J’ai testé : l’estimation de ma voiture par un Expert Automobile

Pour la plupart d’entre nous, le rôle de l’expert automobile est d’évaluer l’état technique et la valeur d’un véhicule suite à un accident, un sinistre, ou encore conseiller ses clients le sollicitant avant d’acheter un véhicule d’occasion. Tout le monde peut faire appel aux compétences d’un expert automobile avant une transaction. C’est pour que sa valeur soit correcte vis à vis de mon assureur que j’ai fait appel à Jean Gueguen créateur d’Aestime, un réseau d’expertise spécialisé dans les anciennes.

Quelques rappels sur le rôle d’un expert automobile

L’expert contrôle l’état du véhicule, vérifie si les réparations antérieures ont été correctement réalisées, etc. Ça permet au vendeur de mieux vendre son véhicule et ça sécurise le futur acheteur.

Les missions “classiques” des experts sont donc :
– d’évaluer les dommages subis lors d’un accident (ou rechercher les causes d’un sinistre).
– de s’assurer que les véhicules endommagés étaient aux normes de sécurité et déterminer les responsabilités techniques éventuelles.
– d’exercer son rôle d’arbitre en cas de conflit entre les parties.
– d’établir la responsabilité des parties impliquées.
– de fixer le montant des préjudices matériels.
– de rédiger des rapports d’évaluation des dommages.

Pour cela l’expert doit avoir des compétences :
– Expertise technique automobile.
– Connaissance approfondie de la législation (assurances, responsabilité civile, code de la route, etc.).
– Excellentes notions de la valeur d’un véhicule (argus, côte automobile, moto, etc.).

Voilà pour la base du travail d’un expert automobile “conventionnel”. Mais là c’est à un expert particulier que j’ai fait appel.


L’expert automobile et la valeur des anciennes

Chose moins connue, il peut aussi être consulté pour expertiser des véhicules anciens afin que les assureurs calculent au mieux le contrat d’assurance.
Quoi de mieux que de parler de ma propre expérience pour illustrer cet article ! Je possède une Ford Mustang Mach 1 de 1969 depuis 6 ans et mon contrat d’assurance plafonne sa valeur à 23.000€, sans expertise, depuis le départ. La voiture était au départ en province avant de goûter aux pavés parisiens depuis cet été. Une bonne raison pour se pencher sur son expertise.

Comme tout le monde le sait les pièces automobiles pour les véhicules anciens sont assez onéreuses pour certains véhicules. Un simple accrochage, surtout dans Paris, peut vite faire grimper la facture des réparations. Sur les conseils d’un ami, je contacte donc la société Aestime spécialisée dans l’expertise des véhicules anciens pour les particuliers, les professionnels ou les maisons de ventes aux enchères. A sa tête, Jean Gueguen. D’abord seul, il a maintenant fondé avec deux associés un vrai réseau d’experts automobiles spécialisés eux aussi dans l’ancienne.

L’expertise de mon auto

Rendez-vous donc pris, je me rends donc dans les locaux ce COC Motors à Paris pour rencontrer Jean afin de commencer l’expertise de mon véhicule. Après une présentation de son métier, Jean commence par vérifier les papiers de mon véhicule ainsi que les documents historiques que j’ai pu lui fournir. Le but est simplement de contrôler que la voiture soit bien en règle (ou non) avec la configuration d’origine.

Viennent ensuite le contrôle de la carrosserie et du moteur dans le but de valider l’état général du véhicule. Suite à cela, passage obligé sur le pont afin de mieux se rendre compte des entrailles du véhicule par le dessous. Cette étape indispensable est cruciale lors d’une expertise : elle permet de voir si le véhicule n’a pas été accidenté et/ou réparé de façon douteuse par le passé. Le dessous des véhicules étant fortement exposé à la corrosion, il est important de savoir si des travaux importants sont à effectuer rapidement afin de ne pas nuire à la sécurité du conducteur et de ses occupants. Le tout est appuyé par de nombreuses photos de chaque recoin de la voiture.

L’expertise de Jean va jusqu’au bout. Il prend le volant pour un roulage qui permet à l’expert de se rendre compte du comportement global du véhicule sur la route. C’est assez rare pour être signalé. En plus cela permet de voir certains problèmes qui serait indétectables en statique et qui pourraient affecter le comportement… et donc la valeur de l’auto !


On termine par le rapport

Une fois toutes ces étapes effectuées, l’expert ne remet pas son rapport dans l’instant car il doit tout d’abord se renseigner plus précisément sur le véhicule qu’il vient d’expertiser. Cela peut prendre en compte plusieurs points. D’abord il va se référer à ses archives, et comparer à l’expertise d’un véhicule similaire. Ensuite une vérification des cotes actuelles du marché donnera une belle idée de la valeur. Ces recherches sont aussi recoupées avec les résultats de ventes aux enchères récentes, et dans le cas d’un réseau comme Aestime, de rapports de confrères.

Enfin, l’expert automobile va prendre en compte des arguments plus suggestifs. Cela va de la rareté du véhicule à sa cote d’amour auprès des collectionneurs.

Conclusion : une formalité qui met en confiance

Tous ces éléments font du métier d’expert automobile une expérience sans cesse renouvelée car chaque automobile a ses spécificités, son histoire, ou encore son palmarès. L’expertise est donc un point à ne pas négliger car elle permettra d’éviter certaines déconvenues si un litige se présente dans le futur sur votre véhicule. Vous aimez votre ancienne, expertisez-la !

Dans mon cas, il va falloir que je prenne rendez-vous avec mon assureur collection. La valeur de 23.000 € étant sous estimée de pas loin de 50 % ! Surtout que l’expertise reste abordable, elle coûte entre 150 et 300 € !

 

Vous aimez ? Partagez !

Antoine on Facebook
Antoine
Photographe à Son Compte

Antoine est souvent sur le bord des routes et des circuits. Avec son appareil photo, il suit les grands événements.

Et de temps en temps, il nous fait profiter de son travail !


1 commentaire sur “J’ai testé : l’estimation de ma voiture par un Expert Automobile”

  1. Bonjour,
    J’ai connu le problème de la sous-évaluation par la compagnie d’assurance. Celle-ci ne reconnaissait que la valeur déterminée par son expert, soit la valeur d’un sachet de cacahuètes… De plus “l’expert désigné” n’avait pas quitté son costume 3 pièces pour examiner la voiture, il s’était concentré surtout sur un accroc dans la moquette.
    Une vraie comédie.

Laisser un commentaire