Visite du Musée de Savigny-les-Beaune, le château aux mille trésors

Situé en Bourgogne, non loin de Beaune, le Musée de Savigny-les-Beaune abrite plusieurs collections : quelques 250 motos, une trentaine de voitures de courses Abarth, une vingtaine de véhicules de pompiers, des engins agricoles, de viticulture, près de 2500 maquettes d’avions, et… une centaine d’avions de chasse, le tout digne d’un inventaire à la Prévert !

Les Abarths du Musée de Savigny-les-Beaune

Dans ce château datant du 14ème siècle, on ne retrouve pas moins de neuf collections, regroupées par son propriétaire, Michel Pont. Ancien pilote de course sur Abarth, celaexplique les trente exemplaires exposés dans son musée. C’est au sortir de la seconde guerre mondiale que le Viennois Karl Abarth fonda sa société de préparation de moteur dans la banlieue de Turin, tout près des usines Fiat pour laquelle il équipa des autos destinées à divers compétitions. Devenu Carlo, le fondateur pris pour logo le scorpion qui n’est d’autre que son signe zodiacal et qui orne la production. C’est en 1965, que Michel Pont débute la compétition automobile, dans une Abarth bien sûr, notamment dans des courses de cotes ou il finira second du championnat de France en 1968. Il poursuit les compétitions jusqu’en 1972 et accumule au total 168 coupes, exposées au château.

Les autos sont exposées dans le grenier du petit château et elles constitues la plus importante collection d’Abarth en France. C’est aussi par-là que nous débuterons la visite. Dans cette collection, on retrouve des Fiat 5OO, 600, plusieurs barquettes 1000 et 2000 SP, des monoplace 1000 F2 et 500 Formula Italia de compétions. Plusieurs Abarth/Simca et une rare Abarth 1300 OT qui courue les l’épreuve mythique des 24H du mans en 1966 et 67, une 750 coupé Zagato.

Une superbe expo, juste un peu trop serrée, vu le grand nombre de voitures exposées. Le tout est très bien décoré avec des objets liés à l’histoire automobile, comme d’anciennes plaques émaillés publicitaire, des bidons d’huile etc.…

Plusieurs motos, vélos, voire même tandem viennent aussi agrémenté et renforcer le coté vielle grange. L’éclairage est très bien pensé, juste diffus comme il faut. Amis photographes il vous faudra vous équiper d’un grand angle, car les voitures sont vraiment très (très) serrées. Un des objets les plus marquant est un immense tableau, provenant du circuit de Reims, et récapitulant les palmarès des épreuves de 1925 à 1953 ou l’on peut lire des noms très connus comme Fangio, Chiron, Monneret et autre S.Moss, un superbe et unique souvenir.

Les premières motos du musée

Au bout de ce grenier commence la première expo de motos, une sorte de réserve avec celles qui se trouve encore à restaurer. Au vu du nombre, les équipes ne vont pas chaumer. Ici aussi un très grand nombre de vitrine nous propose des centaine de maquettes et miniatures de motos en tout genre.

L’extérieur a aussi ses expos

On ressort du grenier, pour se diriger vers le fond du parc, où se trouve sous un hangar le musée des moteurs et cellules d’avions, ainsi que celui du matériel agricole et viticole. Là aussi encore un endroit très intéressant et qui représente bien la collectionnite aiguë du propriétaire. Un très grand nombre de divers enjambeurs pour la vigne et autre tracteurs spécifiques aux divers travaux agricoles.
La seconde partie de ce bâtiment abrite des moteurs d’avions à réaction ou à hélices, mais aussi d’autres pièces bien intéressantes à voir de près comme des radars de nez ou des trains d’atterrissages. Mais là aussi et comme dans la majeure partie des différentes parties du Musée de Savigny-les-Beaune, il y a vraiment trop peu d’explications sur les différents objets ou véhicules présentés. Plusieurs cockpits d’avions sont en libre toucher, mais on devra regarder au travers des verrières, aucunes ne s’ouvrant. Dans tous les cas, ça reste une superbe expo.

On repart à travers le très beau parc pour le plat principal du Musée de Savigny-les-Beaune ! Je veux bien sûr parler de la centaine d’avions réunis par Michel Plat. Cette collection est unique en Europe et comporte principalement des avions à réaction en grande partie Française, avec notamment la famille Dassault représentée par les Mirage III, Mirage IV, Mirage V, Mirage F1… Mais on trouvera aussi des Fouga Magister, plusieurs versions du Mystère et du Jaguar.

Chez les Américains on retrouvait les F-84 Thunderjet,  F-8 Crusader. Plusieurs F-100 Super Sabre, un F-86 Sabre F-104 Starfighter, un F-105 Thunderchief. L’ex-URSS était représenté via de nombreux MiG : avec des MiG-15, MiG-19, MiG-21 et MiG-23, une très belle et surtout inhabituelle brochette d’avion garés au milieu des vignes. Quelques voilures tournantes venaient clore cette fabuleuse collection, avec une Alouette 2 et un H-34 et un H-19 Sikorsky. Ces avions sont exposés en extérieur de pour certains depuis de nombreuses années. Certains on subit les affres du temps et des intempéries et comme je l’ai déjà mentionné, ça manque d’explication.

Juste à côté des avions se trouve la grande structure abritant la collection d’une vingtaine de camions, fourgons et grandes échelles de pompiers. Superbe collection dans un état impeccable avec notamment un camion Renault de 1905, deux Berliet Gak17 un en fourgon-pompe et l’autre en grande échelle, un GMC citerne, un Citroën PY700 lui aussi en grande échelle. Un bon nombre de Saviem.

Figure même un Simca Cargo et son moteur Ford V8. Plusieurs pompes à bras et attelages hippomobiles sont aussi présentées. Dehors on trouve un Saviem S130, un Citroën T46 et Peugeot D4b ou “nez de cochon”, ce dernier aurait bien besoin d’être rafraîchi. Encore une très belle collection, mais la aussi bien trop peu de documentation et surtout trop serré, ce qui ne permet que de voir le devant des véhicules, ce qui est quelques peu dommage.

Le château de Savigny-les-Beaune

Dernière partie de cette visite fleuve, avec le château en lui-même. Datant du 14ème siècle, il a gardé sa superbe architecture ainsi que beaucoup de pièces meublées. Son deuxième étage est dédié à l’immense collection de deux roues. Il regorge littéralement de centaines de motos, jusque dans les tours rondes, les escaliers et certaines sont même pendues aux plafonds. Cet endroit est très sûrement le paradis de tous les amateurs de motos anciennes. C’est aussi à cet étage que ce trouve les dizaines de vitrines ou sont exposées les milliers de maquettes d’avions et d’objets liés à l’aéronautique.

Notre avis sur le Musée de Savigny-les-Beaune

Après bon nombres de musées que nous vous avons fait visité comme celui de Simca, de Citroën, de Peugeot, j’avoue que celui-ci était hors norme, tant par le cadre que par la diversité des collections proposées. Des Mig au milieu des vignes Bourguignonnes, tout va bien !

A l’accueil l’hôtesse nous annonçait deux heures de visite, bah sincèrement vous pouvez tabler sur 2 fois plus ! Et pour la modique somme de dix euros, on en a pour son argent car on en prend plein les mirettes ! Certes tout n’est pas exempt de reproches, comme le manque cruel d’explications, les véhicules trop serrés, les états des avions, mais le propriétaire est avant tout collectionneur et non conservateur, encore que si Michel Pont n’était pas intervenu certains avions aurait finis ferraillés.

Le château étant classé au MH, impossible de construire une structure pour accueillir les jets. Prévoir de bonnes chaussures et de faire votre visite aux beaux jours, car même si une grande partie des visites se font en intérieur, il y a pas mal à marcher en extérieur. Ce fut une fabuleuse expérience pour moi dans un cadre magnifique ! Malgré les quelques imperfections je recommande hautement.

La galerie de cette visite est ICI.

bertrand
photographe/reporter

rédacteur et photographe à news d’anciennes.

Passionné d’histoire et de véhicules anciens, il rejoint la rédaction de news d’anciennes en 2015. Armé de son fidèle Nikon, il écume les rasso et salons pour vous les faire découvrir.


3 commentaires sur “Visite du Musée de Savigny-les-Beaune, le château aux mille trésors”

  1. Fantastique, extraordinaire ! Unique !
    Un des derniers vrai collectionneurs sans but lucratif !
    J’ai vu un reportage sur ce Monsieur, qui collectionne par passion.
    J’espère que sa collection ne finira pas comme celle de Monsieur Baillon!
    Ni dans les griffes des commissaires priseurs !
    Salutations !

  2. Il ne faut pas oublier la magnifique course de cote qui a existé plusieurs années , avec un départ du Chateau ,, un magnifique souvenir pour ceux qui ont participé …..;;

Laisser un commentaire