Les Résultats de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019

C’était l’une des attractions du salon. La vente Artcurial de Rétromobile 2019 était ambitieuse avec de nombreux lots aux grosses estimations. Voici les résultats.

La Vente Artcurial de Rétromobile 2019

Une exposition magnifique, quoiqu’un peu serrée. Mais on commence à en avoir l’habitude.
La vente Artcurial de Rétromobile 2019 allait être scrutée de tous, surtout que les ventes de RM Sotheby’s et Bonhams n’avaient pas forcément été les succès escomptés.

Au final avec 42 millions d’euros, en comptant les ventes des MV Agusta et la vente de dimanche, c’est la plus grosse vente de la semaine. 79% des lots sont vendus cela semble énorme, mais comme souvent dernièrement, les gros prix ont eu plus de mal à partir que les autres.

Les stars de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019

THE BIG STAR

Impossible de passer à côté. L’Alfa Romeo 8C 2900 Touring Berlinetta était bien la star de la vente Artcurial de Rétromobile 2019. Estimée entre 16 et 22 millions et vendue 16.745.600 €, elle se place dans la fourchette basse de l’estimation une fois les frais ajoutés. Un montant énorme, mais qui aurait l’être encore plus il y a quelques années.

Les autres stars

Artcurial nous avait proposé de découvrir plusieurs des lots qui allaient passer aux enchères dès le mois de décembre (à voir ici).
Mais ces lots n’ont pas forcément connu un grand succès.

La grey collection comptait quatre autos. L’Aston martin DB4 Serie V (est. 750 – 900.000 €), et la Ferrari 275 GTC (est. 2.3 – 2.6 m€) ne partent pas. Par contre la Ferrari Testarossa (est. 120 – 150.000 €), la Ferrari 250 Lusso (est. 900.000 – 1.3 m€) se vendent respectivement 125.160 et 977.400 €.

Plusieurs françaises d’avant-guerre ensuite. Là encore, la Bugatti Type 57 Cabriolet Gangloff (est. 800.000 – 1.2 m€), Bugatti Type 51 Grand Prix (est. 4 – 4.5 m€), et Hispano Suiza H6 par Million-Guiet (est. 360 – 550.000 €) ne partent pas…

La Maserati A6GCS carrossée par Fiandri, estimée entre 3.75 et 4.5 million d’euros ne se vend pas non plus.

Du côté des Serenissima, le Spyder ex-24h du Mans (estimée entre 1.3 et 1.8 million d’euros) est une belle surprise en partant pour 4.218.800 € deuxième plus gros prix de la vente. Enfin l’Agena (la blanche) et la Ghia GT (la orange) (est. 400 – 600.000 € toutes les deux) partent respectivement pour 441.040 et 452.960 €.

Les autres avant-guerre

Il y avait au final pas mal de belles avant-guerre proposées lors de la vente Artcurial de Rétromobile 2019. Mais ces lots sont de plus en difficiles à vendre…

La Collection Thomassen

La maison parisienne avait buzzé avec les autos sorties de la grange d’Auguste Thomassen, sculpteur reconnu et passionné de belles autos.

La Bugatti Type 40 de 1929, un projet de restauration à terminer, estimée entre 100 et 130.000 € est adjugée pour 190.720 € !
La Bugatti Type 57 Cabriolet de 1937 carrossée en Suisse par Graber était estimée entre 400 et 600.000 € et part pour 500.640 €.
La Type 49. Celle là est strictement originale, jamais restaurée était, elle, entre 150 et 200.000 € atteint presque l’estimation maximale à 196.680 €.

Autre auto de la collecion, la Citroën 5HP estimée entre 10 et 15.000 € dépasse elle aussi l’estimation en se vendant 21.456 €.

Les Bugatti marchent plutôt bien

Il y avait d’autres Bugatti présentées lors de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019.

La Type 23 Cabriolet carrossée par Michel Bugatti. Une carrosserie unique pour une auto estimée entre 280 et 450.000 € est vendue à 301.576 €.
Ensuite une Bugatti Type 44 carrossée par Frugier, un artisan limougeaud. Elle était estimée entre 320 et 420.000 € et part à 333.760 €

Ensuite la belle réplique de 57 Atlantic réalisée sur la base d’une vraie 57 S par Koux. Estimée entre 800.000 et 1.2 million d’euros elle est finalement adjugée 852.900 €.

Enfin la Bugatti Type 49 Cabriolet, estimée entre 400 et 600.000 € fait, elle, partie des invendus.

Autres avant-guerre notables

Il y avait d’autres avant-guerre à suivre lors de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019.

L’Alvis 12/70 Special Open Tourer de 1933 ex-Jacques Potherat était estimée entre 60 et 80.000 € et atteint 65.560 € sous le marteau.
La Mercedes 500 K Cabriolet B au moteur de 540 K était estimée entre 600 et 800.000 € ne se vend pas.
L’étrange Bentley Royale qui embarque un 16 cylindres constitué de deux 8 cylindres disposé en H était, elle, estimée entre 300 et 500.000 € mais ne part pas non plus

On retrouvait aussi une Citroën Traction 7C Cabriolet de 1934, parfaitement restaurée et estimée entre 120 et 150.000 €, part pour 125.560 €, et une Peugeot 402 DS Darl’Mat, estimée entre 300 et 400.000 € vendue 321.840 €.

Enfin une Talbot Lago T120 Cabriolet Graber. Une superbe auto, dont la carrosserie équipait jusqu’au début des années 2010 le châssis de la “Goutte d’Eau”. Une fois cette dernière restaurée, la carrosserie n’a pu être remise sur une T150 et s’est donc retrouvé sur cette belle T120. Estimée entre 190 et 270.000 € elle se vend 216.030 €.

De belles sportives

Evidemment les sportives seront bien représentées dans le catalogue de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019.

On avait été étonné de ne pas retrouver parmi les autos présentes à Orly la Porsche 550 Spyder A de 1957. Estimée entre 3.8 et 4.8 million d’euros elle ne se vend pas.
Autre Porsche, la 916 Brutus, une auto unique avec une robe de 914 et un moteur 2.9L de 911 RSR. Estimée entre 800.000 et 1.2 million, elle part pour 953.600 €.

On retrouvait ensuite une Jaguar MkII avec laquelle Consten et Renel remportèrent le Tour de France 1963. Magnifiquement préservée, estimée entre 270 et 350.000 €, elle part dans la fourchette basse contre 298.000 €.

Côté italienne, on était gâté. On retrouvait avec deux Alfa Romeo GTA Junior. La rouge de 1968 est parfaitement préservée et estimée entre 160 et 200.000 €. La blanche a été restaurée et est estimée entre 170 et 210.000 €. Aussi belles qu’elles soient, aucune ne se vend.

La Vente Artcurial de Rétromobile 2019, proposait aussi deux ASA 1000 GT, la Baby Ferrari. Comme la grise, elles sont 5 à avoir reçu le 1100. Estimée entre 90 et 120.000 €, il part pour 119.200 €.
Le cabriolet est rare, il n’y en a eu que 23 ! Estimée entre 140 et 180.000 € il ne trouve pas preneur.

Presque plus classique on retrouvait une Ferrari 330 GTC. Estimée entre 480 et 560.000 € elle part pour 536.400 €.

On avait aussi noté deux françaises. La première, une Talbot T14 Spider America, fabriquée à partir d’un stock de pièces et montée avec le V8 BMW de l’époque. Estimée entre 140 et 180.000 € elle ne se vend pas.

La seconde était une A110 1800 Groupe 4 d’usine, l’une des autos de la première campagne du championnat du monde 1973 et qui gagna avec Thérier ! Estimé entre 300 et 500.000 € elle atteint 369.520 € sous le marteau.

Les autos de la collection Alain Miklitarian

Une petite collection mais avec des voitures de caractère. La Panhard Junior Cabriolet, estimée entre 15 et 20.000 €, et monte à 23.840 €, la Dyna Cabriolet Z15, une rareté estimée entre 40 et 60.000 € s’arrête quand à elle à 41.760 €. La belle X86 Dolomites à carrosserie Pichon Parat qui a couru le Tour de France 1954 était estimée entre 100 et 130.000 € et se vend en dessous de l’estimation pour 95.360 €.

La Renault Frégate cabriolet, carrossée ainsi par Ghia, possiblement ex-Edith Piaf était estimée entre 80 et 100.000 € mais a été retirée, faute d’enchères.

Enfin la Chevrolet Corvette C1 de 1957 estimée entre 50 et 70.000 € atteint 77.480 €.

La Citroën Sport Collection

La vente Artcurial de Rétromobile 2019 comprenait une étonnante collection de Citroën Sportives qui comprenait trois autos.

La plus ancienne, la Visa 1000 Pistes de 1984, était estimée entre 20 et 30.000 € et se vend à un beau 29.800 €.
L’AX Sport de 1989, estimée entre 15 et 25.000 € ne se vend pas.
Enfin, la Citroën BX 4 TC, entièrement restaurée et extrêmement rare, estimée entre 60 et 80.000 € est vendue 58.408 € et confirme que c’est la Groupe B la plus accessible.

A suivre

On avait également également noté ces quelques autos à suivre lors de la Vente Artcurial de Rétromobile 2019.

Deux cabriolet Citroën pour commencer. L’ID 19 Cabriolet Palm Beach de 1963 était l’ancienne auto personnelle d’Henri Chapron et l’auto du salon de Genève 1963. Estimée entre 230 et 330.000 € elle atteint 226.480 €.
La seconde, une DS 21 de 1967, estimée entre 160 et 180.000 € s’envole pour atteindre 244.360 €.

Enfin les Mercedes 300. Deux 300 SL tout d’abord, la noire est un roadster de 1958, estimé entre 1 et 1.2 million d’euros. La seconde, un roadster ayant couru rallyes et course de cote était estimée entre 1.1 et 1.3 million d’euros. Aucune ne se vend.
Enfin la 300S de 1954, estimée entre 380 et 430.000 € se vend 476.800 €, une des rares bonnes surprises de la vente.

Les résultats complets sont ici.

Photos de l’expo : News d’Anciennes.
Photos de la vente : Kevin Van Campenhout pour Artcurial

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !
bertrand
photographe/reporter à News d'Anciennes
rédacteur et photographe à news d'anciennes.
Passionné d'histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d'anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.