L’Aronde, l’hirondelle qui a fait le printemps de Simca

L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca

À la une sur News d'Anciennes

La Simca Aronde sort d’un 9

L’Aronde naît en fait Simca 9. Elle remplace la Simca 8, dont la filiation et la conception revenaient à Fiat. La Simca 9 est présentée le 31 Mai 1951, Henri Theodore Pigozzi et l’état major de Simca décident alors d’utiliser directement le nom Aronde dans de grandes campagnes de publicités.

La filiation est ainsi faite avec la Simca 8 et l’utilisation du patronyme Aronde renvoie à l’emblème de la marque, l’hirondelle sur fond bleu/blanc/rouge, et au slogan “un appétit d’oiseau” basé sur la réputation économique des modèles de la marque forgée depuis les années 1930 avec la Simca 5. Le mot Aronde signifiant tout simplement hirondelle en vieux patois.

Coté technique la voiture est équipée d’un 1 221 cm³ d’origine Fiat qui équipait également la 8 1200, il en diffère toutefois par l’adoption d’une pompe à eau en lieu et place du système à thermosiphon. Il développe 45 ch à 4 000 tr/min et permet à l’Aronde d’atteindre les 130 km/h en pointe, toujours en restant fidèle à la propulsion.

La transmission étant assurée par une boîte de vitesses à 4 rapports plus marche arrière, avec 1ère non synchronisée et 4ème en prise directe, le tout commandé par un levier situé au volant, comme sur la Simca 8 1200.

L’auto mesure 4,067 m de long, 1,558 m de large et 1,522 m de haut. Elle est moderne avec sa caisse autoporteuse et son moteur réputé pour sa nervosité, mais souffre de défauts de jeunesse.

Le pont arrière hypoïde ne peut être produit en quantité suffisante dés le lancement, la voiture récupère donc le pont Gleason de la Simca 8 réputé fragile, les amortisseurs Allinquant équipant la premiers modèles ont une durée de vie ridicule, et les peintures cellulosiques ont une mauvaise tenue dans le temps. Le pire reste l’intérieur qui suite à un défaut de livraison du fournisseur initial se voit habillé d’un tissu rayé d’aspect basique, rapidement surnommé “drap de déportés” par la concurrence…

Les évolutions de la Simca 9

C’est dés juin 1951 qu’un nouveau logo central de calandre est installé. Il est constitué d’un S traversé par une hirondelle stylisée et reprenant les couleurs bleu/blanc/rouge de la marque, soucieuse de se défaire de son image italienne, en remplacement du logo sur fond noir spécifiques aux 700 premiers modèles.

Pour 1952, l’Aronde adopte enfin son pont hypoïde et une batterie désormais sous le capot moteur et non plus sous la banquette. Côté esthétique, en avril, le volant passe de noir à marron et la peinture cellulosique est abandonnée au profit de la peinture synthétique, et en mai le pare-chocs arrière passe en trois partie au lieu d’une seule pièce.

Avec l’année-modèle 1953, Simca revoit un peu l’intérieur de l’Aronde avec un tableau de bord à 4 boutons au lieu de 6 grâce à l’adoption du commodo d’éclairage sur la colonne de direction.

Simca présente aussi les prototypes Plein Ciel, un cabriolet 4 places qui n’entrera malheureusement jamais en production, et Grand Large, une élégante version coach deux portes sans montants qui sera finalement produite à partir de 1954.

De nouveaux utilitaires entrent enfin en production en septembre 1952, après avoir été présentés au public en octobre 1951, avec leur moteur à la puissance ramenée à 37 ch. Voici donc les versions Commerciale, un break 2 portes avec partie arrière entièrement vitré, et la Messagère entièrement tôlée à l’exception de la lunette arrière.

Notez que dés le courant du mois de de décembre 1952 la Commerciale sera scindée en deux modèles. La Châtelaine, correspondant à l’ancienne Commerciale avec partie arrière vitrée et la Commerciale, qui elle n’a plus droit qu’à des petites vitres latérales sur sa partie arrière. Enfin, Simca dédouble la berline Aronde, la version classique devenant Berline Luxe lors de l’apparition de la Quotidienne en décembre 1952. Une version dépouillée de l’Aronde avec chromes peints couleur caisse (à l’exception des buttoirs de pare-chocs avant et les paupières de phares), intérieur sans skaï ni accoudoir, pas de déflecteurs sur les portières avant, pas d’insigne Simca sur le capot et chauffage en option !

Un joli record !

La même année, Simca choisit une voiture au hasard sur les chaînes de production. La voiture est suivie de près par des commissaires de l’ACF pendant sa construction. Lorsqu’elle en sort, strictement de série,  elle est amenée sur l’anneau de Montlhéry.

Pendant 40 jours, la voiture tourne, parcourant 39.242 tours du circuit ! Lorsqu’elle s’arrête enfin, le 18 septembre 1953 à 20 heures, elle a parcouru 116.000 km à une moyenne de 104,07 km/h. Pour cette époque c’est un exploit, pour preuve la performance permet d’apporter à Simca 37 records internationaux de classe F, dans la catégorie des 1100 cm³ à 1500 cm³. Ainsi naquit la légende de l’Aronde des “100 000 à 100” qui fera énormément pour la renommée du modèle et sera exhibée dans les cinquante plus grosses concessions Simca de province, arborant fièrement ses peintures de guerre. Le slogan publicitaire se rapportant à cet événement s’affichera alors sur toutes les vitrines des concessions Simca “100000 km à 100 à l’heure. Bravo l’Aronde !”.

L’Aronde se renouvelle façon US

Dés 1954 Simca fait évoluer la voiture selon la mode américaine du moment consistant à rendre un modèle obsolète en renouvellement sa gamme très régulièrement. Esthétiquement la calandre en podium laisse sa place à une calandre en arc de cercle, on parle alors de moustache, les feux arrières deviennent entièrement en plastique rouge et adoptent une forme conique, enfin, les enjoliveurs de roues se parent du S, logo de la marque, sur fond rouge.

La Camionnette fait son apparition, il s’agit d’un pick-up bâché assemblé par Facel Métallon avec les chromes peints couleur caisse et enjoliveurs de roues avec S sans fond rouge. Enfin, la Grand-Large est désormais disponible au catalogue avec son pare-brise arrière spécifique en 3 parties, qui sera remplacée dés 1955 par un pare-brise en un seul tenant. La Simca 9 1954 sera même immortalisée par Hergé dans sa BD Tintin “L’affaire Tournesol” !

1955 est l’occasion de modifications techniques avec le passage des roues de 15 pouces à 14 pouces, l’Aronde se présentant alors comme “la surbaissée 55” car abaissée de 2 cm par rapport à l’année précédente. Ceci entraîne des modifications des trains roulants, le nouveau diamètre des roues permettant par exemple un freinage d’une efficacité supérieure, estimée à 8%. La boîte de vitesses est elle aussi revue et corrigée en devenant plus silencieuse. Notez que les utilitaires conservent quant à eux les roues de 15 pouces. À partir de septembre 1955, les dernières Simca 9 adoptent le nouveau moteur Flash des futures Aronde 1956. L’Aronde a alors hissé Simca à son apogée : second constructeur automobile français, devant Citroën et Peugeot.

L’histoire continue :
1956-1958

Simca Aronde

L’Aronde 1300

Cliquez sur la photo pour découvrir l’histoire de l’Aronde 1300.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
L'Aronde, l'hirondelle qui a fait le printemps de Simca

Sur le même thème

Nos derniers articles