Spa Six Hours 2019, le Mans 1969 à l’honneur !

Quatre mois seulement après Spa Classic, le grand cirque des voitures anciennes était de retour sur le toboggan des Ardennes pour les Spa Six Hours 2019. Un weekend humide et moins festif qu’à l’accoutumée, malgré la présence de Jacky Ickx, venu fêter les 50 ans de sa première victoire au Mans.

Comme dans la majorité des gros événements automobiles, on remerciera jamais assez les anglais pour leur omniprésence. Ce weekend à Spa, c’était encore le cas que ce soit en piste, ou dans les parking visiteurs. La météo So British les a pas effrayé, loin de là, puisqu’on pouvait les voir arriver dès les premières heures, décapotés, avec casque intégral en guise de protection contre la pluie ! Une mentalité à part, qui mérite d’être saluée.

Direction la piste des Spa Six Hours 2019

En piste, même constat. Malgré un bitume détrempé, ça roulait fort, même très fort ! Les F1 équipées d’énormes pneus pluie s’en sont donné à cœur joie, sous le regard ébahi du public. Il faut avouer que la quantité d’eau évacuée par leurs immenses pneumatiques est impressionnante. Quant au son de leur V8 Cosworth, il n’a rien à envier aux V6 hybrides actuellement en place en F1.

Dans les autres catégories, c’est la même chose. Que ce soit Nicky Pastorelli, au volant de sa MC12, ou Steve Hart dans sa 250F ou sa 300S, une fois la visière baissée, l’appréhension laisse place à la magie ! Et c’est finalement ce qui fait la beauté de la course automobile.

La grande particularité de ces événements historiques, et c’est ce qui fait leur charme, c’est l’accès au stand. A une époque où les enjeux de la course automobile, en font un véritable business, les spectateurs sont de plus en plus tenus à l’écart des voitures. Une véritable barrière s’est créée entres le spectateurs “lambda” et les teams, organiseurs et autres VIP. En historique, on retrouve l’ambiance des courses d’antan, le tout dans une atmosphère bon enfant. Il faut croiser les doigts pour que ça dure, puisque c’est l’essence même de ces manifestations.

Les 6 heures : La course phare du weekend !

Comme les années précédentes, la course la plus attendue du weekend s’est déroulée le samedi entre 15h55 et 21h55. Si on peut regretter un manque cruel d’animation autour de la course, exit les grid girls, la grille de départ noir de monde, et le coté festif d’avant course (peut-être dû aux conditions météo ?), force est de constater que ça reste une épreuve unique. En piste, on s’ennuie pas un instant, et les conditions changeantes rendent l’épreuve pleine de surprises, même si j’ai trouvé cette édition beaucoup moins spectaculaire que les précédentes. Généralement dans les stands, on voit tous types d’interventions, cette année il semblerait que la fiabilité ait été au rendez vous. Tant mieux pour les voitures et leurs pilotes !

Après les essais libres, les qualifications étaient passionnantes à suivre dès le vendredi et les Belges auront fait forts au niveau avec la pole de la GT40 d’Eric van de Poele devant celle de Nico Verdonck. En course, cela aura été un peu plus compliqué pour eux malheureusement mais ce n’en est pas moins une Ford similaire qui s’imposait. Sur 27 éditions, la GT40 signait une 14ème victoire. Cette fois aux mains de Walker/Griffits/Shedden devant la superbe Aston Martin DB4 GT DB214 de Friedrichs/Hadfield/Mallock. A noter également la jolie 11ème place (sur 98 classés !) du duo féminin Kyvalova / Chadwick dont la jeune seconde n’est autre que la première championne de la W Series. On notera l’abandon de la GT40 de Martin Stretton et Tony Wood sur casse mécanique alors qu’ils occupaient la première place de la course.

Les 50 ans d’une victoire d’anthologie !

Il y a 50 ans, Jacky Ickx participe à ses premières 24h du Mans. Alors que les concurrents partent en courant jusqu’à leurs voitures placées en épis de l’autre coté de la piste, lui décide d’y aller en marchant. Une fois installé dans son auto, il prend le temps de boucler sa ceinture de sécurité, et se retrouve bon dernier. Une manière de protester contre ce type de départ qu’il juge dangereux. Malgré tout, 24h plus tard, il remportera ses premières 24h du Mans avec 120m d’avance seulement sur Hans Herrmann et sa Porsche 908. Le tout après un final d’anthologie.

Ce weekend, l’hommage réservé à cette victoire aux 24h du Mans 1969, fut un très grand moment. Au drapeau pour le départ et l’arrivée, on retrouvait Jacky Ickx en personne dont la popularité est toujours aussi grande. Et dans le rôle de son papa, c’est Vanina qui marchait jusqu’à la fameuse Ford numéro 6 aux couleurs Gulf. 50 ans plus tard, elle remontait un impressionnant peloton, de 80 GT40 et GT de diverses générations, pour passer le damier en tête. Au volant des Ford, des Belges bien sûr mais aussi un Finlandais, un Canadien ou encore de nombreux Anglais… dont un qui aura fait amener sa voiture à Spa avant de rejoindre le circuit en train spécialement pour l’occasion. Magique !

Pour conclure, vous trouverez juste en dessous tous les résultats du week end. Comme vous l’aurez compris, les Spa Six Hours 2019 étaient un peu moins excitantes que les années passées, mais grâce à la présence de Jacky Ickx et d’un nombre incalculable de Ford GT/GT40 resteront à n’en pas douter dans les mémoires. Espérons que l’édition 2020 soit plus ensoleillée, car ça reste à n’en pas douter, un facteur primordiale de réussite.

Résultats des Spa Six Hours 2019

Spa Six Hours :

  1. Walker/Griffits/Shedden (Ford GT40-1er GTP+) en 107 tours
  2. Friedrichs/Hadfield/Mallock (Aston Martin DB4-1er GTS12) + 3 tours
  3. Ditting/Hancock (Ford GT40-GTP+) + 3 tours
  4. Hancock/Hancock/Twyman (Lotus Elan 26R-1er GTS10) + 4 tours
  5. Meins/Lillingston Price/Bentley (Ford GT40-GTP+) + 5 tours
  6. De Latre du Bosqueau/Van Riet (Shelby Cobra-GTS12) + 5 tours
  7. Gomes/Claridge (Lotus Elan-GTS10) +5 tours
  8. Count Oeynhausen/Verdonck (Ford GT40-GTP+) + 5 tours
  9. Hunt/Blakeney-Edwards/Wakeman/Grant-Peterkin (Jaguar E Type-GTS12) + 5 tours
  10. Fenn/Barclay/Stirling (Lotus Elan 26R-GTS10) +5 tours

FIA Masters Historic Formula One Championship
            Course 1 :

  1. St. Hartley (GB-McLaren MP4/1) en 8 tours
  2. M. Cantillon (IE-Williams FW07C) +3”829
  3. K. Tilley (US-Ensign MN177) +4”236

            Course 2 :

  1. K. Tilley
  2. J. Wright (Shadow DN8)
  3. J. Folch-Rusinol (Brabham BT49C)

FIA Masters Historic Sports Car Championship

  1. O. Bryant (Lola T70 MK3B) en 20 tours
  2. J. Wright/A. Wolfe (Lola T70 MK3B) +1’00”544
  3. A. et M. M Banks (McLaren M6B) +1’10”726

Gentlemen Drivers Pre-66 GT Cars

  1. J. Thomas/C. Lockie (Shelby Daytona Cobra) en 25 tours
  2. A. Wolfe/J. Hanson (AC Cobra) +12”668
  3. J. et G. Pearson (Jaguar E-Type) +1’00”206

Masters Pre-66 Touring Cars

  1. C. Davies (Ford Mustang) en 20 tours
  2. J. Thomas/C. Lockie (Ford Falcon) +8”197
  3. O. Hart (Alfa Romeo Giulia Sprint GTA) +11”791

Aston Martin Masters Endurance Legends
            Course 1 :

  1. S. Tandy (Lola B12/60) en 16 tours
  2. C. D’Ansembourg (Lola Aston DBR1-2) +39”032
  3. K. Lendoudis (Peugeot 90X) +39”082

            Course 2 :

  1. N. Pastorelli/Hart (Maserati MC12) en 13 tours
  2. C. D’Ansembourg +22”965
  3. M. Graf Von Oeynhausen/Sierstorpff (Audi R8 GT3 LMS Ultra) +45”060

Historic Grand Prix Cars Association
            Course 1 :

  1. P. Horsman (GB-Lotus 18/21) en 11 tours
  2. A. Middlehurst (John Bowers) (GB-Lotus 25 R4) +37”218
  3. B. Cannell (GB-Brabham BT1 1A) +45”100

            Course 2 :

  1. R. Jolley (GB-Lister Jaguar) en 9 tours
  2. A. Middlehurst (John Bowers) +13”859
  3. G. Fierro (ES-Maserati 250F 2523) +18”598

Woodcote Trophy – Stirling Moss Trophy

  1. D. et O. Hart (Lister Costin) en 17 tours
  2. A. Wood/W. Nuthall (Lister Knobbly) +47”532
  3. R. Wills (Lotus 15) +50”085

Pre-War Sports Cars

  1. R. Tuluie (Menasco Pirate) en 11 tours
  2. G. Burnett (Alta Sports) +19”148
  3. S. Darbyshire/E. Cameron (Morgan Super Aero) +53”171

Historic Sports Car Club
            Course 1 :

  1. G. Hallau (Lola T3 10) en 10 tours
  2. R. et J. Beebee (Lola T70 MK3B) +16”676
  3. T. Stoten (Lola T492) +1’09”086

Jaguar Classic Challenge

  1. R. Farrell/D. Coyne (Jaguar E-Type) en 16 tours
  2. M. Graf Von Oeynhausen (Jaguar E-Type) +12”651
  3. J. et G. Pearson (Jaguar E-Type) +21”838

U2TC & Historic Touring Car Challenge with Tony Dron
            Course 1 :

  1. S. Dance (Ford Capri) en 10 tours
  2. J. Thomas/C. Lockie (Ford Sierra Cosworth RS500) +1”482
  3. L. et M. Goff (Ford Sierra Cosworth RS500) +5”277

            Course 2 :

  1. N. et H. Whale (BMW M3 E30) en 10 tours
  2. S. Dance +1”855
  3. L. et M. Goff +28”118

Cédric on FacebookCédric on FlickrCédric on Instagram
Cédric
Rédacteur & Photographe à News D'anciennes
Passionné par la course automobile et par son histoire depuis son plus jeune âge, c'est au début de l'année 2016 qu'il a rejoint l'équipe News d'Anciennes.
Amoureux des voitures italiennes et plus particulièrement des Ferrari, c'est pourtant au volant d'une Porsche 944S2 Cabriolet qu'il parcourt les routes du Grand Est le week end.

1 commentaire sur “Spa Six Hours 2019, le Mans 1969 à l’honneur !”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.