Bilan des Enchères 2019, cette fois le vent a bien tourné

Dès l’an dernier on entendait “les enchères c’est fini, la bulle a éclaté”. Mais ce n’était pas vraiment le cas puisque l’auto la plus chère de tous les temps était vendue aux enchères et que globalement les autos à plus d’un million n’avaient jamais été si nombreuses. Mais cette année, au moment de tirer un bilan des enchères, ce n’est plus pareil.


Notre ressenti sur les grosses ventes 2019

Il n’y a pas vraiment eu de catastrophe industrielle. Mais les grandes ventes ont été rattrapées par ce qui se passait sur le reste du marché. Depuis l’an dernier on retrouvait en effet des taux de lots invendus en hausse. Cette année cela s’est confirmé, et s’est en plus doublé d’une tendance à vendre sous l’estimation basse.

Pour cela il y a un même un moment pivot : la Monterey Car Week. Avant cela les grandes réunions de Scottsdale, Paris et Amelia Island où on retrouve au moins trois grandes maisons internationales (RM Sotheby’s et Bonhams pour les trois, Gooding & Co à Scottsdale et Amelia Island et Artcurial à Paris) avaient montré un marché frileux mais encore capable de proposer et de vendre des autos à de gros prix… tant que ça ne dépassait pas le million de dollars. Les grosses estimations avaient en effet tendance à ne pas partir.

Mais la Monterey Car Week avait concentré bien des espoirs. Les catalogues étaient plus affûtes que jamais et les estimations totalement déraisonnables. Ce qui devait arriver arriva. Les gros lots ne partirent pas et un seul approcha les 20 millions, une McLaren vendue 19.805.000 $. C’est même une des deux seules autos à dépasser les 10 cette année. Les taux de vente étaient alors aux alentours des 60%… les grandes réunions avaient été rattrapées par le marché.

Après cela les enchères n’ont pas été meilleures et l’année s’est terminée dans la morosité, pour les gros prix et les anciennes du moins. Quelques maisons ont bien compris la chose et les estimations ont baissé au profit du taux de lots vendus.

On termine donc l’année avec 160 voitures vendues au dessus du million, elles étaient 188 en 2018. Deux dépassent les 10 millions, quand elles étaient 5 l’an dernier (et même 4 au dessus des 20 !).

Les dix anciennes les plus chères aux enchères en 2019

Cette année, 4 autos rentrent dans notre Top des voitures (anciennes) les plus chères vendues aux enchères.

1 : McLaren F1 “LM Specifications”

Vendue par RM Sotheby’s à Monterey : 19.805.000 $, c’est la 14e auto la plus chère de tous les temps.

2 : Alfa Romeo 8C 2900 Touring Berlinetta

Vendue par Artcurial à Rétromobile : 19.246.750 $ (16.475.000 €), c’est la 16e auto la plus chère de tous les temps et elle échoue à 600.000 € du record du modèle… Il aurait été battu si l’auto s’était plus rapprochée de l’estimation haute.

3 : Ferrari 250 GT LWB California Spider

Vendue par Gooding & Co à Pebble Beach : 9.905.000 $, c’est la 49e auto la plus chère de tous les temps. Par contre, elle était estimée entre 16 et 18 millions de dollars, sacré différence !

4 : Ferrari 250 GT SWB Berlinetta

Vendue par RM Sotheby’s à Monterey : 8.145.000 $, c’est la 73e auto la plus chère aux enchères… et elle n’est au final pas beaucoup moins chère que les autres modèles vendus les années précédentes.

5 : Ford GT40 Roadster

Vendue par RM Sotheby’s à Monterey : 7.650.000 $, et ce gros prix, avant même la sortie de Le Mans 66 !

6 : Ferrari 250 GT SWB Berlinetta

Vendue par Gooding & Co à Scottsdale : 7.595.000 $, l’année avait bien commencé pour Gooding & Co qui prenait la tête en Janvier.

7 : Ferrari 250 GT Series I Cabriolet

Vendue par Gooding & Co à Pebble Beach : 6.800.000 $, là aussi, légèrement sous l’estimation.

8 : Aston Martin DB5 “James Bond”

Vendue par RM Sotheby’s à Monterey : 6.385.000 $, très légérement au dessus de l’estimation.

9 : Ferrari 250 GT Berlinetta Tour de France

Vendue par Gooding & Co à Scottsdale : 5.890.000 $, au milieu de l’estimation.

10 : Ferrari F40 LM

Vendue par RM Sotheby’s à Paris : 5.568.875 $ (4.482.500 €). Deuxième meilleur prix de la session parisienne.

Les gros prix en bref :

Une nouvelle fois RM Sotheby’s est la maison qui a vendu le plus de très gros prix. Avec la moitié du Top 10 (dont 4 autos sur les trois sessions de Monterey) la maison américaine s’en est bien tiré… sans pour autant vendre ses stars. À Monterey une DB3S visait au dessus des 10 millions, la McLaren était estimée entre 20 et 23 millions, la Porsche Type 64 échoue à 17 millions avec un couac indescriptible, et une California Spyder estimée entre 10 et 13 millions ne part pas. Les 67 millionnaires finales sont un beau score, mais ça aurait pu être mieux.

Sur le podium on retrouve ensuite Gooding & Co, qui avait bien commencé l’année mais qui s’est fait piéger à Pebble Beach avec des estimations totalement déconnectées du marché. 32 millionnaires au total.
Enfin Bonhams arrive sur la troisième marche. La maison anglaise n’a pas présenté de très gros lots cette année même si ce sont quand même 30 millionnaires qui partent sous son marteau.

Concernant les prix plus “légers” : même tendance

Pour ce qui se passe en dessous du million de dollars, la tendance est la même que pour les très gros prix. Finies les autos partant à de très gros prix pour une raison inconnue. On retrouve quelques surprises mais globalement le marché est devenu plus raisonnable.

Un exemple avec un gros prix en dessous du million : la Ferrari 365 Daytona. Alors qu’elles s’étaient rapprochées de la barre du million il y a peu de temps, cette année les prix sont retombés entre 500 et 600.000 $ ! Les Porsche (ou les Jaguar Type E par exemple) n’ont pas forcément connu la même contraction de leurs prix… mais ils ont stagné.

Un regard sur le marché français

Artcurial a une nouvelle fois été la plus grosse maison française. C’est la seule à vendre des autos au dessus du million de dollars cette année, elles ont été 7. Elle signe également la deuxième vente de l’année avec sa fameuse Alfa.

Pour les autres maison, Aguttes et Osenat ont présenté de belles ventes avec des catalogues homogènes. Les taux de lots vendus ont d’ailleurs été meilleurs en fin d’année, quand les estimations ont commencé à s’infléchir. Par contre du côté des autres maisons, on a noté quelques déconvenues majeures… on attendra l’an prochain pour voir si elles sont simplement encore présentes.

Des prévisions pour 2020 ?

Très difficile de se projeter. Les catalogues de Scottsdale commencent à peine à se dévoiler et on ne connaît pas les estimations. Nul doute cependant qu’on visera moins haut que l’année dernière au niveau des estimations… mais encore faut-il que les prix de réserve, et donc les vendeurs, suivent la tendance. Sinon les taux d’invendus vont exploser.

En tout cas on aura une vision claire des enchères 2020 autour du 15 Février, une fois Scottsdale et Paris passés.


Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

2 commentaires sur “Bilan des Enchères 2019, cette fois le vent a bien tourné”

    1. C’est une réaction en chaîne en fait. Quand les très chers augmentent, ceux qui ne peuvent plus se les payer se rabattent sur le modèle d’en dessous… qui augmente et ainsi de suite, jusqu’à nos pop’

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.