La Vente Gooding and Co à Pebble Beach a tenu son rang.

Après les résultats de Bonhams et ceux de RM Sotheby’s, voici ceux de la troisième vente de la Monterey Car Week. La vente officielle du concours de Pebble Beach atteint un total plutôt énorme avec quelques gros coups réalisés.

Si c’est RM Sotheby’s qui réalise la meilleure vente de la semaine avec son Aston DBR1, devant Bonhams avec sa McLaren, Gooding and Co réussit a mettre deux autos au dessus de 14 millions, les 3e et 4e meilleures ventes de la semaine. C’est un total de 91.593.700 $ qui est réalisé.

Les 5 immanquables de la vente de Gooding and Co à Pebble Beach

Comme pour les autres ventes, on avait noté 5 autos à suivre encore plus que les autres.

Les deux premières étaient des légendes de l’endurance.
La première, une Porsche 917 K avait été actrice du film Le Mans. Conservée par la suite par Jo Siffert elle a passé des années cachée près de Paris. Restaurée elle était estimée entre 13 et 16 millions de dollars ! Bien vu, elle atteint 14.080.000 $ sous le marteau.

La seconde, une Alfa Romeo Tipo 33 TT12 de 1974. Avec ses multiples victoires en championnat du monde, elle était estimée entre 2.4 et 2.8 millions de dollars, mais elle ne se vend pas.

Ensuite trois italiennes.

La première était une 500 Mondial Série 1 de 1954. Matching Number, elle était estimée entre 3 et 3.8 millions de dollars et part à 3.162.000$.
La seconde est une magnifique Ferrari 275 GTB/C de 1966, elle a gagné le prix de la plus restauration à Pebble Beach. Estimée entre 12 et 16 millions de dollars elle atteint 14.520.000 $ sous le marteau.

Enfin une Maserati A6G 54 de 1956 à Carrosserie Zagato. Dans un état superbe, c’est une auto faite pour les concours d’élégance. Estimée entre 4 et 5 millions de dollars elle atteint 4.4 millions de prix de vente.


Parmi les nombreuses autres millionnaires…

Evidemment pour sa vente Gooding and Co à Pebble Beach d’autres autos étaient estimées au dessus du million de dollars :

  • Une des (seulement) cinq Fiat 8V Elaborata, revue par Zagato, estimée entre 1.4 et 1.8 million de dollars et vendue 1.485.000 $
  • Quatre Mercedes 300 SL. Un roadster gris à Hardtop à roues Rudge, estimée entre 1.2 et 1.5 million se vend 1.347.500 $, un autre roadster gris bleu se vend 1.034.000 $. Ensuite les coupés. Le premier, estimé entre 1 et 1.3 million part à 1.265.000 $. Le second en meilleur état et habitué des concours, estimé entre 1.25 et 1.5 million se vend 1.677.500 $.
  • Une Porsche 904 Carrera GTS Rouge. Estimée entre 1.5 et 1.8 millions de dollars atteint 1.540.000 $
  • Une magnifique BMW 507 Série II de 1958, en superbe état estimée entre 2 et 2.5 millions de dollars elle dépasse cette estimation avec 2.750.000 $
  • Une française enfin, une Bugatti Type 57C Cabriolet carrossée par Letourneur et Marchand. Estimée entre 1.5 et 2 millions de dollars mais se vend 1.512.000 $


Originales, magnifiques, elles sont aussi à surveiller

Soyons chauvins, commençons par des françaises. Une Peugeot 402 Darl’Mat, plus d’infos sur le modèle en cliquant ici qui a couru en son temps à Montlhéry ou même Brooklands, était estimée entre 700.000 et 900.000 $ et part pour 752.000 $.
L’autre française est une Facel Vega Hk500 de 1961, restaurée en 2015. Estimée entre 225.000 et 275.000 $ elle s’arrête pourtant à 154.000 $.

Plus originale, une Ferrari 330 Shooting Break dont le dessin a été réalisé par un dessinateur de comics Bob Peak et carrossée par Vignale. Estimée entre 700.000 et 900.000 € elle ne se vend pas. Trop originale du coup.
Une auto avec une carrosserie torturée, une Arnott-Climax de 1957, seule auto de la marque à avoir couru au Mans. Estimée entre 350.000 et 450.000 $, elle non plus ne rencontre pas le succès.
Ensuite une De Tomaso Vallelunga, estimée entre 300.000 et 350.000 $, elle aussi ne se vend pas, malgré le fait qu’elle soit une auto rare et désirable.

Enfin on avait noté des autos qui furent un jour des (presque) populaires. Pourtant leur estimation était déjà bien élevée.

La Mazda Cosmo de 1969, serie II à boîte 5 estimée entre 100.000 et 130.000 $ est adjugée 101.750 $.
L’Autobianchi Bianchina Transformabile de 1959 avait pour elle pour elle un faible kilométrage, 18.500 miles, pour annoncer une estimation entre 75.000 et 85.000 $. Elle se vend 82.500 $.
Enfin la BMW 2002 Turbo, estimée entre 90.000 et 120.000 €, elle dépasse largement cette fourchette en partant à 143.000 $.

Voilà pour conclure une semaine très riche qui va alimenter notre article sur les autos les plus chères de tous les temps à être vendues aux enchères. Vous le trouverez ici.

Tous les résultats sont consultables ici.

Photos : Gooding & Co


Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire