La Porsche 908 LH, la finesse taillée pour Les Hunaudières

La Porsche 908 est une famille d’autos plutôt qu’une seule et même auto. Entre la 907 à qui elle doit beaucoup et la 917 dont l’aura lui fit de l’ombre, la 908 fut une auto importante pour le constructeur. Première championne du monde des voitures de sport (toutes catégorie) de la marque, elle fut la première à se battre pour la victoire aux 24h du Mans.
On va ici parler d’une des versions de l’auto, taillée pour les Hunaudières, la Porsche 908 LH. En 2018 on verra assurément la 908. Porsche fête des 70 ans et la 908 ses 50 ans.

Sommaire :

La Porsche 908 et la 908 LH en 1968

1969, la 917 en tête d’affiche, la 908 LH reste une alternative solide

Fin de carrière en pointillé

Les Porsche 908 LH en 2018

1968 : la 908 est taillée pour les scratchs

Le milieu des années 60 a vu la fabuleuse bataille entre les monstres de Ford et de Ferrari. Mais la réglementation sportive de l’année 1968 est conçue pour les mettre hors jeu. Les Ford GT 40 devenues Mk IV ont ainsi de trop gros moteurs. Les autos ne pourront avoir de si grosses cylindrées qu’en étant des GT… avec les quotas de production que cela impose.

Dans la catégorie des prototypes les cylindrées maxi sont ramenées à 3 litres. Cela permet à de nouveaux venus de rêver aux victoires au scratch. Les Alfa Romeo T33 sont de celles-ci, la Ford F3L (développées par Alan Mann et dont on parle ici) également.

Du côté de chez Porsche on a introduit la 907 en 1967. L’auto a donné satisfaction, mais son 6 cylindres dérivé de celui de la 911 2 litres est limité. On va donc partir d’un second moteur, un 8 cylindres de 2.2 litres que l’on peut réaléser pour atteindre la barre des 3 litres.

Porsche 907 aux 24h du Mans 1967 – Dave Friedman collection

Apparition de la Porsche 908

La 908 utilise une structure tubulaire et une carrosserie très proche de celles de la 907. La structure des premiers modèles est donc en acier, seuls les freins sont réellement adaptés. Le moteur est donc un 8 cylindres à plat de 2996 cm³ qui sort la puissance honorable de 335 chevaux dans une auto qui ne monte qu’à 650 kg.

En fait c’est presque l’aboutissement de la démarche de conception de Ferdinand Piëch qui veut emmener Porsche sur la plus haute marche des 24h du Mans. L’auto est basée sur la finesse aéro en poussant donc les concept de la 907 mais pas seulement puisque c’est dès la 906 qu’est apparue la base. Le châssis est lui aussi dans la même veine. Très léger, il montre vite ses limites au niveau de la résistance. Pour éviter tout risque, on change même toute la structure tubulaire avant chaque grand rendez-vous.

Dans ses premières sorties la 908 se montre avec une longue queue mais un comportement scabreux qui fait peur aux pilotes. Une version courte solutionne ces soucis de comportement. Avec cela Siffert et Elford gagnent les 1000km du Nürburgring 1968. Un nouveau podium à Spa, des victoires à Zeltweg et Hockenheim plus tard, nous voilà en septembre.

Les 24h du Mans 1968 : apparition de la Porsche 908 LH

Entre l’apparition des autos et la course, on a eu le temps de revoir la copie à Stuttgart. En allemand Lang Heck désigne une “longue queue”. La Porsche 908 “de base” mesure 4.02 m de long. Les Porsche 908 LH mesurent elles 4.84 pour une prise de poids de 30 kg. Pourtant les quatre Porsche 908 LH sont de tous nouveaux châssis construits sur une structure en aluminium.

Tout au bout de cette structure qui constitue la longue queue on retrouve deux minis ailerons articulés. Reliés directement à la suspension arrière de l’auto, ces ailerons peuvent se déployer ou rester de simples lames. Le système est relativement simple : lorsque la voiture déleste d’un côté, à l’intérieur du virage, une tringlerie relève le mini-aileron tandis que l’autre reste à plat. L’appui est plus fort à l’intérieur et aide l’auto à tourner. Attention, cet appui est estimé à 5kg ! Et puis la 908 LH est donc optimisée pour les hautes vitesses, LA (il n’y en a qu’une à l’époque) ligne droite des Hunaudières permet aux autos de belles vitesses de pointe, de l’ordre des 300 km/h.

Première sortie aux avants-postes

Quatre autos blanches rehaussées par une touche de couleur. La n°31 avec ses touches vertes est confiée à Siffet et Herrmann, la 32 et ses touches rouges à Mitter et Elford, la 33 blanche et orange est pilotée par Stommelen et Neerpasch, la 34 et ses touches vertes est pilotée par Patrick et Buzzetta.

Les grille de départ ressemble presque à la parade. 31, 32, 33, la vitesse de pointe des Porsche 908 LH leur permet d’occuper les trois premières places des qualifications. Deux Ford GT40 du J.W. Automotive Engineering et une Matra MS630 plus loin on retrouve la quatrième voiture.

En course la 31 va mener les trois premières heures mais va avoir des problèmes qui vont lui faire perdre la position de pointe avant qu’elle abandonne à la 5e heure, embrayage HS. Les autres ne sont pas épargnées mais la 34 se hisse en tête à la 6e heure. Las, la Ford GT40 de Rodriguez et Bianchi va ensuite être indétrônable. A la 9e heure, l’alternateur de la 34 la lâche. On change l’alternateur de 32 mais elle est pour cela disqualifiée.

Seule la 33 de Stommelen et Neerpasch va voir le drapeau à damier, en troisième position, et derrière une 907 qui remporte la classe des prototypes. Les deux voitures sont respectivement à 5 et 6 tours de la GT40 de tête.

Dernière sortie en 1968

C’est encore en France qu’on retrouvera la Porsche 908 LH en 1968, aux 1000km de Paris quand les autos engagées font un doublé, Hermann et Stommelen devant Elford et Lins. Linge et Buchet se classent, eux, à la 12e place.

Page Suivante

Sommaire :

La Porsche 908 et la 908 LH en 1968

1969, la 917 en tête d’affiche, la 908 LH reste une alternative solide

Fin de carrière en pointillé

Les Porsche 908 LH en 2018

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

1 commentaire sur “La Porsche 908 LH, la finesse taillée pour Les Hunaudières”

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.