La Simca 5, la petite souris française

La Simca 5, la petite souris française
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La Simca 5, la petite souris française
Julie
Nouvelle stagiaire passionnée d'automobile depuis toujours. Elle adore se rendre à des courses pour écouter le bruit des moteurs. Elle adore conduire, surtout quand elles ont un peu plus de puissance que sa Kangoo.

À la une sur News d'Anciennes

Aujourd’hui, c’est à cette voiture franco-italienne qu’on va s’intéresser, la Simca 5. Pour les connaisseurs, elle vous rappellera surement la Fiat 500 Topolino sortie dans les années 30. Mais, sa cousine française, a su marquer son territoire à sa manière.

La Simca 5, son histoire

C’est en Italie que l’histoire de cette auto débute. Au début des années 1930, Benito Mussolini, dictateur fasciste italien et au pouvoir à cette période, veut que les italiens puissent rouler au volant d’un véhicule économique abordable au plus de gens possible. Idée qui a d’ailleurs plu au chancelier allemand Hitler puisqu’il ordonna à Ferdinand Porsche d’en faire de même. C’est à partir de là que sont nées la Topolino et la Coccinelle.

Concernant l’italienne, c’est en l’été 31 que le premier prototype de celle-ci est testé. Ce véhicule à traction avant n’a pas le plus grand des succès au départ. L’ingénieur abandonne rapidement et c’est Dante Giacosa qui reprend le projet.

En 1934, il présente son nouveau projet. Version réduite de la 508 Balilla, cette auto séduit la direction générale de Fiat et peut commencer à effectuer les essais. En 36, elle est présentée au salon de Turin sous le nom de Fiat 500 Topolino. En voici un petit aperçu.

L’auto est populaire et sera un véritable succès, 519.847 vont être produites et plusieurs déclinaisons vont voir le jour.

Commercialisée en Italie, elle est également mise en vente en France mais cette fois, sous le nom de Simca 5. Elle aussi conçue dans les usines de Fiat à Turin, elle est présentée au grand public 3 mois avant sa cousine italienne, dans la première usine Simca-Fiat située à Nanterre. La production de celle-ci commença un peu plus tard, retardée par la victoire du Front Populaire.

Simca 5 VS Topolino

La française

Cessons de parler d’histoire, venons-en aux détails un peu plus techniques. Cette Simca a été produite au nombre de 46.472 exemplaires.

Au niveau de la voiture en elle-même, elle dispose d’une boîte de vitesse de 4 rapports, les roues avant indépendantes avec des freins hydrauliques à tambours sur les 4 roues et une batterie de 12V.

Et sous le capot, ça donne quoi ? Et bien de ce côté, on ne sais pas s’il y a de quoi être des plus ravis.

On peut observer un moteur de 573 cm³ qui sort une “puissance” de 12ch. Alors est-ce-que le mot “puissance” est bien utilisé ici ? Il faut rappeler que cette auto pèse, quand même, un bon 560kg. On ne pourra même pas faire l’expérience d’un 0 à 100 puisque sa vitesse maximale est de 90 km/h.

La Simca 5, exemple de sobriété

Mais n’oublions pas une chose. La Simca 5 n’est pas connue simplement pour être la cousine de la Topolino mais également pour battre des records de consommation.

Elle va faire parler d’elle notamment faisant le test des cinq litres. Un concours largement remporté par les Simca 5, en consommant 3,1 L/100km en ayant effectué une distance de 160 km à une vitesse réglementée de 45 km/h. 5 d’entre elles vont occuper les premières places du podium.

Mais ce n’est pas fini.

Elles vont participer aussi à 2 autres épreuves, cette fois, organisées par l’Automobile Club de France. Les résultats ? Encore que du positif. Un aller-retour Paris-Madrid (soit une distance de 2 500 km) avec une consommation de 3,6 litres et sur l’autre, une épreuve de vitesse sur l’Autodrome de Linas-Montlhéry avec 105 kilomètres en 1 heure.

Conclusion ? Sur la consommation, rien a redire, la Simca a battu des records. Par contre, au niveau de la puissance c’était pas encore ça. Mais qu’en dit-on de la Topolino ?

L’italienne

Concernant cette Fiat 500 Topolino, ce sont 519.847 exemplaires qui sont sortis des usines de Fiat.

La Simca 5, la petite souris française

On retrouve des similitudes chez ces deux auto. Tout comme la Simca, elle dispose d’une boite de vitesses à 4 rapports, les roues indépendantes avec les freins hydrauliques à tambours sur ces roues et une batterie de 12V.

C’est là que quelques différences apparaissent.

Ici, on a un moteur de 569 cm³ pour un poids du véhicule de 535kg. Quant à sa vitesse maximale, elle n’est que de 85 km/h. Pour ce qui est de la consommation, rien à voir avec la Simca. Si on regarde la Topolino de type A, elle consommerait 6 litres aux 100km.

Après la confrontation des chiffres, il n’y a pas à dire, la Simca 5 est imbattable au niveau de la consommation. Au niveau du moteur, seulement quelques cm³ de différences. Pour le poids de la voiture, il y a quand même 25kg de différences.

La Simca 5 et ces différentes versions

Les berlines

Quand la Simca 5 sort (début 1936), elle est disponible en coupé avec 3 versions : la Standard, la Superluxe et la Grand Luxe.

La Standard, c’est celle qui va constituer le prix d’appel de la gamme. Ce qui est observable sur cette auto est l’absence de pare-chocs.

Contrairement à la précédente finition, la Grand Luxe possède des pare-chocs à l’avant du véhicule et les feux avants sont d’un plus petit diamètre. A l’arrière, on voit également que la voiture arbore un cache-roue de secours.

La Superluxe, c’est le haut de gamme de la Simca 5. Ce qui la différencie des autres finitions, et bien elle est la seule à avoir une peinture bicolore ainsi que des pneus à flancs blancs. Pour la reconnaitre, il vous suffit de regarder ses phares avants : ils sont de plus gros diamètre. C’est d’ailleurs également le cas pour son pare-chocs. Dernier détail, elle arbore également un cache-roue de secours.

Niveau prix elle coûtait de 7-8 mois de salaire (pour un ouvrier qualifié). Ce qui correspondait plus précisément, à un surcoût de 20%.

Après la guerre, la production de la Simca 5 reprend mais uniquement dans sa version découvrable qui fut présentée quelques mois après la version originale, au salon de Paris.

La Simca 5 fourgonnette

En 1937, c’est une autre version de la Simca 5 qui est présentée au salon de Paris, la fourgonnette.

Cet utilitaire de 250kg et de 1m³ de volume fût très apprécié par les commerçants mais pas seulement. La Poste va également développer son intérêt pour cette version et en commandera une centaine, surtout utilisées pour rouler en ville.

Comme pour beaucoup d’usines automobiles, sa production sera stoppée avec la guerre mais reprendra en 46.

La Simca 6, la relève

En 47, c’est la Simca 6 qui est présentée. Elle commence à être produite en 1949, la Simca 5 s’arrête alors. Mais on en reparlera.

  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
La Simca 5, la petite souris française

Sur le même thème

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles