[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s’est adapté à la pandémie

[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s'est adapté à la pandémie
[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s'est adapté à la pandémie
Thibaut Perezhttps://retroencheres.fr/
Thibaut est un des fondateurs de Rétroenchères et contribue à News d'Anciennes depuis l'automne 2020. Acteur du monde de la vente d'anciennes, il nous propose de nous intéresser au marché du véhicule de collection dans notre rubrique Acheter une Ancienne.

À la une sur News d'Anciennes

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...

Histoire de Carrossiers, ép. 19 : Vignale, vingt petites années et des beautés

Les carrossiers français ont majoritairement travaillé avant-guerre. Rares sont ceux qui se soient lancé après la seconde guerre mondiale. Du côté des italiens, il...

Nos Anciennes Abandonnées : les invisibles

Antoine est un chasseur de trésors. Pas de pièces d'or ou d’œuvres d'art... quoi que. Il sillonne les routes d'occitanie à la recherche d'anciennes......
[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s'est adapté à la pandémie

La crise du coronavirus a concentré l’attention de la plupart d’entre nous en 2020. Dans un contexte sanitaire et économique bouleversé, on pouvait redouter un désintérêt pour les voitures anciennes. Et un retournement du marché, après plusieurs années de hausse. Pourtant, à ce jour, celui-ci demeure solide. Certes, le nombre de transactions semble avoir baissé, mais les prix restent stables dans leur ensemble. Le marché des voitures anciennes a su s’adapter au contexte particulier du coronavirus, mettant en évidence une résilience étonnante.

Un ajustement limité des prix

Il est complexe d’évaluer l’évolution des prix des voitures anciennes tant les indices de prix sont rares et souvent imprécis. Contrairement aux voitures neuves, les voitures anciennes ont des prix particulièrement variables selon les régions, l’état des voitures et les conditions des ventes. Les cotes elles-mêmes ne sont pas toujours mises à jour et reposent sur des méthodologies incertaines.

Dans ce contexte, il est utile de se référer aux indicateurs internationaux. Ainsi, l’indice Hagerty mesure l’évolution de la cote des voitures anciennes aux Etats Unis et propose différentes variantes mensuelles qui donnent une idée assez juste des tendances à l’oeuvre. On observe qu’après un ajustement durant leur premier confinement, et une chute de l’indice Hagerty de près de 6% entre février et septembre 2020, celui-ci a repris une part importante du terrain perdu. Sa progression est de plus de 3% depuis septembre.

[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s'est adapté à la pandémie

En Allemagne, la tendance est similaire, avec une stabilité du marché des anciennes sur 2020. Comme le souligne l’association de l’industrie automobile allemande, ni baisse de prix drastiques ni ventes panique n’y sont observées. La valeur de l’indice DOX, qui mesure le prix moyen des oldtimers, ne sera cependant connu pour 2020 que mi-2021. Il convient donc de rester prudent sur les évolutions du marché des anciennes en cours outre-Rhin.

Youngtimers et les voitures à moins de 25 000 dollars ne connaissent pas la crise

Comme le souligne Hargerty dans ses analyses, le rebond est différencié selon les types de véhicules anciens. Il est moins fort pour les voitures haut de gamme (indice “Blue chip”) et pour les “muscle cars”. A contrario, les véhicules à moins de 25.000 dollars voient leur prix continuer de s’apprécier. De même, les youngtimers sont de plus en plus en recherchés. C’est le cas en particulier des youngtimers germaniques, BMW Séries 3 (E30, 1982-94), Mercedes, et autres Audi RS.

Le marché s’adapte au virus

L’un des principaux défis posés par la pandémie résulte des restrictions de mobilité imposées aux collectionneurs de voitures anciennes. Confinés, nous, amateurs de belles anciennes, sommes dans l’impossibilité de retrouver nos clubs, nos amis ou d’aller aux rendez-vous qu’on ne rate jamais.

De même nous ne pouvons aller voir une voiture qui nous intéresse. Cette situation a contraint les acteurs du marché à s’adapter. Grace aux moyens numériques actuels, il est ainsi possible de présenter une voiture à la vente dans ses moindres détails par internet. Et de faciliter l’achat des voitures en sécurisant l’acquisition à distance et en mettant en place les moyens nécessaires à leur transport.

Les principales maisons d’enchères ont ainsi profité du contexte sanitaire pour accélérer leur basculement vers le numérique. Ainsi en France certaines ventes, en particulier celles de province, ont été majoritairement suivies en ligne. Par contre pour ce qui est des prix élevés, l’enchère “à l’aveugle” a limité le volume de vente.

On vous invite d’ailleurs à consulter notre bilan annuel des enchères, par ici.

Les plateformes de type maketplace ont aussi accéléré leur développement, offrant à chacun la possibilité de vendre son ancienne sans se déplacer.

Quelle tendance pour 2021 ?

2021 réservera son lot de surprises aux passionnés de voitures anciennes. On espère forcément que la page du coronavirus sera tournée et que les routes se libèreront pour nos bolides. C’est une condition pour maintenir la vitalité du marché.

Il est possible cependant que la pandémie continue d’affecter les échanges, fut ce par vagues. La numérisation du marché devrait donc s’accélérer en 2021, peut-être avec de nouveaux acteurs et des services améliorés.

Citons par exemple le cas du Salon de Brême en février prochain, qui pour la première fois sera entièrement en ligne, une prouesse technologique à suivre de près.

Thibaut Perez est un économiste amoureux des belles automobiles. Lui-même collectionneur il restaure ses autos et il est à l’origine, avec deux amis, de Rétroenchères, une marketplace européenne dédiée aux véhicules de collection.

Photos complémentaires :

[Acheter Une Voiture Ancienne] Rétrospective 2020 : comment le marché s'est adapté à la pandémie

Sur le même thème

1 COMMENTAIRE

  1. Ce n’est pas le covid qu’il faut craindre pour l’automobile passion, mais les fanatiques du climat et le mensonge du CO2 responsable du réchauffement climatique.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Nos derniers articles

Les Grandes Marques à Monaco, Bonhams sort l’artillerie lourde

Oui, le Grand Prix de Monaco Historique 2021 aura bien lieu (Cedric vous détaillait les plateaux par ici). Et les événements qui vont avec...

Renault F1, les années Turbo – Partie 2 (1978-1979)

Dans cette série d'articles, alors que Renault Sport a passé le flambeau à Alpine en Formule 1, nous continuons de retracer la saga de...

Alpine A310 V6 : au volant d’une dieppoise embourgeoisée

Chaque amateur d’automobile française se reconnaîtra dans mon introduction, mais qui n’a jamais voulu poser son séant dans une Alpine ? Pour moi, l’exemplaire que...

Où est passée l’Aston Martin DB5 DP/216/1 ?

On l'a évoqué brièvement en parlant de l'Aston Martin DB5. Une auto parmi les 1021 produite est particulièrement recherchée. Et cela fait maintenant 22...