Dino/Ferrari 308 GT4, importante à défaut d'être reconnue

Dino/Ferrari 308 GT4, importante à défaut d’être reconnue

Dans le genre des Ferrari et Dino qui n’ont pas la reconnaissance qu’elles méritent, la 308 GT4 est presque au niveau de la Mondial. Par contre elle a été une réelle première pour la marque italienne, et sur bien des points.


Une genèse à part pour une marque à part

Nous sommes au début des années 70. Ferrari a lancé une marque à part pour ses autos à moteur V6 : Dino. Mais celle qui est née 206 et devenue 246 commencent à accuser le poids des ans. Il faut la remplacer et pour le coup Maranello ne va pas faire dans le conservatisme, loin de là.

Commençons par le style de l’auto. La Dino 308 GT4 est la toute première, et la seule à ce jour, auto de la marque à avoir été dessinée par Bertone. Le carrossier italien avait déjà travaillé sur une Dino, mais la Fiat Coupé ! Et là, ce n’est pas vraiment une commande. Bertone propose en effet un prototype à Ferrari. Celui-ci a été dessiné par Gandini, est moderne, conçu pour une auto 2+2 à moteur central. Sauf que ce prototype n’est pas prévu pour Ferrari, ni pour Dino. C’est tout simplement le premier proto de la Lamborghini Urraco qu’on propose !

Quoi qu’il en soit avec ses lignes tendues et ses surfaces planes, elle est très différente de la 246. Et bien plus moderne du coup !

Ensuite pour la partie technique, la 308 GT4 reprend un des atouts majeurs de sa devancière : le moteur central. N’oublions pas que Ferrari ne propose aucune auto dans sa gamme qui en sera équipé ! Le châssis est d’ailleurs celui de la 246, avec un empattement allongé de 21 cm pour loger la deuxième rangée de siège.

Pour le moteur la Dino 308 GT4 ne fera pas appel au V6. On décide de la doter d’un V8 de 3 litres de cylindrée (qui lui donne son nom) avec double arbre à came en tête, quatre carbus Weber et 250 ch à la clé. Installé transversalement dans la voiture, il inaugure une conception qui fera école sur les berlinettes de la marque.
Les suspensions sont indépendantes, les freins confiés à des disques ventilés.

L’auto pèse 1150 kg à sec. Un poids qui sert bien ses performances : 250 km/h en pointe, 100 km/h en 7s et la borne kilométrique atteinte en 26,8.

1973 : arrivée de la Dino 308 GT4

Conçue relativement vite la Dino 308 GT4 est présentée au salon de Paris 1973 alors que les dernières 246 ne sont pas encore sorties des ateliers.

Le style est décrié, il est vrai que certains airs sont partagés avec les Lancia Stratos… et l’Urraco définitive ! Mais comment reprocher cela à Gandini alors que Pininfarina (qui ne digère pas d’avoir été écarté après 20 ans d’exclu) était également coutumier du “partage de formes”. Par contre ses qualités routières sont vite louées.

Les ventes démarrent doucement. Le choc pétrolier est arrivé en même temps que l’auto et le badge Dino fait fuir quelques acheteurs.
Pour palier à cela l’usine fait quelques changements en 1975, tant au niveau mécanique que cosmétique. On les reconnaît à leur avant où les antobrouillards sont derrière la calandre. Par contre ils doivent être répercutés aux autos en stock… ce que ne font pas tous les revendeurs.

L’un des principaux est dédié au marché américain avec l’arrivée de pare-chocs disgracieux mais obligatoire ou encore le montage d’un échappement spécifique qui est aux normes mais fait perdre 30 ch à la belle.

La petite sœur arrive : la 208 GT4

Dans les années 1970 l’Italie se dote d’une surtaxe sur les véhicules de grosse cylindrée. Il faut alors descendre sous les 2 litres pour en être exonéré. La Dino 308 GT4 devient alors 208 GT4 par une réduction de l’alésage. Le moteur sort tout de même 180 ch et permet à l’auto de grimper à 220 km/h.

Pour reconnaître ces autos construites à partir de 1975, il faut regarder l’avant et l’arrière. D’un côté les louvres de capot sont argentées. De l’autre on ne distingue qu’une seule sortie d’échappement (sur les premiers modèles du moins).

Dino/Ferrari 308 GT4, importante à défaut d'être reconnue

La Dino 308 GT4 s’anoblit

En 1976, fini Dino. La Ferrari 308 GT4 est officiellement intégrée à la gamme et tous les badges arborent fièrement le cavalino.

Les ventes s’en trouvent améliorées. Pour autant elle n’est pas aussi sportive que la 308 avec laquelle elle cohabite et qui est peut-être plus dans l’esprit Ferrari.

La Ferrari 308 GT4 est remplacée par la Mondial en 1980. 2826 autos ont été construites avec le moteur 3 litres et 840 autres avec le 2 litres. Une production faible.

Les Dino et Ferrari 308 GT4 de nos jours

Forcément ces autos ne courent pas les rues. Comme toutes les Ferrari, leur cote avait explosé ces dernières années mais rebaissent régulièrement si bien qu’on peut désormais en acquérir une pour environ 75.000 €* !

En tout cas c’est une auto singulière puisque dans la gamme Ferrari, avec un moteur central et 4 places, vous n’aurez le choix qu’entre la Mondial et la 308 GT4. Toutes les autres avaient le moteur à l’avant.

Pour cela, et pour son style unique chez Ferrari, elle mérite bien un peu plus de considération !

*Données Classic Trends
Photos supplémentaires : Bonhams


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.