Le rasso mensuel de Breuilpont passe la surmultipliée !

Le rasso mensuel de Breuilpont passe la surmultipliée !
bertrand
rédacteur et photographe à news d'anciennes. Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

À la une sur News d'Anciennes

ZFE : nouvelle menace sur les anciennes ? L’espoir est de mise

L'écologie et la qualité de l'air sont au centre de nombreux débats. Et les ZFE (Zones à Faible Émissions) placent le débat...

Nos Anciennes Abandonnées : un réservoir de Land !

Ce mois-ci c'est dans la Haute-Marne qu'on vous emmène. Un de nos lecteurs, François, y a trouvé un cimetière... ou plutôt un...

Essai d’une Motobécane 50, la mobylette des 70’s

Impossible de faire l'impasse sur la mobylette quand on aime les anciennes. Synonyme de jeunesse et de liberté, la mob a autant...

Choisissez les photos du calendrier News d’Anciennes 2021 (et précommandez-le) !

Déjà en 2019 et en 2020 News d'Anciennes vous a proposé un calendrier. Vous avez été nombreux à l'afficher chez vous. Cette...

Volants et Vallée nous avait donné rendez-vous ce dimanche pour son rasso mensuel de Breuilpont. C’est dans ce charmant petit village de l’Eure, au début de ma jolie Normandie, que se tient tous les quatrièmes dimanche, le rasso de Volant et Vallée. Je l’avais déjà visité en 2018, on revoit ça ici, et comme j’avais plutôt bien apprécié, j’y suis revenue faire une petite visite. Et le moins que je puisse dire, c’est que je n’es pas été déçu, car avec au programme des avant-guerre, des hot-rod, un soupçon de moto, et autant de belles autos, c’était un beau dimanche matin !

Breuilpont, un rasso comme on les aime !

Première chose excellente à Breuilpont c’est le site, il est hyper facile à trouver ! On passe le pont qui enjambe l’Eure, et pof c’est la première à gauche. C’est le parking de l’ancienne gare qui sert de lieu d’exposition, et si le GPS est en panne, il ya de vieilles locos pour se repérer !

Niché au creux de la vallée de l’Eure, on ne pourrait pas être mieux, et quand en plus, le soleil donne gentiment, c’est encore mieux. Autre bonne surprise, un ancien Renault Trafic, transformé en truck café, est là avec une gentille dame nous sert un bon café. Mais bon, le jus est vite avalé, car les premières autos arrivent… ah bah non, c’est une moto en plus …chevauchée par Fabrice le président de Volant et Vallée ! Mais derrière lui, ça arrive…

Volant et Vallée, ça attaque fort !

Comme si un portail invisible avait été soudain ouvert, les voitures déboulent subitement ! Ce rasso mensuel de Breuilpont est également ouvert aux super cars et aux youngtimers. Un bon nombre de ces autos, Mustang, Porsche et Ferrari étaient présentes ce dimanche.

Comme je l’ai souligné en préambule, beaucoup de motos sont passées dire bonjour. C’est aussi ce que son président Fabrice Amari m’a dit, on accepte tout ce qui roule, sauf le tunning, donc les motos sont effectivement les bienvenues.  Plusieurs Harley, côtoyaient quelques anciennes comme une quatre pattes Honda CB 750, dans un état sublime. Un duo père fils sur une Tobec et une Peugeot 103 était bien sympa. Mais c’est une VRAIE Mobylette qui m’a fait craquer.

Ricaines et hot-rods sont au rasso mensuel de Breuilpont !

Depuis la Normandy Beach Racing, l’article sur l’édition 2019 est à lire juste , on sait que les hot-rod sont chez eux en Normandie. Du coup, certains étaient venus pointer au rasso de Breuilpont. Celui basé sur une Citroën C4 était vraiment magnifique.

On retrouvait d’autres belles Américaines, avec une Ford Crown Victoria la police veillait au grain. La Plymouth Fury III est sa robe rouge, lui allait parfaitement bien. Ceci dit, le flamming de la Studebaker Commander était très seyant également, surtout sur ce modèle rare. Le cabriolet Pontiac Bonneville n’avait d’égal que la beauté de sa conductrice. Au rayon des raretés, on pouvait voir une Dodge Dart Swinger, un petit modèle plein de tonus ! Au milieu, la plus française des Américaines, une Rambler Ambassador, tenait sa place. Les incontournables Mustang venaient clore ce plateau dominical, la Mach 1, dans cette livrée bicolor était juste sublime ! On en a essayé une dans cet article ici.

Volant et Vallée, c’est aussi des Françaises !

Les petites Françaises étaient, bien entendu, présentes sur ce rasso mensuel de Breuilpont. Qu’elles soient populaires, comme ce Peugeot D3A. Ce fameux nez de cochon est une ancienne ambulance issue d’un établissement psychiatrique et date de 53, on ne dirait pas au vu de son état parfait. Une belle ID break tentait de trouver sa place au milieu d’un trio de Simca Ariane, dont une en mode drive in des années 50 avec son plateau de burgers et ses enceintes.

Le peloton des populaires était composé de 4CV, de Dauphine et d’une belle Panhard Dyna Z1. Une Peugeot 504 semblait sortir, la semaine dernière, des chaines de Sochaux. La 403 bicolore devait être un ancien taxi. Une belle Renault 20 nous ramenait dans les années 80.

Le dimanche est le jour de l’exercice et bien entendu les sportives ont donc investi le parking. On notera un beau groupe d’Alpine, normale on est en Normandie. Plusieurs A310, une superbe A110 dans une livrée bleue très sexy. Mais c’est une rare A110 GT4, on retrouve l’article de Benjamin ici, qui a fait tourner bien des têtes. Les inévitables Peugeot 205 GTI, ont été rapidement rejointe par les youngtimers du losange soit, une R21 2L Turbo et une Clio V6, même si cette dernière n’a que 20 ans, elle est déjà collector. Bref un joli plateau gavé de vitamine et de testostérones !

Au rasso mensuel de Breuilpont les avant-guerres sont à la fête !

C’était le point d’orgue de ce dimanche matin ! Il est vrai que les avant-guerres se font de plus en plus rares dans les rassemblements. Mais chez Volants et Vallée, on s’est régalé. Déjà une Amilcar, c’est rare, mais deux au même endroit, ça l’est encore plus. La n°7, que j’ai identifié comme une CGS du milieu des années vingt, mais sous réserve bien sûr. L’acronyme signifiant châssis grand sport. La seconde, en bleue claire, me parait être une CGSs datant de 1929, mais encore sous toute réserve. En tout cas deux sublimes petites sportives des années folles !

Aucun être humain, dument constitué s’entend, ne peut rester de marbre quand gronde une Bugatti ! Cette fois c’est le 4 cylindres d’une Type 37 datant de 1926, on y consacre un article par ici. L’auto gronde et éructe, comme un mélange de Mozart et de Metallica, bref c’est que du bonheur. Mon ami Vincent, un maitre de chez LVA, me glisse qu’elle possède des roues de Type 35, détail bon à prendre. L’auto est parfaite, elle possède tous ses compteurs, j’adore celui qui prévient, je cite, de laisser chauffer 10 min l’huile avant de marcher à plein régime ! Nous voilà donc prévenus. En plus c’est celui de l’horloge. C’est bien entendu mon coup de cœur de ce rasso mensuel de Breuilpont, après le D4, la Studebaker etc, etc.

Il n’y avait pas que des sportives sur cette séance dominicale. Une caisse carrée de chez Citroën est venue prendre le café, en l’occurrence une C4 de toute beauté dans sa toilette bleue et noire, juste parfaite pour ce matin-là. En seconde partie de matinée une magnifique Delage est arrivée pour nous éblouir !

Volants et Vallée, un rasso ravissant !

On le sait, et c’est l’ami Forest Gump qui le dit, un rasso c’est comme une boite de chocolat, on ne sait jamais ce qu’il y a dedans. Pour ce rasso mensuel de Breuilpont, il n’y a que du bon. Avec plus de 210 véhicules au compteur de ce dimanche, difficile de parler de tout, ainsi j’aurais pu citer l’incroyable Triumph Mayflower de 51. J’aurais pu également évoquer les Porsche, BMW et autres Alfa sans parler des MG, bref un rasso ultra complet comme on aime.

Une organisation sans faille qui vous accueil dans un cadre superbe, alors si le 23 aout vous n’avez pas quoi faire, c’est direction l’Eure et Breuilpont, pour une chouette réunion, avec plein d’autos anciennes !