu en passionné avant tout :

« Aujourd’hui je n’ai pas le costume FFVE, être référent est avant tout être passionné et vivre l’automobile ancienne au quotidien. Ma présence ici est motivée par deux choses : faire vivre le patrimoine roulant inscrit à l’Unesco et confirmer mon grand amour pour la marque Alpine. J’adore conduire ma A610, c’est un état d’esprit un art de vivre qui résonne en moi. Celle-ci est de 1991, il n’y a eu que 486 exemplaires et c’est le dernier modèle construit estampillé Alpine jusqu’à sa renaissance en 2017. ».

La passion Alpine au cœur de Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige

Bien entendu le modèle A110 que ce soit la 1300 ou la 1600 a supplanté en majorité la place du Centenaire. Pourtant une version GT4 (dont on vous raconte l’histoire ici) a suscité la curiosité des visiteurs.

À ses côtés, une auto plus petite, plus ronde ne jouait pas les gros bras et pourtant l’A106 blanche n’a pas caché son plaisir d’être entourée de familles complètes :

« Regarde, une A106 ! Le premier modèle Alpine crée par Jean Rédélé en 1955, ton grand-père l’a vu au salon de l’auto à Paris. »

Ce type de manifestation est un magnifique moyen de transmission de mémoire vivante du patrimoine automobile (cela tombait bien, c’étaient les journées du patrimoine) comme l’a fait ce père à son jeune fils.

Un puissant son raisonne sur la place, on se retourne et assistons à une agitation générale, c’était Monsieur Freine-Tard qui arrive au volant de son Alpine R-GT avec laquelle il va courir le prochain rallye de Monte-Carlo. François Delecour originaire des Flandres a été accueilli tant par les plus anciens en souvenirs de ses exploits passés au volant de la berlinette vice champion du monde des rallyes en 1993 et 1995 que la jeune génération en pâmoison devant la voiture de course.

Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige, les précieuses de la Riviera

Un pilote intergénérationnel qui a expliqué lors du discours d’ouverture de Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige d’où lui est venu le virus du pilotage :

«  J’ai 8 ans et dans ma petit ville des Flandres passait devant ma fenêtre le rallye des routes du Nord. J’ai encore en souvenir les berlinettes en travers sur la grande place et aussitôt à l’école, on me demandait qu’est-ce que tu veux faire plus tard ? Je répondais “pilote de rallye”, “mais ce n’est pas un métier” me répondait mon professeur. A 18 ans, permis en poche j’ai commencé mes premiers rallyes. C’est réellement grâce aux berlinettes et l’image de cette voiture fabuleuse que ma passion et mon métier est née. »

Le temps est venu de partager le verre d’accueil face aux Riva, un moment propice aux échanges entre les participants, les organisateurs et les visiteurs. Ni le Covid ni la pluie aura eu raison de ce week-end unique en réunissant près de 60 Alpines !

Il n’y avait pas que des Alpine présentes à Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige. Au détour d’une R5 Turbo et une Turbo 2 se trouvait une coupé Venturi 260 Atlantique de 1991 automatique conduite à droite ! Une vraie rareté produite à 25 exemplaires seulement et une marque aussi mythique qu’Alpine n’ayant malheureusement pas connu la même évolution. En 1992 Venturi était actionnaire majoritaire de l’écurie Larrousse engagé en F1 que le constructeur quitte en 1993. Pourquoi une brève histoire qui explique le lien entre Venturi et Gérard Larrousse ? Parce qu’une surprise nous attendait !

Les autres bijoux de Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige

Les Alpines ont laissé place aux voitures de différentes marques le dimanche 20 septembre. Le plateau faisait tourner les têtes ! Lagonda, Sénéchal de 1923, Porsche Targa, Ferrari Testarossa, Osca Maserati 1000 Miglia, Fiat 600 Multipla, Lancia Aurelia B50 Pininfarina, BMW E9 CSL, Lancia Stratos, cabriolet Peugeot 404, il y en avait pour tous les goûts !

C’est indéniable, le village a souhaité valoriser le patrimoine roulant durant la journée du patrimoine. Une réussite puisque plus de 50 véhicules ont fait le déplacement. Pour la plupart, les participants étaient des locaux du département, un nombre certain venaient de la principauté Monégasque, de Montpellier et des Cévennes.

Pierre-Alain Urisari, directeur du comité de l’organisation de Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige expliquait qu’ils n’avaient pas souhaité faire une large communication comme les années précédentes. L’affluence aurait pu être un grand frein voire une annulation dans cette périodes troublée. Même si les visiteurs ont été nombreux et si les restaurateurs du port se sont retrouvés submergés, l’objectif était de hisser le patrimoine en offrant aux Saint-Jeannois et aux habitants des départements limitrophes un week-end de détente et de beauté.

Beauté dites-vous ? Il en faut peu pour être heureux à Saint-Jean-Cap-Ferrat ! La journée avance et le départ de la parade sonne la fin de la manifestation. Le road-book amène les collectionneurs sur les routes ondoyantes de la presqu’île jusqu’à Beaulieu. Le détours par le Grand Hôtel du Cap Ferrat est un passage obligé et l’arrêt devant le portail d’autant plus puisque l’organisation avait posté la Porsche 917 Psychédélique de Gérard Larrousse menée aux 24 heures du Mans en 1970 !

Un précieux, un monument de l’histoire automobile devant nos yeux, portes papillons grandes ouvertes, ce bijou du mouvement hippie n’attendait que les amoureux de la course automobile. La 917 à carrosserie longue n°3 est au départ de la 38e édition des 24 Heures en 1970. Elle arbore une livrée mauve pendant les essais, rehaussée de vert la veille de la course. Cette 917 dite « psychédélique ou Hippies » capte la culture de l’époque, elle a nécessité plus de mille bombes à peinture. Engagée sous les « couleurs » de Martini Racing, elle est pilotée par Gérard Larrousse et Willi Kauhsen. Qualifiés douzièmes, ils s’installent dans le top 3 à partir de la septième heure, avec la deuxième place finale.

Les surprises pour les amoureux des belles carrosseries n’en s’arrêtaient pas là. L’organisation de Prestige et Patrimoine ont imaginé un parcours surprenant. Des surprises, plus particulièrement des bijoux mécanique étaient parsemés dans des écrins de choix que seul Saint-Jean-Cap-Ferrat peut offrir. La preuve en est, la parade continue en contournant le Grand Hôtel.

Les yeux grand ouvert devant une splendide Ferrari attendant sagement ses admirateurs. Pas n’importe laquelle mais la 275 GTB celle de monsieur Bulgari en personne. Gianni Bulgari est un célèbre créateur italien en joaillerie. Avant d’intégrer l’entreprise familiale éponyme dans les années 60, G.Bulgari s’est fait remarqué sur les circuits de courses. Véritable amateur automobile de belle carrosserie il acquière la 275 GTB fabriquée à seulement 450 exemplaires. Dessinée par Pininfarina en 1964 et inspirée de la 250 GTO, la marque italienne au cheval cabré désirait créer une voiture plus spacieuse et plus luxueuse que la 250 Berlinetta SWB devenue désuète.

La révolution technique a agité la foule au salon automobile à Paris en 1964 lors de sa présentation. La 275 GTB fut la première Ferrari de route à être équipée d’un transaxle, composant mécanique assurant les fonctions d’une boîte de vitesses et d’un différentiel. On referme les yeux, Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige est terminé et l’averse se déchaîne sur les carrosseries.

Retour origines l’année prochaine ?

En 2021, l’organisation espère pouvoir relancer le concours d’élégance reconnu depuis 2012 dans le milieu de la collection international en l’enrichissant d’une journée de rassemblement auto et moto anciennes ainsi que des forums techniques sur le thème de la restauration automobile.

Marie-Charlotte Vananty responsable de la communication du comité d’organisation nous fait une confidence : 

« L’année prochaine, nous aurons 5 catégories au concours d’élégance auto : les avant-guerre, les après-guerre, les youngtimers, les supercars et les ladiesdrivers. La dernière catégorie est consacrée aux femmes pilotes, collectionneuses elle-même et restauratrices. L’année 2021 va réserver des surprises et nous y réfléchissons dès à présent. »

Ce qui est indéniable maintenant est la place forte qu’est Saint Jean Cap Ferrat dans le milieu de la collection et des automobiles d’exceptions !

Texte : France Dholander
Photos : Thierry B.Ouvrard et julia.e.nystrom

Saint-Jean-Cap-Ferrat Prestige, les précieuses de la Riviera

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

La Renault 12 à la conquête du monde

La Renault 12 on la connaît bien en France puisqu'elle y a été un vrai succès avec des millions d'exemplaires fabriqués et...

Le plastique et l’automobile ancienne

Quand on parle de plastiques dans une voiture, on pense immédiatement aux voitures des années 80 et aux tableaux de bords. Mais...

[Vidéo] Le Saviez-Vous ? Les Renault et leur empattement variable !

Cela faisait longtemps qu'on ne vous avait pas proposé une vidéo "Le Saviez-Vous". Après vous avoir parlé des Renault Gordini, c'est à...

Des avant-guerre pour le catalogue “The Golden Age of Motoring” de Bonhams

Jusque l'an dernier c'est Bonhams qui était sponsor titre du London to Brighton. Si l'événement est désormais sous la bannière de RM...