Des Lister Knobbly Jaguar Refabriquées, le XK donne des idées

Des Lister Knobbly Jaguar Refabriquées, le XK donne des idées
Benjaminhttps://newsdanciennes.com
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos. Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

À la une sur News d'Anciennes

[Acheter Une Voiture Ancienne] Contrôle technique, ce qu’il faut savoir lors de l’importation d’une voiture ancienne

Le contrôle technique pour les voitures de plus de 30 ans est devenu un véritable casse-tête pour les collectionneurs que nous sommes. Avec l’harmonisation...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Visite chez Méca Rétro Sport 76, l’atelier qui ne passe pas à la télé

Le patron de Méca Rétro Sport 76, en fait beaucoup de passionnés le connaissent. Aurélien est le mécano officiel de Wheeler Dealers France depuis la...

On vous a déjà parlé des Jaguar Type E Lightweight et des Jaguar XKSS qui sont refabriquées par la marque anglaise. Une de leurs cousine suit la même voie, la Lister Knobbly Jaguar Stirling Moss.

Point commun entre toutes ces autos : le moteur qui est un XK, le moteur emblématique de Jaguar à l’époque.

Les premières Lister Knobbly Jaguar

La marque Lister naît en 1954. Le but est de construire des châssis de voitures de sport avec des moteurs empruntés à divers constructeurs. La voiture propulsée par le moteur Bristol, l’ex BMW 328, bat régulièrement les voitures d’usine dans les courses de 2L.

Après avoir été motorisée par Maserati, et les Coventry-Climax, la marque lance la Lister Jaguar en 1956. Elle utilise la recette de la marque : un châssis tubulaire, une carrosserie aluminium ouverte et un moteur de Jaguar Type D, alors la référence en terme de voitures de sport.
La voiture va connaître de beaux succès en parvenant à damer le pion à Aston Martin notamment.

C’est finalement en 1958 qu’apparaît la Lister Knobbly Jaguar. Le terme Knobbly, traduit en noueux ou torturé en français, provient de sa carrosserie alu, très étudiée. La voiture va connaître de nombreux engagements, notamment avec la prestigieuse Écurie Ecosse dont on vous a déjà parlé. Les victoires vont s’enchaîner, sous les couleurs bleu et blanches de l’Ecosse comme sous les couleurs de l’usine, un plus traditionnel jaune et vert.
On notera au palmarès des victoires à Spa, à Sivlerstone…

La voiture va connaître une fin de carrière assez brutale quand Scott Brown se tue au volant d’une Lister Knobbly Jaguar à Spa justement. La suite chez Lister, ce sera une voiture à moteur Chevrolet, puis une auto développée par l’aérodynamicien Costin, déjà vu à l’oeuvre sur la Lotus Mk VIII. Lister arrêtera sa marque peu après, les Cooper Monaco à moteur arrière étant plus que dominatrices.

Les nouvelles Lister Knobbly Jaguar Stirling Moss

Brian Lister est décédé depuis, en décembre 2014. Quelques mois plus tôt, il avait vu sa marque se relancer, au menu, la refabrication de Lister Knobbly Jaguar “classique”. La voiture s’échange alors contre des billets de 310.000 € et dix exemplaires de prévus. On ne réinvente pas la poudre, on parle toujours de voitures au châssis tubulaire avec un moteur XK de chez Jaguar.

Les voitures se vendent tellement bien que la marque relance, pour 2017 une édition limitée, la Lister Knobbly Jaguar Stirling Moss. On parle toujours de 10 exemplaires produits, et là, la facture est d’un million d’euros.
On célèbre avec cette auto, la victoire de Sir Stirling Moss à Silverstone en 1958 au volant d’une auto d’usine. Les différences avec les “nouvelles” Lister Knobbly Jaguar “classiques” sont menues.
On parle ici d’une plaque numérotée signée par Moss, avec remise des clés en personne par l’ancienne gloire des circuits. Ensuite, la carrosserie, qui abandonne son aluminium pour faire appel à du magnesium.

Au final, on arrive sur une auto de sport assez exclusive et performante, 330 ch, 841 kg, 296 km/h de Vmax et un 0 à 100 en moins de 4 secondes. Pas mal pour une auto conçue il y a 50 ans !

Des Lister Knobbly Jaguar Refabriquées, le XK donne des idées

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Distribution, tout est dans le timing

La distribution est l'organe vital de votre moteur. Sans elle, tout fout le camp, mon bon monsieur ! Penchons-nous quelques instants sur son rôle,...

Essai d’une Traction 15 Six H, digne fin de règne

J'avais déjà eu la chance il y a quelque temps de m'installer au volant du mythe de l'automobile française qu'est la Citroën Traction, c'était...

La Porsche 917 K 81, quand une légende revient en piste

Championnat du monde des voitures de sport, 24h du Mans, CanAm, Interserie, entre 1969 et 1973 la Porsche 917 est une tueuse et s'adjuge...

[Acheter Une Voiture Ancienne] Contrôle technique, ce qu’il faut savoir lors de l’importation d’une voiture ancienne

Le contrôle technique pour les voitures de plus de 30 ans est devenu un véritable casse-tête pour les collectionneurs que nous sommes. Avec l’harmonisation...