107 millions mais des couacs remarquables pour la vente RM Sotheby’s à Monterey 2019

Ce n’était pas la vente avec le plus de lots, mais la venue de RM Sotheby’s à Monterey 2019 était scrutée. Trois ventes avaient en fait été programmées la semaine dernière, avec un catalogue de folie. Pourtant… tout n’est pas parfait et pour certains lots, c’est même plus près de la catastrophe !

La vente RM Sotheby’s à Monterey 2019

Il y avait donc trois ventes différentes :

  • Jeudi 15 Août, vente spéciale Aston Martin en collaboration avec le constructeur (36 lots)
  • Vendredi 16 Août, premier volet de la vente (76 lots)
  • Samedi 17 Août,dernier volet (75 lots)

On ne va pas se mentir : les résultats sont énormes. 107 millions de dollars et 74% des lots vendus.

Et pourtant, on pouvait attendre bien bien mieux de ces trois ventes, notamment dans les très hauts prix. Et puis 74%, pour la Monterey Car Week, et encore plus pour RM Sotheby’s, c’est faiblard. Surtout que les invendus sont majoritairement des hauts, voire très haut prix. Et pour les autres, les estimations n’ont pas toujours été atteintes. Heureusement que le catalogue était bien fourni.

La vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 du 15 Août : derrière James…

Cette vente était donc organisée en partenariat avec Aston Martin. Problème, presque un tiers des autos, 11 sur 34, ne se vend pas… Et parmi ces autos, on avait de gros prix !

Les stars de la vente :

Deux autos se dégageaient. La première, la DB3S d’usine, ayant couru les plus belles épreuves du monde estimée haut, entre 8.75 et 10.5 millions de dollars. Résultat : “still for sale” comme on dit maintenant.

Ensuite la DB5 de James Bond, une vraie, vue dans Thunderball et l’une des 4 équipées des gadgets qui l’ont rendue célèbre dans Goldeneye. Restaurée avec gadgets fonctionnels elle était estimée entre 4 et 6 millions de dollars et dépasse ce prix à 6.385.000 $ !

Les autres millionnaires

6 Autres Aston visaient le million ! Beau score… difficile à atteindre apparemment.

La DB5 Cabriolet de 1963, probablement la voiture montrée au salon de Earl’s Court, estimée entre 1.35 et 1.5 million de dollars part pour l’estimation basse.
Par contre, la DB4 GT, restaurée par l’usine et estimée entre 3 et 3.4 millions de dollars ne se vend pas et la, série IV équipée d’un moteur SS d’origine, estimée entre 780.000 et 1 million de dollars non plus.

Ensuite, on retrouvait une des 12 Aston Martin DB5 transformée en break de chasse par Radford. Estimée entre 1 et 1.4 million de dollars, elle dépasse ce montant à 1.765.000 $.

Mais la DB6 Cabriolet, estimée entre 1.4 et 1.8 million de dollars et la DB4 Serie IV équipée un moteur GT estimée entre 1.4 et 1.8 million de dollars ne se vendent pas.

Et à part ça ?

À part les autos millionnaires potentielles, le catalogue était et varié. On avait noté une Lagonda Break partie pour un petit 98.000 $ (est. 150-200.000 $), une récente Vanquish Zagato Villa d’Este, non vendue (est. 600-800.000 €) ou une plus abordable DB7 Volante vendue 50.4000 $ (40-60.000 $).

La vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 du 16 Août : une star mais de mauvaises surprises

Dans la deuxième vente, on présentait 23 Autos qui visaient le million. Et certaines visaient bien plus ! Mais tout ne s’est pas passé comme prévu.

La star de la vente

Très grosse star de la vente avec un prix énorme. Une McLaren F1 aux spécifications LM. En configuration LM, et routière, elles ne sont que deux ! Estimée entre 20 et 23 millions de dollars elle part finalement à 19.805.000 $, ce qui en fait le plus gros prix des trois ventes.

Au dessus des 5 millions

La vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 du vendredi proposait de nombreuses autos qui visaient plus de 5 millions de dollars sous le marteau.

La GT40 était le seul roadster qui n’ait jamais été recarrossé en coupé ! Utilisée comme auto de développement par Shelby, en bel état, primée en 2003 à Pebble Beach elle était estimée entre 7 et 9 millions de dollars et termine à 7.650.000 $.

Moins de succès pour les trois Ferrari. La 196 SP, estimée entre 8 et 10 millions de dollars, la 375 MM carrossée par Ghia, estimée entre 5 et 7 millions de dollars et la Ferrari 225 Sport carrossée par Vignale estimée entre 4 et 5 millions de dollars ne se vendent pas !

Au dessus du million

La liste était longue pour les autos prétendant à se vendre au dessus du million de dollars ! Mais là aussi on eu de bien mauvaises surprises chez RM. On retrouvait :

  • La 365 GTS du Salon de Bruxelles 1969, estimée entre 2.25 et 2.75 millions de dollars part juste en dessous à 2.205.000 $.
  • Une 275 GTB Long Nose de 1966 estimée entre 2.2 et 2.4 millions termine également en dessous de l’estimation à 1.985.000 $.
  • Une Ferrari 400 Superamerica Aerodinamico, estimée entre 2.9 et 3.5 millions, qui ne se vend pas.
    Une Ferrari 288 GTO avec 13.500 km au compteur, estimée entre 2.55 et 2.8 millions, pas vendue non plus.
  • La Lancia D24 Amercia Spider estimée entre 1.25 et 1.5 million de dollars ne part pas non plus.
  • Dernière italienne, la 25e Maserati A6GCS, carrossée par Fiandri & Malagoli, estimée entre 3.25 et 3.75 millions de dollars ne se vend pas non plus.

Décidément les italiennes ne sont pas à la fête. Le catalogue du lendemain leur aurait peut-être été plus profitable.

On continue avec quelques allemandes… et c’est le drame. Les Mercedes 300 étaient venues en force mais ni la 300 Sc Cabriolet, ni la 300 Sc Roadster, ni la 300 SL (estimée très haut) ne se vendent !

Côté Porsche, on retrouvait une des 993 GT2 de route, une des 194, estimée entre 1.25 et 1.4 million de dollars, mais non vendue. Enfin la BMW 3.5 CSL IMSA de 1974, les rejoint au rayon, garni, des invendues.

Pour les dernières anciennes, la Bentley S1 Continental cabriolet de 1959 estimée entre 900.000 et 1.2 million se vend pour 1.226.000 $.

Par contre, la Packard Twelve Berline Cabriolet carrossée par Dietrich, la Duesenberg Model J Victoria Coupé carrossée par Judkin et la Cobra 427 de compétition avec une solide palmarès de SCCA ne se vendent pas !

On terminera trois supercars modernes. La Carrera GT avec 265 miles au compteur, était une affaire. Estimée entre 1.2 et 1.5 million elle part à 720.000 $, un prix plus logique que l’estimation.
La 94e (sur 100) Pagani Huayra Roadster estimée entre 2.75 et 3.25 millions de dollars ne se vend pas. Par contre la Veyron 16.4 avec peu de kilomètres et une estimation comprise entre 1.1 et 1.3 million atteint tout juste le million à 1.050.000 $.

Les autres immanquables

Lors de cette deuxième partie de la vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 il n’y aavait pas que les millionnaires à scruter.

On retrouvait ainsi “The BMW Motorsport Collection of Henry Schmitt”. En plus de la 3.5 CSL on retrouvait la 3.0 CSL de première série, la noire, estimée entre 175 et 225.000 dollars mais partie à un petit 131.600 $. La M3 modifiée comme une réplique des autos de DTM de 1989, estimée entre 140 et 180.000 $ déçoit (ou fait un heureux) à 78.400 $. Enfin l’authentique 320i Turbo qui a couru en IMSA, estimée entre 750 et 950.000 $ termine elle aussi sous l’estimation à 731.000 $.

On continue avec la Jaguar Pirana, un one-off dessiné par Gandini chez Bertone sur une base de Type E 2+2. Estimée entre 400 et 600.000 $, elle ne part qu’à un petit 324.000 $ !
La Maserati 5000 GT, qui plus est habillée par Michelotti pour être l’auto personnelle de Briggs Cunningham, estimée entre 700 et 850.000 $ ne se vend pas.
Autre italienne, la belle Lancia 037 Stradale, estimée entre 475 et 600.000 $ ne part pas non plus.
Ene française, la seule de cette vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 du Vendredi. La Facel Vega FV4 “Typhoon” estimée entre 250 et 300.000 € atteint 263.200 $.
Enfin, une Vector M12, la 5e des 14 supercars produites, estimée entre 250 et 300.000 $ ne se vend pas.

La vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 du Samedi 17 Août : un couac retentissant

Beaucoup de millionnaires restaient à vendre dont une très grosse estimation. Mais ça ne s’est pas passé comme prévu !

La grosse star se fait remarquer !

On vous avait parlé de la toute première Porsche, la Type 64, l’article est là. On la voyait dépasser les 20 millions… mais la vente a tourné à la catastrophe. Les enchères commencent à… 30 millions au lieu de 13 ! Les prix grimpent, car le commissaire priseur confond 40 et 14 (fourty et fourteen) et pire, ça monte à 70… au lieu de 17 ! On s’attend à vendre l’auto la plus chère de l’histoire quand on se rend compte de l’erreur. Le compteur repasse à 17… et le prix de réserve, fixé à 20 millions ne sera finalement pas atteint ! Voici la vidéo, pour les anglophones. Un couac inhabituel de la part d’une maison de vente, surtout de ce calibre !

Ensuite on retrouvait deux Ferrari. La 250 GT SWB, estimée entre 8 et 10 millions de dollars se place comme le deuxième plus haut prix de la vente avec 8.145.000 $.

L’avant dernière Ferrari 250 GT SWB California Spyder estimée entre 10.5 et 13 millions de dollars aurait pu faire mieux mais elle ne se vend pas.

Encore une flopée de millionnaires, mais seulement potentielles

Les millionnaires potentielles étaient encore nombreuses le samedi. La Porsche 718 RSK 60 d’usine qui a couru Le Mans, Sebring ou encore la Targa Florio, estimée entre 5.75 et 7.75 millions se vend à 5.1 millions, sous l’estimation mais tout de même le 5e prix des trois ventes.

Quelques Ferrari maintenant. La première est une 250 GT Cabriolet Serie II estimée entre 1.5 et 1.8 million de dollars qui part à 1.517.500. On enchaîne avec une F40 “US” estimée entre 1.5 et 1.8 million de dollars est adjugée 1.682.500 $ tandis que la F50 “US” estimée, elle, entre 3 et 3.5 millions de dollars se vend à 3 millions tout juste.
La 275 GTB “Alloy” de 1966 estimée entre 2.9 et 3.5 millions ne se vend pas.

On arrive maintenant aux américaines. La plus sportive du lot, la Cobra 427 de 1966 estimée entre 1.1 et 1.25 million ne se vend pas.
La plus ancienne, une Packar Twelve Convertible Victoria, carrossée par Rollston et estimée entre 900.000 et 1.2 million de dollars, ne part pas non plus.
Par contre la Lincoln Indianapolis Exclusive, une auto réalisée par Boano, exposée au salon de Turin 1955. Une pièce unique estimée entre 800.000 et 1 million de dollars atteint 1.105.000 $.

On ajoute à cela trois anglaises. La Lagonda V12 Rapide de 1938, une des 17 du genre, estimée entre 1.2 et 1.5 million mais non vendue. La seconde est une Bentley 6½-Litre ‘Speed Six’, ancienne auto du Maharadja de Jaipur, estimée entre 2.6 et 3.2 millions de dollars mais pas vendue non plus.
La dernière est une Bentley 6½-Litre Le Mans Sports carrossée dans le style Van den Plas, estimée entre 900.000 et 1.2 million de dollars elle relève un peu le niveau en partant pour 1.16 million.

On retrouvait également quelques supercars modernes, prêtes à emmener les acheteurs au Concours de Pebble Beach le lendemain.

  • une Ford GT de 2017 estimée entre 1.2 et 1.5 million de dollars atteint 1.242.500 $.
  • une Ferrari FXX de la Ming Collection, estimée entre 2.85 et 3.25 millions dépasse l’estimation à 3.520.000 $
  • la McLaren Senna estimée entre 1.35 et 1.65 million ne se vend pas
  • la LaFerrari avec 450 miles au compteur, estimée entre 2.9 et 3.4 millions de dollars atteint 2.947.500 $
  • enfin la Pagani Huayra Tempeto “Scozia” estimée entre 2 et 2.4 millions se vend pour 2.040.000 $

Les derniers immanquables

On terminait avec quelques joyaux de la vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 estimées sous le million.

Après la F40, la F50 et la FXX, la collection Ming se complétait avec :

  • une 458 Spider vendue 357.000 $ (est. 225-275.000 $)
  • une 512 BBi avec 2501 miles au compteur partie à 423.000 $ (est. 350-425.000 $)
  • une 430 Spider qui atteint 201.600 $ (est. 200-250.000 $)
  • une 355 Spider avec 704 miles au compteur vendue 196.000 $.(est. 125-150.000 $)
  • une 380 GTS QV partie à 140.000 $ (est. 100-150.000 $)

Au final cette collection vendue à 100% et parfois en dépassant les estimations est une des bonnes nouvelles de la vente pour RM.

On retrouvait aussi une autre Maserati 5000 GT, carrossée par Ghia cette fois, exposée au salon de Turin 61, sortie de grange avec une estimation comprise entre 500 et 700.000 $ et vendue 533.000 $.
Une anglaise de 1989 suivait, une Lister Knobbly, l’une des 4 produites cette année là pour le centenaire de la marque, estimée entre 350 et 450.000 $ elle ne se vend pas.

Enfin deux cabriolets français. La première est une Delahaye 135 M de 1947 carrossée par Chapron estimée entre 350 et 400.000 $ et vendue 434.000 $. La seconde est également signée Chapron, une DS19 estimée entre 200 et 250.000 $ mais non vendue.

Conclusion :

Les chiffres du catalogue faisaient tourner la tête. Mais la vente RM Sotheby’s à Monterey 2019 a clairement été en demi-teinte. Beaucoup de lots très chers non vendus, des stars qui se loupent ou qui sont sabordées par la maison de vente…

Les ventes américaines regroupant les 3 grands (avec Gooding et Bonhams) échappaient jusque maintenant au ralentissement du marché. La vente RM est un parfait indicateur que désormais personne n’est à l’abri.

Tous les résultats sont à retrouver ici.

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.