Grand format : Epoqu’Auto 2014

Epoqu’Auto a fermé ses portes et comme chaque année c’est un vrai succès, le salon Lyonnais est réellement installé comme la référence du salon de véhicules anciens en France.

Cette 36e édition organisée par le club des 3A voyait deux changements principaux. En premier les halls n’étaient pas ceux de l’an dernier ce qui entraînait le deuxième changement : 5000 m² d’exposition en plus. En vérité, la disposition était grosso modo symétrique à celle de l’an dernier, mais avec un plus grand hall au lieu de deux plus petits.
Du coup, la vente aux enchères Osenat bénéficiait d’un espace plus grand et mieux organisé avec plus de place pour l’exposition et de véritables gradins pour la vente elle-même. Autre conséquence, les motos n’étaient plus cantonnées à un seul hall et étaient exposées et regroupées au milieu du salon.

En entrant les visiteurs arrivaient sur un premier espace où les vendeurs de voitures (certains également restaurateurs) occupaient le milieu du hall et étaient entourés par les clubs. Mais avant cela, l’inévitable plateau mis en place par la fondation Berliet. Il mettait à l’honneur les véhicules ayant servi sous les drapeaux lors de la première guerre mondiale.

Second espace, même configuration pour les clubs, repoussés sur les bords. Au centre, quelques pros de la remise en état de véhicules et une nuée de spécialiste de l’automobilia. C’est là qu’on pouvait trouver toutes les miniatures, beaucoup de documentation, mais aussi des vêtements, tasses et autres accessoires. Moins bien placé que l’an dernier, le stand de bandes dessinées des éditions Calandres, où les principaux auteurs se prêtaient au jeu des dédicaces.

Venait ensuite l’espace dédié aux Motos. Les clubs et les vendeurs étaient réservés sur un grand espace. Les motos étaient nombreuses et dans tous les états de restauration / préservation.

La suite du hall 6 menait vers deux plateaux. Le premier retraçait les 50 ans de la Ford Mustang. De nombreux modèles de toutes les époques montraient les évolutions de la Pony Car américaine. Des plus anciennes aux plus récentes, toutes y passaient, y compris les versions Shelby GT 350 et GT 500. Le second plateau était le traditionnel plateau Youngtimer. Enfin quelques artistes exposaient leurs toiles, sculptures, et photos.

Au bout du hall, les visiteurs accédaient à l’exposition des voitures proposées lors de la vente aux enchères de la maison Osenat. Contrairement aux ventes aux enchères de la plupart des salons, ici, pas besoin d’acheter de catalogue ou de montrer sa carte de presse, tout le monde pouvait avoir accès aux expositions.

Ensuite, direction le Hall 5. Entre les deux halls, deux côtés. Un pour les vendeurs de (belles) voitures, et l’autre pour les vendeurs de pièces « historiques » ce sont en effet les premiers que l’on rencontre lorsque l’on visite le salon. Du coup, les places sont chères et les exposants sont les mêmes, malgré le changement de hall.

On arrivait ensuite sur le Hall 5, le plus grand. La première partie abritait les gros vendeurs de pièces professionnels habitués à de tels salons. A leur côté, des vendeurs plus typés « bourse », des vendeurs de documentation, des clubs sur les bords et deux plateaux au centre.
Le premier était celui du magazine Autodiva. Comme d’habitude ce plateau dédié aux voitures de compétition était bien garni avec de belles voitures. On comptait en effet 3 F1 en plus des prototypes. Seul reproche : la distance avec les voitures, mais bon avec des voitures de ce prix on pourrait comprendre.

Le second plateau était dédié à Facel. Attention, pas seulement Facel Vega, mais la carrosserie Facel. Les voitures présentées ici étaient de plusieurs marques : Facel Vega, Simca, Ford et Bentley. Evidemment, les Vega étaient les plus représentées avec de très nombreux modèles plutôt bien mis en valeurs.

La seconde partie du hall 5 était réellement coupée en deux. Un gros tiers était occupé par le reste des professionnels. Spécialistes des pièces, boursiers, fabricants et vendeurs d’esssuis glaces, phares, dioramas… C’est là qu’étaient situés nos partenaires Classic Auto Elec et Le Garage Jaune.

La seconde partie était entièrement occupée par les clubs. On trouvait deux types : les indépendants et les clubs de marques existantes. On avait donc un gros pôle de stands de clubs Renault, menés par la Fédération des Clubs Renault Alpine, un autre de Citroën regroupés par Citroën Héritage et les clubs Peugeot autour de l’Aventure Peugeot.

Enfin, les autres clubs avaient pris leurs quartiers autour de ceux-ci et proposaient des mises en scènes variées. Certaines étaient très beaucoup, beaucoup, beaucoup trop sobre. D’accord une Delage est une vénérable voiture Française. Mais si la mettre en scène c’est placer un double cordon à trois mètres autour de la voiture… Au moins les visiteurs des stands ne dérangeront pas les membres pour poser des questions !
Sinon, heureusement, certains clubs avaient fait des efforts et avaient soigné leurs mise en scène !

Et si on se disait qu’on avait tout vu, c’était presque vrai. En effet on pouvait toujours aller voir le parking spécial voitures anciennes. Bien garni il permettait d’avoir une seconde exposition, pour moins cher. Par contre, après la référence qu’est Automédon, l’ordre était ici tout relatif avec des voitures dans tous les sens. Le classement par marque n’était pas appliqué mais les voitures n’étaient pas si nombreuses non plus.

Pour conclure définitivement, on pourra dire que Epoqu’Auto est toujours le seul salon de France à atteindre ce subtil dosage entre les différents types d’exposants et les différentes expositions. Et cela fait du salon Lyonnais le plus beau salon !

De belles choses à voir donc, et si vous en voulez encore plus, toutes nos photos sont visibles ici.

Vous aimez ? Partagez !

Benjamin on Email
Benjamin
Redac-Chef à News d'Anciennes
Passionné d'automobile ancienne, il a créé News d'Anciennes en 2013 à force de se balader sur les salons sans savoir quoi faire de ses photos.
Conducteur occasionnel de Simca 1100 il adore conduire les voitures des autres, dès qu'elles sont un peu plus rapides !

5 commentaires sur “Grand format : Epoqu’Auto 2014”

Laisser un commentaire