De Boissy St Léger à Joinville le Pont… en traction vapeur

Le RER A vous connaissez ? Saviez vous qu’il y a tout juste 50 ans, en 1969 s’inaugurait le tronçon de raccordement entre Boissy St Léger et Nation. C’est pour commémorer cet événement que des trains à vapeur ont circulé, entre Boissy St Léger et Joinville le Pont le week-end dernier.

En effet, depuis 1859, les parisiens qui voulaient passer un dimanche dans une guinguette en bord de Marne, devait prendre le train à la Gare de Paris Bastille, pour gagner la banlieue Est de Paris.

Cette gare reçut donc jusqu’à l’aube des années 70, des trains de banlieues tirées par des locomotives de type 141 TB, également appelée Mikado. Elles utilisaient une disposition d’essieu permettant une utilisation de la machine sans nécessité de la remettre en tête du train moyennant l’utilisation de rames dites réversibles.

Miracle de la modernisation ou désespoir des nostalgiques de la vapeur, ce fut un raccordement qui fut établi entre cette ligne séculière et le tout jeune RER A dans sa branche est.

Cette gare aujourd’hui disparue était situé à la place de l’Opéra Bastille. D’ailleurs les promeneurs parisiens peuvent désormais se prélasser sur la coulée verte qui reprend les embases des voies ferrées surplombant l’avenue Daumesnil.

Un voyage dans le temps en train vapeur

Pour célébrer le raccordement de cette ancienne ligne à celle du RER A, géré par la RATP, l’Ajecta association de conservation de chemin de fer ancien situé à Longueville, en Seine et Marne, avait mis à la disposition de la SNCF ce week end une locomotive à vapeur de Type 140 C et trois voitures voyageurs.

Ce n’est pas la première fois que je vous fais part d’expériences insolites en train à vapeur, vous trouverez un article sur l’Orient Express ici ou le Mastrou .

Les 140 C

Construites de 1913 à 1920, ces machines de type Consolidation ont comme leur chiffre de dénomination l’indique une disposition d’essieu à 1 essieu porteur et 4 essieux moteurs.

Un total de 340 machines fut commandé en trois séries pour la compagnie des chemins de fer de l’état et le ministère des armées, la majorité ont été fabriquées en Angleterre.

Elles se sont rendues célèbres par la présence de l’une d’entre elle dans la série de films “la 7ème compagnie” dans laquelle Jean Lefebvre évoque ces souvenirs d’enfance en employant la fameuse expression : “Ça c’était.. touche pas à ça p’tit con”

La machine tractait trois voitures voyageurs également fournies par l’Ajecta, en provenance de différents réseaux des anciennes compagnies ferroviaire Est, Sud Est, et Paris Orléans. Pour avoir la chance de monter à bord de ces navettes, il fallait participer à un jeu concours organisé sur le Blog du RER A

Il est à noter que seule trois de ces locomotives sont encore en état de rouler en France, une à St Quentin dans l’Aisne, et l’autre à Limoges, alors imaginez circuler sur une voie RATP dans le cadencement des rames du RER A est une expérience pour le moins décalée.

Paul Guy on Email
Paul Guy
Rédacteur - Photographe à News d'Anciennes
Paul aime passer son temps à courir après les véhicules anciens. Au sens large puisque les autos côtoient les trains et les avions !
Il a rejoint l'équipe à l'été 2018.

2 commentaires sur “De Boissy St Léger à Joinville le Pont… en traction vapeur”

  1. Superbe article. Pour tous ceux que le ferroviaire intéresse, je conseille la cité du train à Mulhouse. Je ne suis pas un passionné ferroviaire et pourtant j’ai adoré. C’est magnifique et impressionnant. Une petite idée de reportage peut-être ? 😉

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.