Catalogue de Folie pour RM Sotheby’s à Monaco

On a de l a chance les années paires. Du côté de la Sarthe, Le Mans Classic 2018 va concentrer une partie des regards des amateurs de courses anciennes. Mais côté monoplaces, c’est sur le Grand Prix de Monaco historique que les regards vont se tourner. Deux maisons de vente aux enchères en profitent pour proposer des ventes tout simplement foles. On commence avec le catalogue de RM Sotheby’s à Monaco.

La vente RM Sotheby’s à Monaco

100 lots tout pile pour cette vente Monégasque. Un catalogue qui comporte quelques lots d’automobilia, mais surtout des autos. Des sportives, des prestigieuses, des monuments, des raretés, c’est l’artillerie lourde qui est sortie. En même temps Bonhams est prêt aussi à répliquer, on vous en reparlera vite.

Sinon, l’exposition des autos aura lieu au Forum Grimaldi à Monaco et la vente se déroulera le Samedi 12 Mai.

 

Les stars de la vente

La grosse estimation

Là on parle d’une très très grosse estimation. Plusieurs millionnaires sont au catalogue de la vente RM Sotheby’s à Monaco, mais celle-ci les surpasse. C’est une Ferrari 250 GT Berlinetta Tour de France de 1957, celle qui a les honneurs de la couverture du catalogue. Cette auto a notamment fait une 4e place aux 12h de Reims ou une seconde au GP de Spa 1958. Matching numbers, c’est une auto remarquable qui est proposée.


Quelques autos pour dépasser le million sous le marteau

Sept autos présentées par RM Sotheby’s à Monaco peuvent dépasser le million d’euros sous le marteau. On retrouve d’ailleurs deux de nos valeurs sûres habituelles, des Ferrari 250, dans cette catégorie.
La première est un Cabriolet Serie II de 1962, en parfait état, estimée entre 1.4 et 1.6 million de dollars. La seconde est un Coupé GT Boano de 1957, une des rares voitures au toit bas, qui est estimée entre 800.000 et 1 million d’euros.
Toujours chez Ferrari, on trouve aussi une 275 GTB de 1966, une des autos au nez long et à trois carburateurs. Elle est estimée entre 2 et 2.2 millions d’euros.
Plus récente, une des six Ferrari Sergio, fabriquée par Pininfarina basée sur une 458 Spider avec le moteur de la 458 Spéciale. Celle-ci fut exposée à Genève en 2015 et elle est estimée entre 2.5 et 3 millions d’euros.

Ensuite on retrouve une autre italienne qui pourrait dépasser le million, une Lancia Aurelia B24S Amercia, la version la plus exclusive de l’Aurelia, estimée entre 800.000 et 1 million d’euros.
Une allemande fait aussi partie de ces autos, une Porsche 911 Carrera RS2.7, ici dans sa configuration Lightweight. Elle est estimée entre 1.4 et 1.8 million d’euros. Elle fait partie d’une collection de 911 qui sera dispersée pendant la vente.
Enfin une “française”, une Bugatti Veyron Grand Sport Vitesse avec une déco “transformers”. Une auto estimée quand même entre 1.2 et 1.5 million d’euros.

Deux Formule 1

A ce niveau là, clairement celles qui sont proposées chez Bonhams sont plus intéressantes. Mais on trouvera tout de même deux F1 au catalogue de la RM Sotheby’s à Monaco.

La première est une Benetton Ford de 1992, celle que Schumacher pilota pour son premier podium en Espagne. L’auto est en parfait état de fonctionnement et elle estimée entre 550 et 750.000 €.
La seconde en partage les couleurs, c’est une Jordan Mugen Honda de 1999, celle qui amena Frentzen sur deux podiums cette année là. Une auto avec son moteur d’origine et qui est estimée entre 250 et 350.000 €.

The Flat-Six collection

La première collection à noter dans le catalogue de RM Sotheby’s à Monaco c’est Th Flat Six collection. 100 % Porsche,  100 % 911. En plus de la 2.7 RS Lightweight, on retrouve un des prototypes de la 911 S 2.2 de 1969, estimé entre 250 et 350.000 €, une 996 Turbo de 2001 estimée entre 150.000 et 200.000 € et une 911 Turbo un peu spéciale, une “Groupe B” avec des éléments de Porsche 935 et un kit carrosserie spécifique monté par l’importateur suédois.

 


Une belle collection privée

Seconde collection proposée, beaucoup plus variée, même si elle reste très italienne. Toutes les autos sont en parfait état. On notera une anglaise, une Jaguar Xk140 Coupé de 1955 estimée entre 90 et 120.000 € et une allemande, une 911 Carrera S Martini Racing qui n’a que 150 km au compteur.

Côté italien du coup, une belle sélection. On commence avec une Maserati Mistral de 1965 estimée entre 175 et 225.000 €. Ensuite chez Ferrari, une 512 BBi estimée entre 225 et 275.000 €, une 430 Scuderia de 2008 estimée entre 200 et 240.000 €. Enfin une base de Ferrari 328 pour la Consiso Concept de 1993 fabriquée par Michalak. Un one-off estimé entre 100 et 120.000 €.

Du sport, du sport et encore du sport !

Beaucoup, mais alors beaucoup d’autos sportives sont au catalogue de la vente. Des autos qui ont couru, d’autres qui pourront le faire, la vente RM Sotheby’s à Monaco proposera des autos intéressantes.

On commence avec les anciennes gloires des circuits comme cette BMW 635 CSi de Groupe A 1983 qui a couru en BTCC et en ETCC. Elle est estimée entre 300 et 350.000 €.
Dans la même catégorie, une Porsche 924 GTR de 1981, une des 17, une auto qui a couru 5 fois à Daytona et autant à Sebring. Une rareté estimée entre 475 et 525.000 €.

Pour les autres, il s’agit surtout d’autos prêtes à courir. Voici une liste de quelques autos qu’on aimerait voir en piste :
– Une Porsche 914/6 de 1972, homologuée FIA et estimée entre 90 et 110.000 €
– Une Mitsubishi Galant VR-4 Group A, gagnante du Bandama 1990 et estimée à un petit 90 – 130.000 €
– Une Ferrari F430 Challenge, celle que Bruno Senna avait en 2007, estimée entre 80 et 120.000 €
– Une 360 Challenge de 2001 estimée entre 70 et 90.000 €
– Une Ford Mustang 289 homologuée FIA et estimée entre 80 et 95.000 €
– Une Moretti 750 Gran Sport Barchetta restaurée il y a une quinzaine d’année et éligible partout, estimée entre 200 et 250.000 €
– Une MG A Twin Cam, préparée par le département sport de MG en son temps et estimée entre 90 et 120.000 €
– Enfin une Austin Healey 100, recréation de celle qui fit les Mille Miglia 1954, estimée entre 140 et 170.000 €


Une affaire ?

Attention, ce ne sont pas des affaires pour toutes les bourses. Mais des prix peut-être un peu plus abordable que d’habitude. La première auto est une DS 21 Cabriolet usine. Une auto de 1969 qui est estimée entre 150 et 170.000 €. Alors qu’elle pourrait presque atteindre les 200.000 €. Stratégie ou bonne affaire à faire ? Les résultats nous le diront.
La seconde est moins chère, et pourtant c’est une Ferrari. Ici une 456 GT de 1995, avec 14.000 km, en parfait état et estimée entre 70 et 90.000 €, sans réserve !

Tout le catalogue est à voir ici.

Photos : RM Sotheby’s

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire