Le Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2018 c’est dans 10 jours !

Les 21 et 22 juillet se déroulera le Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2018, 22e édition sur le circuit tracé dans les rues de ce petit village du Saumurois, en Maine et Loire. Parions que cette année encore, l’Association du Grand Prix Rétro du Puy Notre-Dame sous la houlette d’Emmanuel Lepidi, nous aura concocté un rendez-vous à la hauteur des précédentes éditions !

Et tout semble réuni pour que ce soit le cas, puisque ce sont près de 120 véhicules d’avant-guerre et jusqu’aux années 50 qui sont inscrits sur l’ensemble des plateaux, auto sportives, cyclecars, tricyclecars, motos et side-cars. Et pour vous faire une idée de ce que vous allez rencontrer, nous vous avions déjà fait partager cet événement en 2017.

Cette année encore, le Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2018 débutera le 21 juillet au matin par un « rallye promenade » de quelques 150 km, ce même rallye que j’avais vécu à bord d’une Bugatti Brescia (par ici les souvenirs !). A partir de 18h et jusqu’à minuit, place sera laissée aux démonstrations en semi-nocturne sur le circuit en ville. Le dimanche sera quant à lui entièrement dédié au Grand-Prix.

Mais le Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame 2018, ce sera aussi des expositions de véhicules anciens, que vous pourrez admirez pendant toute la durée de l’événement.

Je ne peux pas finir ce mot sans cette info, que notre ami, Igor Bietry m’a confiée : Joséphine sera là ! Une belle occasion de venir découvrir cette Juvaquatre qui a tourné sur l’autodrome de Montléry à la poursuite d’un record établi il y a 80 ans (relire toute l’histoire ici). Igor sera également lui-même en « balade » au Puy Notre Dame, puisqu’il sera le speaker officiel du Grand Prix Rétro du Puy Notre Dame. Pour ceux qui avaient assisté en février 2018 au salon Historic Auto de Nantes (l’article ici), cette présence est indéniablement un gage de qualité !

Bref, un beau week-end en perspective, aux parfums du passé, de quoi s’enivrer des odeurs d’essence et d’huile de ricin, et se faire bercer par le bruit de moteur loin d’être aseptisés !

Fabien
Un lion et un cheval cabré m'ont fait aimer les voitures de mon enfance... Un livre, «La maîtresse d'acier» de Pierre Coutras, et des légendes, Fangio-Moss-Hawthorn, m'ont conduit à me passionner pour des bolides plus ancien.
A mon tour de partager avec vous.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.